L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Ainsi le Hezbollah défie la justice italienne sur le trafic de drogue

(Rome 12 janvier 2021). Le Hezbollah nie que les 14 tonnes de drogues Captagon trouvées et brûlées dans notre pays proviennent de son organisation. « Nous avons discuté avec des responsables italiens », a déclaré le leader Nasrallah. Ce qui laisse penser que les enquêtes italiennes allaient se retourner contre l’EI et la mafia.

Début juillet, la Guardia di Finanza de Salerne avait saisi 840 millions de comprimés avec le logo «Captagon» stockés dans trois conteneurs : 14 tonnes de méthamphétamine – estimée à environ un milliard d’euros – en provenance de Syrie. La soi-disant «drogue du jihad» semblait initialement être produite par l’État islamique.

Mais les doutes étaient différents. Comme expliqué par notre site, «le groupe ne dispose pas de capacités techniques (sites de production et de logistique) pour certaines quantités, et surtout sur le marché de la drogue au Moyen-Orient, il existe des réalités comme le Hezbollah qui est plus structuré depuis au moins une décennie dans ce secteur ». Et aussi dans ce cas, on a émis l’hypothèse d’un rôle de la ’Ndrangheta qui, comme l’écrit «il manifesto», est « l’organisation criminelle italienne qui a dépensé le plus dans le secteur, même dans la région de Campanie, car pour le moment, c’est à la Camorra de contrôler le marché de cocaïne ».

Il y a trois semaines, la BBC a documenté la destruction des tablettes, racontant également comment alors qu’au début, les enquêteurs auraient pointé du doigt l’État islamique, mais à la fin de l’enquête, on pense que l’origine de la drogue est liée au gouvernement syrien de Bashar Al Assad et ses alliés libanais du Hezbollah.

Comme le régime de Damas, la milice chiite a toujours nié tout lien, qualifiant les enquêtes du Washington Post et du Jérusalem Post de « fake news » et de « propagande » menés par les Etats-Unis et Israël.

Ces derniers jours, la BBC a rapporté les déclarations de Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah, qui a une fois de plus démenti les accusations qui tournent autour de l’origine de la drogue, à savoir un des ports syriens… qui sont souvent utilisés par le groupe chiite pro-iranien pour ces trafics. « Nous avons contacté des responsables en Italie pour retracer ses origines », a déclaré Nasrallah à propos de l’expédition. «Les allégations n’avaient aucun fondement dans la réalité. Au contraire, ils enquêtent sur l’État islamique (une formation qui a presque disparu aujourd’hui, ndlr), la mafia italienne et russe et d’autres réseaux criminels (sur lesquels le Hezbollah s’appuie aussi souvent, ndlr) ». Puis il a souligné l’opposition claire de l’organisation à l’usage de drogues, en essayant de renforcer la position de la non-conformité.

Les enquêteurs ne commentent pas les déclarations ou les enquêtes de Nasrallah, ajoute la BBC. Il nous reste une question, en plus de celle sur l’origine de la drogue, à laquelle les enquêtes répondront. Par quels canaux une organisation dont la branche militaire est sur la liste noire du terrorisme a-t-elle communiqué avec des responsables italiens (et les appels sont nombreux, même en Italie, pour mettre fin à une distinction entre les ailes politique et militaire de l’organisation non reconnue) ? Il n’est pas à exclure, explique un responsable italien sous anonymat, que l’organisation ne soit informée, et s’est plainte auprès des représentants de nos services au Liban. La deuxième piste, en revanche, mènerait au réseau du crime organisé, aux hommes d’affaires, aux entreprises et aux institutions bancaires que le Hezbollah (également via l’Amérique du Sud) utilise pour ses affaires en Italie, qui concernent souvent, comme déjà dit sur notre site, les drogues mais aussi les armes et les explosifs. Qu’il suffise de dire qu’en septembre, l’ambassadeur Nathan Sales, responsable de la lutte contre le terrorisme au département d’État américain, a révélé que depuis 2012 « le Hezbollah a déplacé d’importants stocks de nitrate d’ammonium, utilisé pour fabriquer des bombes, à travers la Belgique, vers la France, la Grèce, Italie, Espagne et Suisse ».

Gabriele Carrer. (Formiche)

Iran: nipote Khamenei a comunità internazionale: tagliare con Teheran

La nipote della guida suprema dell'Iran Ali Khamenei, Farideh Moradkhani, nota attivista per i diritti umani, ha invitato i governi stranieri a tagliare tutti...

Iran: la nièce de Khamenei appelle la communauté internationale à couper les liens avec Téhéran

La nièce du guide suprême iranien Ali Khamenei, Farideh Moradkhani, célèbre militante des droits de l'homme, a appelé les gouvernements étrangers à couper tout...

Syrie: médias, avec le soutien de l’Iran, Damas déploie de nouveaux systèmes de défense aérienne

(Rome, Paris, 27 novembre 2022). La Syrie et l'Iran ont déployé de nouveaux systèmes de défense aérienne, notamment des systèmes de brouillage des fréquences...

Siria: media, Damasco con il sostegno dell’Iran dispiega nuovi sistemi di difesa aerea

(Roma, 27 novembre 2022). La Siria e l'Iran hanno dispiegato nuovi sistemi di difesa aerea, inclusi sistemi di disturbo delle frequenze radio e di...

Città del Vaticano: Francesco e l’Avvento: svegliamoci, Dio è presente nelle cose di ogni giorno

Prima della preghiera dell’Angelus, nella prima domenica del tempo di preparazione al Natale del Signore, il Papa ha commentato la bella promessa nel Vangelo...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

3 Commentaires

  1. […] Le Hezbollah, qui organise tous les trafics des produits subventionnés vers la Syrie (farine, carburants, médicaments…) et qui inonde le monde de drogues, avec le silence complice de ses alliés, a ainsi ordonné au ministère de la Santé de saisir des médicaments de lutte contre le Covid-19 (Ivermectine) distribués gratuitement sur ordonnance par les dispensaires Al-Arz (le Cèdre), relevant des Forces Libanaises, au moment où le même parti couvre la mafia du médicament qui vend ce produit à l’unité au marché noir, à des prix exorbitants. Ce faisant, le Hezbollah cherche à favoriser les médicaments fabriqués en Iran mais pas reconnus par les agences de santé à travers le monde, donc exclus du marché libanais. Le mafia politico-financière liée au Hezbollah avait aussi entravé la restauration des quartiers sinistrés par l’explosion du port du 4 août dernier, détourné et vendu au marché noir une partie importante des aides internationales, et imposé des taxes douanières aux dons collectés par la diaspora libanaise dont une partie reste bloquée au port depuis novembre dernier. […]

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here