L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

400 prêtres ukrainiens dénoncent Kirill, le «patriarche de Moscou et de toute la Russie»

(Rome, Paris, 14 avril 2022). « La tragédie qui se déroule aujourd’hui en Ukraine est aussi le résultat de la politique menée par le patriarche Kirill pendant son mandat à la tête de l’Église russe », déclare l’un des signataires, le père Andriy Pinchuk.

Le nombre de prêtres de l’Église ukrainienne sous la juridiction du Patriarcat de Moscou qui s’adressent collectivement au Conseil des Primats des Anciennes Églises Orientales (la plus haute juridiction de l’orthodoxie mondiale) pour poursuivre le patriarche de Moscou Kirill, a atteint environ 400 signataires.

Les 400 prêtres, écrit «Orthodox Times», affirment que Kirill prêche la doctrine du « monde russe », qui s’écarte de l’enseignement orthodoxe et doit être condamnée comme hérésie. Ils accusent Kirill de crimes moraux en bénissant la guerre contre l’Ukraine et en soutenant pleinement les actions agressives des troupes russes sur le sol ukrainien.

« Nous assistons aux actions brutales de l’armée russe contre le peuple ukrainien, approuvées par le patriarche Kirill. En tant que prêtres de l’Église et en tant que simples chrétiens, nous avons toujours été et serons toujours avec notre peuple, avec ceux qui souffrent et ont besoin d’aide. Nous soutenons pleinement les autorités de l’État ukrainien et les forces armées ukrainiennes dans leur lutte contre l’agresseur », déclarent les prêtres dans leur appel.

Les 400 prêtres ukrainiens estiment également que les activités du patriarche de Moscou représentent une menace pour l’orthodoxie œcuménique. Les auteurs du texte appellent le Concile à « examiner les déclarations publiques de Kirill sur la guerre contre l’Ukraine, à les évaluer à la lumière des Saintes Écritures et de la Tradition sacrée de l’Église », et à priver Kirill du droit au trône patriarcal.

« La tragédie qui se déroule aujourd’hui en Ukraine est aussi le résultat de la politique menée par le patriarche Kirill pendant son mandat à la tête de l’Église russe. De toute évidence, c’est déjà un défi pour l’ensemble du monde orthodoxe », déclare le père Andriy Pinchuk qui a téléchargé le texte de l’appel et les noms de ses signataires sur son compte Facebook.

Le chemin de croix du pape François

Entre-temps, la controverse ukrainienne se poursuit contre la décision du pape François de faire porter la croix par une femme russe et une femme ukrainienne, lors de sa «Via Crucis/chemin de croix » demain soir, le vendredi Saint. Pour l’heure, cependant, la décision est maintenue. De forts doutes sur le format choisi pour la «Via Crucis» au Colisée sont exprimés aujourd’hui par l’association italo-ukrainienne, tandis que l’opposition est exprimée par l’évêque catholique latin de Kiev-Jytomyr, Monseigneur Vitalii Kryvytskyi, dont les propos ont été repris sur Twitter par l’ambassadeur Ukrainien auprès du Saint-Siège, Andrii Yurash.

« Je partage l’opinion de nombreux compatriotes selon laquelle le thème de la 13e Station – Jésus meurt sur la croix – est plus douloureux que l’union des nations en guerre, d’autant plus que la Russie n’arrête pas ses plans agressifs. Ce geste de réconciliation est bon en soi, mais ses détails risquent d’être incompréhensibles et inacceptables pour ceux qui souffrent actuellement de l’agresseur », explique Kryvytskyi sur son compte Facebook, espérant de tout cœur « que les organisateurs aient encore la possibilité de corriger le scénario du « Via Crucis » et d’éviter de nouvelles polémiques sur cette question ».

Les voix favorables ne manquent pas, dont celle d’un penseur laïc comme l’historien de l’art et recteur de l’Université pour étrangers de Sienne, Tomaso Montanari : « L’une des conséquences de cette maudite guerre est que nous recommençons à penser que les États et les Ambassades sont maîtres de leurs citoyens. Il n’en est rien, et ces deux amies, une Russe et une Ukrainienne, sous la Croix est un puissant signe de résurrection dans un lac de mort sans fin », a-t-il tweeté.

Qui est Kiril

Kirill I (Cyril I), est un archevêque orthodoxe russe, né il y a 75 ans à ce qui était alors Leningrad sous le nom de Vladimir Michajlovič Gundjaev. Il est le seizième patriarche de Moscou et de toute la Russie, à la tête d’une Église qui compte 150 millions de fidèles, soit environ la moitié du monde orthodoxe, et il est un très loyaliste de Poutine.

Entre autres choses, en plus d’avoir béni la guerre de la Russie en Ukraine, dans un sermon du « dimanche du pardon », avec des mots très durs, expliquant que la guerre de la Russie en Ukraine « est juste » parce que les modèles de vie pécheurs contraires à la tradition chrétienne comme la « gay pride » doivent être punis, il a également un compte à régler avec Philarète, le primat de l’Église orthodoxe ukrainienne de Kiev.

Philarète, né Mychajlo Antonovyč Denysenko, est le troisième et dernier primat de l’Église orthodoxe ukrainienne de Kiev, d’octobre 1995 à décembre 2018, date à laquelle cette Église a fusionné avec l’Église orthodoxe d’Ukraine. Déposé en 1992 puis excommunié en 1997 par le Patriarcat de Moscou sous l’inculpation de vouloir créer une Église ukrainienne indépendante et schismatique, il a été réhabilité en 2018 par le Patriarcat de Constantinople suite à la reconnaissance de l’autocéphalie de l’Église orthodoxe d’Ukraine.

(Rai News)

Ucraina: Antonio Guterres in visita a sorpresa in Moldova

Il segretario generale delle Nazioni Unite, Antonio Guterres, è arrivato venerdì nella Repubblica di Moldova, dove incontrerà il presidente Maia Sandu. La visita a...

Ukraine: António Guterres en visite surprise en Moldavie

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, est arrivé vendredi en République de Moldavie, où il rencontrera la présidente Maia Sandu. La visite de...

Macron et Poutine, les retrouvailles au téléphone: ce qu’ils se sont dit ce vendredi

(Rome, 19 août 2022). Leur dernier entretien téléphonique remontait au 28 mai. Vladimir Poutine et Emmanuel Macron ne s'étaient plus parlé depuis le 28 mai....

Macron e Putin d’accordo sull’ispezione nella centrale di Zaporizhzhia

(Roma, Parigi, 19 agosto 2022). Gli ispettori dell'Agenzia internazionele per l'energia atomica potranno accedere alla centrale controllata dai russi e sotto attacco da parte...

Ukraine: Emmanuel Macron appelle les Français à «accepter de payer le prix de la liberté»

(Rome, 19 août 2022). Le chef de l'Etat a dénoncé «l'attaque brutale lancée par Vladimir Poutine» en Ukraine, après s'être entretenu dans la journée...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here