L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

L’Ukraine multiplie les succès. Jusqu’où ira la contre-offensive ?

(Rome, Paris, 11 septembre 2022). Les forces de Kiev sont engagées dans des opérations de contre-offensive sur plusieurs fronts. Les succès remportés dans les régions de Kherson et de Kharkiv augmentent les difficultés pour le Kremlin, mais constituent également un risque pour l’Ukraine

Le nouveau paquet de fournitures de défense que l’Italie prépare pour aider Kiev dans sa résistance proactive à l’invasion ordonnée par Vladimir Poutine arrivera après les élections du 25 septembre, et il sera lancé par le nouvel exécutif, s’engageant sur une ligne indiquée par le gouvernement Draghi. Lors de la visite dans la capitale ukrainienne du président du Copasir, le sénateur du parti «Fratelli d’Italia» Adolfo Urso, la question a été également été évoquée, lit-on dans le décryptage d’Emanuele Rossi du quotidien italien «Formiche».

L’administration de Volodymyr Zelensky a reçu de bonnes assurances selon lesquelles l’Europe (et avec elle l’Italie) continuera à soutenir l’Ukraine. Un soutien désormais plus que jamais nécessaire, où les États-Unis ont annoncé une nouvelle aide d’une valeur de 2,8 milliards de dollars.

L’armée ukrainienne est en contre-offensive. Elle a libéré au moins plus de deux douzaines de localités occupées par les envahisseurs, qui depuis quelques semaines sont en difficulté technique (à tel point qu’ils ont demandé des renforts de précision à l’Iran et des renforts de masse à la Corée du Nord) et en perte de motivation. En ce moment, poussés par les ailes de l’enthousiasme, les compétences de guerre comptent.

A lire :

De nouveaux lots d’armes modernes (principalement de l’artillerie et des lance-roquettes multiples HIMARS) sont récemment arrivés à Kiev, ce qui a ouvert la possibilité de mener des attaques efficaces derrière les lignes russes. Il s’agit là d’un élément qui, à son tour, risque de limiter l’arrivée de ravitaillements des troupes russes, compliquant davantage leur logistique et isolant la ligne de front.

En doctrine militaire, celle à laquelle nous avons jusqu’à présent assisté, a été une phase préliminaire à la contre-offensive proprement dite, pourtant cruciale car c’est elle qui rendra (très bientôt) effectives les avancées subséquentes de l’infanterie et des blindés. Le but était précisément de détruire la logistique de l’ennemi et de causer des dommages importants à ses troupes et à son équipement avec des moyens sans contact, tels que l’artillerie à longue portée et l’offensive aérienne.

Il n’en reste pas moins que plusieurs villes de la région de Kharkiv et Kherson – qui compte parmi les principales conquêtes russes depuis le début des hostilités – ont été libérées. Parmi ceux-ci, Visokopillya qui a une valeur (symbolique et tactique) majeure. Cela rend la situation hybride. Les Russes ont fait savoir qu’ils avaient choisi de se retirer de certaines lignes de front, sur certains comptes Telegram russophiles on parle de retrait tactique, décidé afin de pouvoir ensuite lancer des embuscades successives aux Ukrainiens. En d’autres termes, ils admettent que les Ukrainiens avancent déjà (sont-ils en train de percer le front ?).

La Russie avait ordonné un redéploiement d’unités vers le sud, en attendant la contre-attaque ukrainienne. Cela a brisé la couverture de la zone orientale et s’est ouvert à de violents combats près de la ville d’Izyum, qui ont été suivis par la libération de certaines localités dans la région de Donetsk. Aujourd’hui, selon certaines sources, la Russie envisage même de transférer des parties de son 3e corps d’armée récemment formé (qu’elle avait probablement l’intention d’utiliser dans l’est de l’Ukraine, où la campagne du Kremlin est censée se concentrer) vers des endroits à l’ouest du fleuve Dnipro. Izyum est alors isolé et pourrait rapidement tomber.

Les contre-offensives du nord-est et du sud mettent Moscou en difficulté supplémentaire, qui doit déplacer ses forces sur deux fronts, mais en même temps, on ne sait pas dans quelle mesure Kiev (et le cas échéant, combien de temps) peut tenir le double axe. Couper les routes logistiques, grâce à des armes qui permettent de frapper derrière les lignes ennemies, sert également à empêcher les mouvements de réorganisation au sein du front russe. Et l’usure de l’ennemi permet de protéger les ressources humaines de l’armée ukrainienne (généralement plus faible que celle de la Russie) et constitue une stratégie adoptée depuis le 24 février. Cependant, le moment viendra où, pour rendre efficace la contre-offensive, il faudra livrer des combats directs, qui obligeront les Russes à se retirer des positions les plus précieuses qu’ils ont conquises.

