L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Non seulement pour le pétrole. Biden confirme le voyage au Moyen-Orient

(Rome, Paris, 15 juin 2022). Un voyage au Moyen-Orient confirmé. Biden sera en Israël, en Palestine et en Arabie saoudite à la mi-juillet (là, il rencontrera l’héritier Mohammad bin Salman). Non seulement du pétrole, sur lequel la Maison Blanche réduit ses attentes, mais un cadre de relations régionales sur lequel Washington se souvient d’être présent

Le voyage de Joe Biden au Moyen-Orient est officiellement fixé. Après une série d’annonces, de démentis et d’indécisions, la Maison Blanche a définitivement annoncé que le président américain se rendrait dans la région du Moyen-Orient du 13 au 16 juillet. Objectif affiché : « Renforcer l’engagement des Etats-Unis pour la sécurité et la prospérité d’Israël » et « participer au sommet du Conseil de coopération du Golfe avec l’Egypte, l’Irak et la Jordanie (dit CCG+3) », selon l’analyse d’Emanuele Rossi dans les colonnes du média italien «Formiche».

En marge de cette deuxième occasion, à Djeddah, se tient une rencontre avec le roi Salmane d’Arabie saoudite et son fils, l’héritier du trône et «intendant» du royaume Mohammed ben Salmane, envers lequel, le président démocrate américain avait jusqu’alors réservé un traitement plutôt froid (pas de relations entre les deux hommes, et c’est certainement une particularité compte tenu de la constance des relations depuis des décennies entre Riyad et Washington).

A lire : l’Arabie saoudite organise un sommet régional avec les États-Unis le 16 juillet

Lorsqu’il était candidat à la présidentielle, Biden a juré de faire payer à l’Arabie saoudite « le prix et d’en faire le paria de facto qu’elle est » en raison du meurtre du journaliste du Washington Post Jamal Khashoggi (un résident de Virginie, qui critiquait l’image de marque que bin Salman donnait au pouvoir à Riyad), massacré par une équipe de renseignement saoudienne à Istanbul. Après son entrée en fonction, l’Américain a ordonné la publication d’un rapport de renseignement liant le prince héritier au meurtre de Khashoggi et a imposé des sanctions modestes aux personnalités de rang inférieur. Mais avec des prix de l’essence en constante augmentation, l’énergie russe à isoler, et la présence de la Chine au Moyen-Orient à contenir stratégiquement, il est difficile pour Biden de se permettre de tenir à distance le leader du plus grand pays producteur de pétrole au monde.

Dans quelques mois, le Congrès sera renouvelé lors des élections de mi-mandat et les démocrates ne semblent pas en très bonne position – pour le président, le risque est de perdre le contrôle des deux chambres et de trouver l’action gouvernementale extrêmement compliquée. Le prix à la pompe est l’un des intérêts préélectoraux historiques des États-Unis ; les consommateurs (donc les électeurs) s’en soucient. Cependant, l’équipe de Biden élargit la perspective de la visite. Il n’y a pas seulement la nécessité de rouvrir le dialogue avec les Saoudiens (et avec d’autres alliés régionaux) afin d’avoir un meilleur avantage pour essayer de gérer les prix du marché de l’énergie.

L’attachée de presse, Karine Jean-Pierre, a déclaré que même si l’énergie sera un point de discussion, les relations entre les nations sont bien plus complexes que cela : « Considérer ce voyage uniquement comme une question de pétrole serait tout simplement faux. En fait, cette déclaration semble également être un moyen de réduire les attentes. L’OPEP+, dont les producteurs de pétrole du Golfe et la Russie sont membres, a déjà choisi d’augmenter sa production au début du mois. Il y avait eu des pressions américaines, initialement non prises en compte par les Saoudiens et les Emiratis (chefs de file du cartel pétrolier). D’autres prévoient maintenant une nouvelle augmentation (car celle-ci n’a pas trop gratifié le marché) à l’automne, qui sera peut-être annoncée sous peu.

