L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Les protestations en Iran vont bien au-delà de la question du foulard

(Rome, Paris, 21 septembre 2022). De nouveaux morts et blessés dans des affrontements avec la police, avec des vidéos de plus en plus populaires sur le web. Deux causes se recoupent derrière les manifestations de colère des Iraniens : l’oppression des femmes et la répression des minorités. Le poids de l’enjeu économique

Les protestations en Iran se multiplient. Le mécontentement social a été déclenché par la mort de Mahsa Amini aux mains de la « police des mœurs » du pays.
Sur le même thème : L’Iran s’enflamme pour la mort d’Amini. L’alerte de l’ONU
Cependant, au fil des jours, d’autres raisons ont fait surface, nous explique Rossana Miranda dans les colonnes du quotidien italien «Formiche».

Dans une quinzaine de villes, des manifestations contre les autorités qui réglementent l’attitude «morale» de la population, ont été enregistrées. Il s’agit notamment de Téhéran, Mashhad au nord-est, Tabriz au nord-ouest, Rasht au nord, Ispahan au centre et Chiraz au sud.

Pour la cinquième nuit consécutive, des agents des forces de sécurité ont utilisé des gaz lacrymogènes et arrêté de nombreux manifestants. De l’autre côté, les manifestants utilisent des pierres contre la police et mettent le feu aux voitures et aux poubelles. Après l’annonce de la mort de cinq personnes lors d’affrontements avec la police, des sources gouvernementales iraniennes ont déclaré qu’un officier avait perdu la vie en tentant de contenir les manifestations à Shiraz et que quatre autres policiers avaient été blessés.

L’agence de presse Tasmim a rapporté qu’à Mashhad, un policier a été « brûlé » lors de « manifestations radicales qui ont eu lieu avec l’incitation des médias étrangers ». L’homme a subi de graves brûlures. À Rasht, un autre policier a été encerclé et battu par la foule alors qu’il tenait une matraque et un taser. Les vidéos des affrontements circulent de plus en plus sur les réseaux sociaux.

Le sinologue Francesco Sisci a posté sur Twitter l’une de ces vidéos accompagnée d’une réflexion sur l’ampleur des protestations : « Dans le nord-ouest de l’Iran, il n’est plus question de voiles et de cheveux des femmes. Mais ce n’est même pas la première grande protestation à laquelle fait face l’ayatollah, est-ce différent cette fois-ci ? ».

« Une foule attaque un policier lors de manifestations en Iran. Dans les régimes autoritaires, la police est un symbole physique du pouvoir – poursuit Sisci sur Twitter -. Si les agents  du pouvoir ne sont plus redoutés, alors il y a une spirale : plus de répression ou effondrement du régime. De même, que signifie le problème iranien pour son alliée, la Russie ? ».

Selon le journal The Jerusalem Post, les dernières manifestations en Iran sont différentes car elles sont motivées par la colère contre le traitement réservé par le régime aux femmes. Dans une analyse, la publication souligne que dans de nombreux cas, les femmes sont en première ligne des manifestations : « Ces manifestations sont différentes des manifestations à grande échelle de 2019, dans lesquelles les forces de sécurité iraniennes ont été accusées d’avoir tué environ 1.500 personnes ; et en 2009, lorsque des manifestations massives ont eu lieu à travers l’Iran. Les manifestations ont commencé dans la région du Kurdistan iranien, où la minorité kurde est opprimée depuis des décennies. Cela donne aux protestations deux causes qui se chevauchent ; l’oppression des femmes et la répression des minorités ».

Les récentes manifestations en Iran révèlent à quel point les gens méprisent le régime et sont prêts à descendre dans la rue pour manifester leur colère, selon l’analyse. En témoignent de nombreuses vidéos publiées sur le net qui révèlent la profondeur de cette colère.

Parmi les cris des manifestants, on trouve également des slogans pro-kurdes : « Pour les Kurdes, les deux questions sont liées. Une grève dans la région kurde et des vidéos montrant les forces de sécurité en train de tirer et battant des gens ont montré à quel point le régime est confronté à des défis majeurs pour contrôler certaines parties du pays », lit-on dans le Jerusalem Post.

Ces dernières heures, un groupe de cyber-activistes iraniens a déclaré avoir lancé des opérations contre la République islamique en solidarité avec les manifestations en cours à travers l’Iran. Certains sites Internet étatiques, dont celui de la Banque centrale d’Iran, ont été ciblés par des pirates du groupe « Anonymous » : « Nous sommes ici, avec vous. Les opérations contre l’Iran ont commencé. Attends-nous ».

Mais la prédiction est que le régime réprimera probablement les manifestations comme il l’a fait dans le passé : « Mais la brève liberté dont les gens ont joui dans la rue, surtout la nuit, est une liberté qu’ils n’oublieront pas […] C’est un régime qui condamne les femmes à la prison et aux coups pour ne pas avoir couvert leurs cheveux ou pour avoir dansé. Les choses que les occidentaux tiennent pour acquises sont les actes révolutionnaires en Iran ».

Au cours des dix dernières années, les Iraniens sont descendus dans la rue pour exprimer leur mécontentement face à toute une série de problèmes, allant de la transparence électorale à la crise économique ; de la brutalité policière à la répression des minorités. « Quand on additionne la longue liste des problèmes – poursuit le Jerusalem Post – il est clair que le régime n’a qu’une faible emprise sur le pays. À chaque tournant, il est confronté au fait qu’un grand nombre de personnes n’aiment pas le leadership et que seuls la force brute et le temps permettent de maintenir le contrôle du régime ».

Reste à savoir si ces manifestations prendront de l’ampleur en dehors de la région kurde et de Téhéran. Jusqu’à hier, davantage de villes semblaient se joindre aux protestations, mais il pourrait s’agir d’une vague temporaire.

Israël: un accord en vue avec le Liban sur le tracé des frontières maritimes

Les détails doivent encore être peaufinés, mais le projet de médiation américaine sur le tracé des frontières maritimes entre Israël et le Liban et...

Iran: media, spari contro gli studenti nell’università Sharif a Teheran

Secondo i dati diffusi dall’organizzazione non governativa Iran Human Rights (Ihr), finora nelle proteste sono morte 133 persone Le forze di sicurezza iraniane avrebbero circondato...

Iran: médias, tirs sur des étudiants de l’université Sharif de Téhéran

Selon les données publiées par l'organisation non gouvernementale Iran Human Rights (Ihr), 133 personnes sont mortes dans les manifestations jusqu'à présent Les forces de sécurité...

Ukraine. David Petraeus: si Poutine utilise la puissance nucléaire, nous détruirons ses troupes

(Paris, 02 octobre 2022). Si Poutine devait utiliser ses armes nucléaires en Ukraine, « nous réagirions en menant un effort de l'OTAN, un effort...

Ucraina. David Petraeus: se Putin usasse il nucleare, distruggeremo le sue truppe

(Roma, 02 ottobre 2022). Se Putin utilizzasse armi nucleari in Ucraina, "risponderemmo guidando uno sforzo della Nato - un sforzo collettivo - che eliminerebbe...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here