L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Le secret de la décision de Kiev

(Paris, 13 septembre 2022). L’axe États-Unis-Ukraine a contribué à la contre-offensive éclair de Kiev dans l’est du pays contre les forces russes grâce à la coopération entre les deux agences de renseignement, a ainsi rapporté le New York Times, citant de hauts responsables de l’administration Biden qui ont fait état du dialogue croissant entre les services secrets des deux pays depuis l’été dernier.

Les responsables américains actuels et anciens consultés par le journal pour commenter les manœuvres ukrainiennes, allant de Frederick B. Hodges, ancien commandant de l’armée américaine en Europe, à Evelyn Farkas, haut responsable du Pentagone pour l’Ukraine et la Russie au sein de l’administration Obama, ont salué la sophistication des préparatifs de la contre-attaque de Kiev. La décision de l’Ukraine d’annoncer publiquement sa volonté de lancer une contre-attaque dans le sud du pays, en engageant des attaques de diversion standard avant de frapper dans le nord-est représentait une stratégie de diversion qui a déjà été largement déployée dans les opérations spéciales américaines par le passé. À Kiev, a dit Farkas, « la guerre irrégulière a été enseignée. Nos agents du renseignement leur ont appris la tromperie et les opérations psychologiques ». Et non seulement.

Washington observe les mouvements des troupes russes depuis le ciel avec ses satellites qui, grâce à la collaboration avec des entreprises telles que «Maxar Technologies», en plus de surveiller des questions telles que l’exportation illégale de céréales et de pétrole (volés), gardent évidemment un œil observateur sur les forces russes déployées à l’est. Les opérations de renseignement par signaux interceptent les flux de données en provenance et à destination des commandements militaires des unités et des armées, favorisant ainsi les manœuvres de Kiev visant à perturber les forces russes. En outre, la coopération entre les agences de renseignement et les médias permet l’afflux rapide d’informations de première main sur les mouvements et les intentions russes dans la presse et les télévisions, affaiblissant la stratégie de désinformation. Il y a quelques jours, le directeur de la CIA, William Burns, a déclaré que les services de renseignement américains jouaient explicitement un rôle dans le soutien à Kiev pour « garantir l’échec de Poutine en Ukraine ».

La contre-attaque de l’armée ukrainienne avance plus rapidement et a gagné en intensité encore plus vite que prévu, notamment grâce à la collaboration en matière de renseignement avec Washington. L’utilisation opportune des informations et des données disponibles devient une source d’intérêts à la fois tactiques et stratégiques : dans le domaine du « tournoi de l’ombre » de l’espionnage, la Russie accuse un net retard depuis des mois face à l’alliance de facto entre l’Otan et l’Ukraine. Le fait que les contributions du Royaume-Uni et de ses agences, fondamentales en matière de renseignement open source et de renseignement électromagnétique, ne sont pas à sous-estimer, ainsi que le soutien du reste des pays de l’OTAN. Avant l’offensive, l’Otan et les pays membres, les Etats-Unis en tête, « ont fourni à l’Ukraine des informations sur les postes de commandement, les dépôts de munitions et d’autres points clés des lignes militaires russes », note le New York Times, qui parle d’une opération de «renseignement en temps réel» en soutien aux forces de Volodymyr Zelensky. Une aide fondamentale pour permettre aux hommes de Kiev de « frapper les forces russes, de tuer des généraux de haut rang et de gérer les approvisionnements en munitions pour les éloigner davantage des lignes de front russes » à l’aide d’une préparation et d’un choix d’objectifs qui, comme le soulignent les sources du NYT, était toutefois laissés exclusivement aux forces de Kiev.

Les manœuvres de soutien des services secrets américains et des appareils alliés à Kiev n’étaient certainement pas un mystère. Au début de la guerre, le cas de l’échec du bombardement aérien russe sur l’aéroport de Gostomel, qui a réduit l’ampleur de l’effet de surprise, était attribuable à un tuyau de renseignement fourni par Washington à Kiev.

Sur ce thème : Le voyage secret qui a sauvé Kiev de l’assaut russe

Et un deuxième jalon de cette collaboration (saluée par l’Ukraine comme une victoire emblématique) a été posé le 14 avril avec le naufrage du croiseur lance-missiles russe en mer Noire, le «Moskva», coulé par des missiles Neptune après avoir été selon toute vraisemblance repéré par les États-Unis et ses agences transmettant l’information à l’Ukraine.

A lire aussi :

La maîtrise du renseignement à son meilleur niveau a considérablement amélioré les capacités des forces armées ukrainiennes sur le champ de bataille. Le fait que la portée de leur artillerie ait été essentiellement doublée par l’arrivée d’armes américaines et autres ou que leurs troupes disposent de plus d’armes lourdes automatisées, de blindés et d’obusiers n’avait aucune importance jusqu’à ce que la possibilité de combiner la disponibilité des moyens avec une perspective opérationnelle plus certaine, devienne de plus en plus évidente. Et le croisement des informations avec Washington a aidé. Craignant que le partage de leurs plans opérationnels ne révèle leurs faiblesses et ne décourage le maintien du soutien américain, les Ukrainiens ont gardé leurs plans secrets jusqu’à il y a quelques semaines. La convergence avec les États-Unis a aidé sur le champ de bataille. Mais il faut comprendre jusqu’à quel point cette manœuvre asymétrique de soutien peut être durable pour les États-Unis, sans être perçue par la Russie comme une véritable stratégie de co-belligérance. Dans un contexte de crise croissante, Washington a pu contrer la Russie en combinant ses renseignements et les armes ukrainiennes. La portée de son soutien à Kiev implique également la possibilité que Moscou décide de réagir militairement, sur le champ de bataille, ou politiquement, envers Washington et ses alliés. Et sur le front de la guerre des espions, ce sera aussi un automne chaud.

Ucraina-Russia: l’esercito di Kiev assalta la regione di Kherson, carri armati russi distrutti lungo la strada

Le forze di liberazione concentrano gli attacchi nella parte nord dell'oblast: in questo video, gli effetti della battaglia in una strada di campagna, piena...

Ukraine-Russie: l’armée de Kiev prend d’assaut la région de Kherson, des chars russes détruits le long de la route

Les forces de libération concentrent leurs attaques dans la partie nord de l'oblast : dans cette vidéo, les effets de la bataille sur une...

Bomba atomica, generale Tricarico: «minaccia concreta, si rischiano cento Torri gemelle»

(Roma, Parigi, 05 ottobre 2022). Muoia Sansone con tutti i filistei, è questa la sindrome di Putin? «I segnali ci sono e c’è da...

Vladimir Putin ammette ritirata, Kiev ritorna nei suoi territori: ucraini sfondano a Sud. A Kherson la sfida decisiva

(Roma, Parigi, 05 ottobre 2022). I carri armati ucraini stanno sfondando anche a Sud, nella regione di Kherson, in uno dei quattro territori che...

Bandiere e slogan filorussi in Burkina Faso contro la visita della delegazione Cedeao

Diverse decine di persone hanno manifestato oggi nella capitale, Ouagadougou, per protestare contro la visita di una delegazione della Comunità economica degli Stati dell'Africa...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

1 Commentaire

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here