Comme exemple, Kupyansk, une plaque tournante des communications dans la partie nord du Donbass. Si les forces de Kiev parvenaient à stabiliser la reconquête, elles pourraient diviser les lignes logistiques entrant en Ukraine depuis Belgorod (une ville russe située juste de l’autre côté de la frontière d’où transitent renforts et ravitaillement, c’est pourquoi elle est souvent sous les coups ukrainiens). Cependant, le risque pour Zelensky est celui de trop élargir le front : l’action dans le Donbass ajoutée à celle du sud, est-elle durable ? En revanche, perdre ce «pivot» logistique pour Moscou serait extrêmement lourd, tant sur le plan pratique que psychologique.

Un facteur qui pèse sur les opérations en cours : l’arrivée de l’hiver pourrait changer le contexte. La mauvaise saison peut compliquer les opérations, ce qui joue en faveur des attaquants qui pourraient profiter d’une phase calme pour réorganiser les lignes et les unités. Dans le même temps, si l’Ukraine perd de son élan, l’aide occidentale pourrait également diminuer. Et à ce risque, il faut ajouter celui de voir le front européen desserrant son emprise, peut-être ébranlé par les conséquences d’un hiver sans approvisionnement énergétique russe, avec des communautés faisant pression et des gouvernements étant enclins à trouver un consensus. Toute augmentation supplémentaire des prix de l’énergie serait une autre carte que la Russie peut jouer directement et indirectement visant à stresser les pays européens.

Mais Moscou ne manque pas de problèmes. Les répercussions des contre-offensives ukrainiennes pourraient être fortes, profondes et (si tout se déroule comme prévu) rapides. Si cela devait se produire, le Kremlin sera contraint d’augmenter massivement l’effort de guerre et qu’une coercition massive sera nécessaire. Mais cela irait à l’encontre du récit de « l’opération militaire spéciale » et signifierait l’entrée dans une guerre totale. Comment justifier ce pas supplémentaire devant ses citoyens ? Considérant que la crise économique est sévère, et que les rapports sur le nombre de victimes continuent de donner des chiffres plutôt élevés, Poutine sera-t-il capable de gérer les nouveaux sacrifices demandés aux Russes ? Le contrôle des médias, de l’information et de la narration sera-t-il suffisant ?

Et Emanuele Rossi de conclure : une chose est claire ; si la tendance déclenchée se poursuit, Kiev demandera davantage d’aide car il a confiance en sa capacité à aller de l’avant. Et donc de pouvoir regagner de plus en plus de tranches de territoire avant d’aboutir à toute négociation ; Moscou en est conscient, il sait qu’il ne peut pas reculer pour ne pas s’asseoir à la table des négociations étant perdant. Et cela n’exclut pas le recours à des solutions extrêmes pour nettoyer le champ de bataille (comme le nucléaire tactique).

Russia-Ucraina. Stoltenberg: offensiva Kiev fa progressi impressionanti

(Roma, 05 ottobre 2022). L'esercito russo si sta ammassando verso Kherson. Gli ucraini annunciano di aver iniziato la liberazione della regione del Luhansk "Ho parlato...

Ucraina-Russia: l’esercito di Kiev assalta la regione di Kherson, carri armati russi distrutti lungo la strada

Le forze di liberazione concentrano gli attacchi nella parte nord dell'oblast: in questo video, gli effetti della battaglia in una strada di campagna, piena...

Ukraine-Russie: l’armée de Kiev prend d’assaut la région de Kherson, des chars russes détruits le long de la route

Les forces de libération concentrent leurs attaques dans la partie nord de l'oblast : dans cette vidéo, les effets de la bataille sur une...

Bomba atomica, generale Tricarico: «minaccia concreta, si rischiano cento Torri gemelle»

(Roma, Parigi, 05 ottobre 2022). Muoia Sansone con tutti i filistei, è questa la sindrome di Putin? «I segnali ci sono e c’è da...

Vladimir Putin ammette ritirata, Kiev ritorna nei suoi territori: ucraini sfondano a Sud. A Kherson la sfida decisiva

(Roma, Parigi, 05 ottobre 2022). I carri armati ucraini stanno sfondando anche a Sud, nella regione di Kherson, in uno dei quattro territori che...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here