L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

L’Iran s’enflamme pour la mort d’Amini. L’alerte de l’ONU

(Rome, 20 septembre 2022). La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme appelle à une enquête rapide et impartiale sur la mort tragique de la jeune Iranienne, tout en appelant les autorités de Téhéran à « respecter le droit d’exercer pacifiquement la liberté d’expression, de réunion et d’association ». La position des USA et la proposition d’Elon Musk

La tension monte en Iran suite à la mort tragique de la jeune Mahsa Amini. Au moins quatre personnes ont été tuées dans la région kurde lors d’affrontements entre les forces de sécurité et des personnes protestant contre la mort de la jeune femme de 20 ans, décédée après avoir été interpellée à Téhéran, soupçonnée de ne pas porter correctement le voile, selon des agents de la «police des mœurs». Amini est morte après trois jours de coma et a probablement été victime de torture, comme rapporté par Rossana Miranda du quotidien italien «Formiche».

L’ONG kurde «Hengaw Human Rights Organization» affirme que 75 personnes ont également été blessées lors d’affrontements de rue avec la police et 250 autres ont été arrêtées.

A Téhéran, la police utilise des bouches d’incendie pour disperser les manifestants, ainsi que des gaz lacrymogènes et des fusils chargés de balles en caoutchouc. Les femmes qui sont descendues dans la rue scandent des slogans contre la «police des mœurs» et brûlent leurs voiles. Ces dernières heures, les manifestations se sont également multipliées dans les universités du pays.

Dans la région du Kurdistan occidental et de l’Azerbaïdjan occidental, de nombreux magasins et bazars ont été fermés en signe de protestation. D’autres lock-out ont eu lieu à Sanandaj, Saqez, Baneh et Marivan dans la province du Kurdistan, et dans les villes du nord d’Ourmia, Bukan et Piranshahr dans la province occidentale de l’Azerbaïdjan.

Les premières manifestations condamnant la mort d’Amini ont commencé vendredi soir, lorsque des centaines de personnes se sont rassemblées devant l’hôpital de Kasra, où la jeune fille est décédée. Samedi, le corps d’Amini a été transporté au cimetière d’Aichi dans la ville de Saqez, dans la région du Kurdistan iranien. Les funérailles devaient avoir lieu samedi matin, mais les forces de sécurité iraniennes ont forcé la cérémonie à être avancée visant à éviter les manifestations, de sorte qu’aucun ami ni membre de la famille de la jeune fille disparue ne soient présents.

Officiellement, la police dément toute implication dans la mort de  Mahsa Amini. Mais des défenseurs des droits humains affirment que la jeune femme est tombée dans le coma après avoir été passée à tabac, selon plusieurs médias occidentaux. Ahmad Vahidi, le ministre de l’Intérieur, affirme ne disposer d’aucun élément attestant de coups donnés par la police des mœurs. Or, la jeune femme a été ramenée dans sa région où elle a été enterrée, dès le lendemain de son décès, sans autopsie. «Nous devons attendre les résultats des examens médicaux de cette femme pour comprendre la raison de sa mort, car apparemment elle avait une série de problèmes médicaux », a ainsi déclaré le ministre selon les médias.

Pour Nada Al-Nashif, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, la violente réaction des forces de sécurité aux protestations contre la mort d’Amini est très préoccupante. Dans un communiqué officiel, elle a expliqué que « la mort tragique de Mahsa Amini et les allégations de torture et de mauvais traitements doivent faire l’objet d’une enquête rapide, impartiale et efficace par une autorité compétente indépendante, afin de garantir, en particulier à sa famille, justice et vérité ».

Al-Nashif a condamné l’usage inutile ou disproportionné de la force contre les manifestants et a appelé au « respect du droit d’exercer pacifiquement la liberté d’expression, de réunion et d’association ». De même, elle a appelé les autorités de « cesser de cibler, maltraiter et détenir les femmes qui ne respectent pas les règles du hijab », ainsi que « d’abroger toutes les lois et réglementations discriminatoires qui imposent le port obligatoire du hijab ».

Aux États-Unis, en revanche, le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a pris la parole, affirmant qu’Amini « devrait être en vie aujourd’hui. Au contraire, les États-Unis et le peuple iranien sont en deuil. Nous demandons au gouvernement iranien de mettre fin à la persécution systématique des femmes et d’autoriser les manifestations pacifiques ».

Elon Musk, PDG de SpaceX, veut également apporter sa contribution et a demandé au gouvernement américain une exemption des sanctions contre l’Iran afin de pouvoir offrir des services de connexion Internet à ce pays via ses satellites Starlink.

Les protestations en Iran sont lancées via les réseaux sociaux, pour lesquels les autorités ont commencé à bloquer l’accès à Internet (le premier cas s’est produit dans la ville de Sanandaj). Musk avait déjà fourni des antennes et des modems à l’armée ukrainienne afin d’améliorer les capacités de communication dans la guerre contre la Russie.

Israël: un accord en vue avec le Liban sur le tracé des frontières maritimes

Les détails doivent encore être peaufinés, mais le projet de médiation américaine sur le tracé des frontières maritimes entre Israël et le Liban et...

Iran: media, spari contro gli studenti nell’università Sharif a Teheran

Secondo i dati diffusi dall’organizzazione non governativa Iran Human Rights (Ihr), finora nelle proteste sono morte 133 persone Le forze di sicurezza iraniane avrebbero circondato...

Iran: médias, tirs sur des étudiants de l’université Sharif de Téhéran

Selon les données publiées par l'organisation non gouvernementale Iran Human Rights (Ihr), 133 personnes sont mortes dans les manifestations jusqu'à présent Les forces de sécurité...

Ukraine. David Petraeus: si Poutine utilise la puissance nucléaire, nous détruirons ses troupes

(Paris, 02 octobre 2022). Si Poutine devait utiliser ses armes nucléaires en Ukraine, « nous réagirions en menant un effort de l'OTAN, un effort...

Ucraina. David Petraeus: se Putin usasse il nucleare, distruggeremo le sue truppe

(Roma, 02 ottobre 2022). Se Putin utilizzasse armi nucleari in Ucraina, "risponderemmo guidando uno sforzo della Nato - un sforzo collettivo - che eliminerebbe...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

1 Commentaire

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here