L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

La «guerre secrète» dans les cieux de Moscou et de Kiev

(Paris, Rome, 02.01.2023). Tout d’abord, le 18 janvier, l’accident impliquant l’hélicoptère des services d’urgence de l’État ukrainien, un Super Puma EC-225 (renommé Airbus Helicopters), dans lequel 14 personnes ont perdu la vie, dont le ministre de l’Intérieur Denys Monastyrsky et d’autres hauts responsables gouvernementaux de Kiev. Puis, le vendredi 27 janvier, le mystérieux crash à l’aéroport international de Vnukovo à Moscou d’un deuxième hélicoptère, cette fois russe, le Mi-8 faisant partie du détachement de vol spécial « Rossiya », une équipe chargée de transporter d’importants représentants politiques, dont Vladimir Poutine, des membres d’agences spéciales et des troupes de l’armée.

Dans les deux cas, comme le souligne le journal italien «Inside Over», nous sommes confrontés à deux épisodes mystérieux : une énigme non résolue (l’épisode ukrainien) ou l’obscurité totale (l’épisode russe). On ne connaît pas les causes exactes qui ont conduit les deux hélicoptères à s’écraser au sol, l’un avec un épilogue dramatique, au-dessus d’une école maternelle, l’autre sur une piste d’un aéroport de Moscou.

Cependant, nous savons, et c’est la seule indication notable, souligne Federico Giuliani dans le journal italien, que les appareils impliqués dans les accidents n’étaient pas des avions classiques. Autrement dit, il s’agissait d’hélicoptères chargés de transporter des personnalités stratégiques au sein des systèmes politiques de Kiev et de Moscou. C’est pourquoi, en l’absence de reconstitutions officielles capables d’éclaircir toutes les zones d’ombre, d’éventuels attentats ne peuvent être écartés. Liés, bien sûr, à la guerre en Ukraine.

L’énigme de l’hélicoptère de Poutine

Les médias l’ont surnommé « l’hélicoptère de Poutine ». Cependant, le Mi-8 qui s’est écrasé au cœur de la capitale russe n’appartenait pas au chef du Kremlin. Il faisait partie d’une flotte spéciale utilisée pour transporter des hauts fonctionnaires du gouvernement russe, dont Vladimir Poutine. Ce qui était assez suffisant pour attirer l’attention.

Que s’est-il passé à l’aéroport de Vnukovo à Moscou ? Selon les médias russes, l’hélicoptère se serait écrasé lors de la phase d’atterrissage, heurtant le sol avec ses pales et faisant plusieurs victimes. Les responsables de l’aéroport ont déclaré que l’avion avait perdu une hélice et subi des dommages au niveau de la queue, et qu’il n’y avait eu ni victimes ni blessés.

Encore plus de confusion quant aux causes du crash : panne d’hélicoptère, erreur de pilotage ou mauvais temps ? Parmi les trois hypothèses les plus débattues, la piste qui mène au conflit ukrainien ressort. Autrement dit, un éventuel blitz chirurgical ennemi dans la foulée des nombreux épisodes qui, depuis des mois, se déroulent sur le territoire russe.

A lire : Frapper la Russie en profondeur. La stratégie derrière les raids ukrainiens

Si tel était le cas, il s’agirait d’un message clair adressé à Moscou, voire d’une tentative d’élimination d’un haut responsable russe. Si ce n’est pas, en effet, Poutine lui-même. Rien ne permet de l’affirmer, mais il est étrange qu’un appareil similaire, si hautement « sensible », puisse se retrouver impliqué dans un tel accident.

L’hélicoptère ukrainien

Tout aussi mystérieux était l’incident à Kiev qui a coûté la vie à Denis Monastyrsky, le ministre ukrainien de l’Intérieur, le premier vice-ministre Yevgeny Yenin et le secrétaire d’État du ministère, Yuriy Lubkovich.

Les autorités ukrainiennes ont ouvert une enquête criminelle, ordonnée par le président Volodymyr Zelensky, pour faire la lumière sur l’accident. « J’ai chargé le chef du Service de sécurité de l’Ukraine, en coopération avec tous les autres organes autorisés, afin de clarifier toutes les circonstances de la catastrophe », a expliqué le président ukrainien.

Plusieurs théories sont sur la table : de l’erreur habituelle du pilote à une panne, jusqu’à la piste habituelle, hypothétique, d’une attaque. « L’enquête est en cours. Différentes théories sont à l’étude et je ne suis pas autorisé à parler des différentes hypothèses tant que l’enquête n’est pas terminée », a expliqué Zelensky au Forum de Davos.

En reliant les points, il est difficile de reconstituer l’image exacte de la situation. Ce qui est certain, c’est que, tant pour « l’hélicoptère de Poutine » que pour celui de l’Ukraine, la guerre en Ukraine pourrait ne pas être pas une variable lointaine et éloignée.

A lire : Ces drones qui frappent la dissuasion nucléaire du Kremlin

Du moins à en juger par la série d’attaques silencieuses lancées jusqu’ici dans le cadre d’un conflit silencieux et parallèle aux combats sur le terrain.

Il discorso di Giorgia Meloni all’ONU anticipa il G7 italiano

(Roma, Parigi, 21.09.2023). La presidente del Consiglio al Palazzo di Vetro ha esposto alcuni dei temi che l’Italia porrà al centro della sua presidenza...

Volodymyr Zelensky arrive au Capitole des USA pour rencontrer les dirigeants du Congrès

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky est arrivé au Capitole américain, rapporte la «Rai News», pour rencontrer le président de la Chambre des représentants, le...

Volodymyr Zelensky arriva al Campidoglio degli Stati Uniti per incontrare i leader del Congresso

Il presidente ucraino Volodymyr Zelensky è arrivato al Campidoglio Usa per incontrare lo speaker della Camera, il repubblicano Kevin McCarthy, e il leader della...

Le Haut-Karabakh est à nouveau en feu. Ce que Moscou risque

(Paris, Rome, 21.09.2023). Dumoulin et Shamiev (ECFR), expliquent le contexte (y compris historique) dans lequel se développe la nouvelle crise entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie,...

Nagorno Karabakh di nuovo in fiamme. Cosa rischia Mosca

(Roma, 21.09.2023). Dumoulin e Shamiev (Ecfr), spiegano il contesto (anche storico) su cui si sviluppa la nuova crisi tra Azerbaijan e Armenia, con una...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here