L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

France-Liban: Emmanuel Macron appelle à «dégager» les dirigeants libanais qui bloquent les réformes

(Rome, 23 décembre 2022). Dans une interview parue vendredi 23 décembre, le chef de l’État a estimé qu’il était nécessaire de «changer le leadership» du Liban.

«Le problème du Liban, c’est régler les problèmes des gens et dégager ceux qui ne savent pas le faire». Dans une interview à trois médias dont le quotidien libanais An-Nahar parue vendredi 23 décembre, Emmanuel Macron a estimé qu’il était nécessaire de «changer le leadership» du pays du cèdre, sans président depuis l’expiration du mandat de Michel Aoun le 31 octobre.

Depuis septembre 2020, le chef de l’État a tenté en vain d’amener la classe politique à engager les réformes nécessaires pour sortir le pays de la crise politique et économique. «Ensuite, a-t-il continué, restructurer le système financier puis faire un plan avec un président honnête, un Premier ministre honnête et une équipe qui va dérouler ce plan et qui aura le soutien de la rue».

Les députés, profondément divisés entre le camp du Hezbollah pro-iranien et celui qui lui est hostile, se sont déjà réunis à dix reprises sans pouvoir élire un nouveau chef de l’État. Le pays en plein effondrement économique est dirigé par le gouvernement démissionnaire de Najib Mikati, chargé d’expédier les affaires courantes et dont les prérogatives sont réduites.

En réponse à une question sur le commandant en chef de l’armée Joseph Aoun, considéré comme l’un des principaux candidats non déclarés à la présidentielle, Emmanuel Macron a répondu qu’il ne voulait «pas rentrer dans une question de personne : les noms, s’il n’y a pas un plan et une stratégie derrière, ça ne marche pas». «Ce qui m’intéresse, ce sont les Libanaises et les Libanais. Pas ceux qui vivent sur leur dos», a ajouté le président français qui a déploré l’émigration massive des jeunes.

Il a dit vouloir «essayer d’aider à l’émergence d’une solution politique alternative» tout en étant «intraitable avec les forces politiques». Il a estimé qu’il fallait «ne rien céder à ceux qui se sont enrichis ces dernières années et qui voudraient rester et qui font du chantage».

Emmanuel Macron, qui revient de la conférence régionale sur l’Irak organisée mardi en Jordanie, a indiqué qu’il allait «travailler dans les prochaines semaines sur un format similaire avec le Liban».

Il s’est dit «convaincu» «que les questions libanaise, syrienne et au-delà ne peuvent être résolues que si on trouve un cadre de discussion incluant l’Iran compte tenu de son influence dans la région».

(Le Figaro)

A lire aussi :

Alexandre Loukachenko appelle à une trêve, une proposition torpillée par le Kremlin

(Rome, Paris, 01.04.2023). Le président biélorusse appelle à «une cessation des hostilités» en Ukraine et craint le risque d'«une troisième guerre mondiale avec des...

Alexander Lukashenko propone una tregua ma il Cremlino lo gela

(Roma, 31.03.2023). Il presidente bielorusso chiede "una cessazione delle ostilità" in Ucraina e paventa il rischio di "una terza guerra mondiale con risvolti nucleari"....

Italie. la Tunisie l’Algérie et la Libye: Le Plan Mattei sur la question de l’énergie

(Paris, Rome, 31.03.2023). Le rôle de l'ICE (l’Agence italienne pour le commerce extérieur) et les bonnes pratiques données par la présence italienne à la...

Italia, Tunisia, Algeria e Libia. Il Piano Mattei nel quadrato energetico

(Roma, 31.03.2023). Il ruolo dell’Ice e le buone prassi date dalla presenza italiana alla Fiera Internazionale di Algeri rappresentano un buon viatico sia per...

Sergueï Lavrov: «des menaces existentielles de pays hostiles à la sécurité et au développement de la Russie»

« La nature existentielle des menaces à la sécurité et au développement de notre pays, créées par les actions d'États hostiles, est reconnue », a ainsi...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

3 Commentaires

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here