L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Covid: une pandémie et des preuves de guerre avec armes biologiques

(Rome, Paris, 17 janvier 2022). À des fins stratégiques, il est d’une importance cruciale pour un planificateur militaire d’analyser la pandémie comme s’il s’agissait d’une répétition générale d’une future guerre avec un recours massif aux armes biologiques. L’analyse du général Vincenzo Camporini, ancien chef d’état-major de l’armée de l’air et de la défense

 Pour des raisons historiques et politiques, il est certainement d’une importance fondamentale de déterminer l’origine du virus qui a causé la pandémie de CoViD-19, qu’il s’agisse d’une genèse totalement naturelle ou qu’il soit le résultat de manipulations génétiques effectuées dans une clinique.

Cependant, à des fins stratégiques, la question devient d’une importance secondaire, alors qu’elle revêt une importance cruciale pour un planificateur militaire d’analyser la pandémie comme s’il s’agissait d’une répétition générale d’une guerre future avec un recours massif aux armes biologiques.

L’histoire nous dit que l’idée n’est certainement pas nouvelle : dans le passé, il était assez courant d’empoisonner les puits, en utilisant également des charognes de bétail, afin de propager des maladies parmi les troupes ennemies, de réduire ou d’anéantir leurs capacités opérationnelles. Même des événements assez récents nous parlent de guerres où, parmi les militaires, le nombre de morts au combat était inférieur à celui des morts de maladies, comme cela s’est produit par exemple pendant la guerre de Crimée.

Plus récemment, le problème est resté constamment à l’ordre du jour et l’arme biologique a toujours été suffisamment prise en compte de manière adéquate, même pendant les guerres du siècle dernier, avec des agents tels que l’anthrax concrètement insérés dans les arsenaux, au point que chaque armée s’est équipée de capacités définies dans le jargon militaire par l’acronyme NBC, c’est-à-dire Nucléaire, Bactériologique, Chimique, incluant ainsi la capacité d’opérer dans des environnements contaminés par divers types d’agents. En effet certains pays ont développé cette sensibilité plus que d’autres, et aujourd’hui dans le cadre de l’Alliance atlantique, par exemple, la mise à disposition de l’expérience acquise par l’armée de la République tchèque est précieuse, formalisée par l’établissement d’un « Centre d’excellence » multinational dans la base de Vyskov, comme le rapporte l’analyse du Général Italien Vincenzo Camporini dans le quotidien «Start Magazine».

Les événements des deux dernières années, au cours desquels la plupart des pays ont vu leurs économies compromises au point de s’effondrer, et donc la capacité de continuer d’être des acteurs crédibles dans les scénarios internationaux, ont fourni des preuves claires et sans équivoque, qui devraient donner matière à réflexion. En effet, une puissance hypothétiquement déterminée à occuper une position dominante pourrait atteindre cet objectif en développant simultanément un agent pathogène hautement létal, capable de se propager rapidement, et les contre-mesures appropriées, sous forme de vaccins adéquats ou autres, pour protéger ses propres population et son propre appareil militaire qui ne serait donc pas difficile à vaincre des forces adverses fragilisées par une situation sanitaire critique.

La réaction du monde occidental à l’émergence du SRAS-CoV-2 et à sa propagation rapide, aux effets dévastateurs, a été incroyablement rapide, permettant la production en l’espace d’un peu plus de douze mois d’une série de vaccins qui ont considérablement réduit la létalité de l’agent pathogène, un agent qui en tout cas continue de maintenir en difficulté la vie quotidienne et les capacités économiques de nos pays. Mais douze mois, c’est une énormité qu’on ne peut guère se permettre face à une action déterminée comme celle sommairement décrite, soigneusement planifiée et exécutée, accompagnée d’une campagne militaire classique par une puissance ennemie. Selon toute vraisemblance, la capacité de résistance des pays attaqués serait drastiquement réduite, comme l’ont clairement démontré les premiers mois de la pandémie actuelle : un porte-avions américain déployé dans le Pacifique, le Roosevelt, a été hors de combat pendant près de trois semaines en raison à la propagation du virus dans son équipage, avec une lourde désorientation de toute la chaîne hiérarchique américaine. En fait, le commandant du porte-avions Brett Crozier a été démis de ses fonctions à la demande du secrétaire à la Défense, qui s’en est ensuite excusé.

Des épisodes comme celui-ci doivent apprendre la nécessité de disposer de mesures préventives adéquates, afin de garantir l’opérabilité de l’instrument militaire en toutes circonstances, ce qui nécessite des investissements en personnel, en équipement ; même si en temps normal, ces investissements peuvent apparaître redondants.

Un autre enseignement à tirer des événements de ces deux dernières années concerne l’intégrité des chaînes d’approvisionnement : la mondialisation a permis une optimisation des coûts en délocalisant la production de composants et de sous-ensembles «low-tech» vers des pays où la main-d’œuvre est moins chère. Cependant, les pays ayant un niveau technologique plus élevé ont cependant payé cet avantage économique par une vulnérabilité inacceptable de leurs chaînes de production, au point de devoir dépendre de la Chine pour la fourniture de masques de protection très simples. Cela ne doit plus se reproduire, non pas dans le sens où nous devons à tout prix maintenir des productions non rentables, mais dans le sens où, pour toute chaîne de valeur, nous devons identifier les éléments critiques, pour lesquels il faut maintenir une capacité potentielle à reprendre rapidement l’intégrité des processus. Encore une fois, cela nécessite des investissements, qui peuvent paraître improductifs, mais qui ne sont rien d’autre qu’une prime d’assurance, sans laquelle nous nous retrouverions à la merci non seulement des événements accidentels et fortuits, mais surtout de ceux qui souhaitent exploiter ces vulnérabilités pour leurs propres conceptions stratégiques, des conceptions qui mettraient en péril nos modèles sociaux, sinon nos libertés.

Se préparer au pire peut coûter cher, poursuit le général Camporini, mais c’est certainement moins cher que le prix des conséquences d’un manque de préparation.

Italia: frana a Ischia, trovato un corpo: almeno 12 dispersi. Piantedosi: «Persone sotto il fango non rispondono alle chiamate»

Il maltempo che si è abbattuto sull'isola campana ha causato una frana partita dalla pendici del monte Epomeo, che ha invaso il comune di...

Drame en Italie: au moins 8 morts dans un glissement de terrain sur l’île d’Ischia, 13 personnes toujours recherchées

Des habitations ont également été englouties lors de pluies torrentielles. Huit personnes sont mortes sur l'île d'Ischia, au large de Naples, à la suite...

La Russie tue aussi en hiver. Le coût élevé de l’énergie augmente le nombre de décès en Europe

(Rome, Paris, 26 novembre 2022). Cet hiver, l'arme énergétique de la Russie pourrait également faire des milliers de morts en Europe. Les coûts de...

La Russia uccide anche d’inverno. Il caro-energia fa crescere i morti in Europa

(Roma, 26 novembre 2022). Questo inverno, l’arma energetica russa potrebbe mietere migliaia di vite anche in Europa. Il caro-energia è correlato alle morti in...

Un logiciel russe s’est infiltré au cœur de l’Occident

(Paris, Rome, 25 novembre 2022). Même les herméneutiques les plus audacieuses ne pourraient prévoir l'étonnante versatilité du renseignement russe, capable de rester caché aux...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here