Biden arrivera dans la région à un moment de délicate volatilité. Les négociations pour recomposer le JCPOA (l’accord de 2015 visant à geler le programme nucléaire iranien) semblent également vaciller en raison de l’indécision et des divisions à Téhéran. Une situation qui fait craindre qu’Israël ne choisisse des voies non diplomatiques, avec le soutien tacite de l’Arabie saoudite et d’autres États arabes du Golfe qui considèrent Téhéran comme un ennemi. Dans l’intervalle, cependant, la fragile coalition au pouvoir en Israël dirigée par Naftali Bennett vacille et rien ne garantit qu’elle durera jusqu’à la visite de Biden (un facteur qui a probablement ralenti l’annonce des dates).

Dans le même temps, Biden est confronté à la nécessité (ne serait-ce que narrative) d’essayer de reconstruire le rôle de médiateur américain sur la question israélo-palestinienne, après le penchant ultra-israélien de Donald Trump, et après la signature des accords abrahamiques – que Biden soutient fortement – a écarté les intérêts concernant l’avenir des Palestiniens. Biden rencontrera également le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, qui a récemment déclaré au secrétaire d’État Antony Blinken qu’il se sentait abandonné. Il s’agira de la première réunion présidentielle de ce type depuis la visite de Trump en 2017.

Pour conclure, ajoute Emanuele Rossi dans son décryptage, encore une remarque. Le communiqué de la Maison Blanche rappelle que cette visite dans la région du Moyen-Orient « est l’aboutissement de mois de diplomatie » et fait suite à la rencontre du président Biden avec les dirigeants de l’Asean à la Maison Blanche ; à son voyage en République de Corée et au Japon ; au sommet du Quad ; à l’accueil du Sommet des Amériques la semaine dernière à Los Angeles et à ceux de la semaine prochaine en Europe (G7 et OTAN). Il s’agit d’une clarification à plusieurs lectures : d’abord, elle souligne que la « Diplomacy First » promise au début de la présidence et soulignée par le discours sur « la place de l’Amérique dans le monde » le 4 février 2021, lors d’une réunion au «Harry S.Truman Building» du Département d’État.

Elle précise ensuite que l’Asie et l’Indo-Pacifique constituent le quadrant le plus intéressant, celui dans lequel les efforts diplomatiques des Etats-Unis ont été récemment les plus actifs. Mais en même temps, le fait que le Moyen-Orient soit inclus dans cet effort récent d’activité internationale, souligne que les États-Unis entendent maintenir une certaine forme de présence dans la région, en la reliant aux théâtres stratégiques orientaux et européens. Enfin, cette dernière partie sert à expliquer au monde que l’Amérique existe et déplace ses objectifs au milieu d’un conflit (le conflit russe en Ukraine) qui pourrait apparemment détourner l’attention du reste des dossiers. Enfin, c’est le message interne adressé aux Américains qui se dirigent vers le vote de mi-mandat, sans négliger que l’objectif de l’administration Biden est la situation interne. En cela, la diplomatie est un outil pour obtenir de meilleurs résultats avec moins d’effort.

Italia: frana a Ischia, trovato un corpo: almeno 12 dispersi. Piantedosi: «Persone sotto il fango non rispondono alle chiamate»

Il maltempo che si è abbattuto sull'isola campana ha causato una frana partita dalla pendici del monte Epomeo, che ha invaso il comune di...

Drame en Italie: au moins 8 morts dans un glissement de terrain sur l’île d’Ischia, 13 personnes toujours recherchées

Des habitations ont également été englouties lors de pluies torrentielles. Huit personnes sont mortes sur l'île d'Ischia, au large de Naples, à la suite...

La Russie tue aussi en hiver. Le coût élevé de l’énergie augmente le nombre de décès en Europe

(Rome, Paris, 26 novembre 2022). Cet hiver, l'arme énergétique de la Russie pourrait également faire des milliers de morts en Europe. Les coûts de...

La Russia uccide anche d’inverno. Il caro-energia fa crescere i morti in Europa

(Roma, 26 novembre 2022). Questo inverno, l’arma energetica russa potrebbe mietere migliaia di vite anche in Europa. Il caro-energia è correlato alle morti in...

Un logiciel russe s’est infiltré au cœur de l’Occident

(Paris, Rome, 25 novembre 2022). Même les herméneutiques les plus audacieuses ne pourraient prévoir l'étonnante versatilité du renseignement russe, capable de rester caché aux...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

4 Commentaires

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here