L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Mystère en mer de Norvège: les câbles de surveillance sous-marine ont disparu

(Rome, 14 novembre 2021). Oslo, nous avons un problème. Non, il ne s’agit pas d’une erreur de transcription, mais une phrase qui peut résumer ce qui s’est passé en Norvège, où, selon les révélations de «Dagens Næringsliv», plusieurs kilomètres de câbles reliant les capteurs de surveillance sous-marine ont disparu. Environ quatre kilomètres sur 60. Les dégâts étaient si importants qu’ils ont mis hors service plusieurs capteurs du système Lofoten-Vesterålen (LoVe), un système qui, opérationnel depuis 2020, est le premier écran de contrôle d’Oslo sur tout ce qui se passe au large des côtes du nord de la Norvège.

Pourquoi LoVe est fondamental

Selon Lorenzo Vita du quotidien italien «Il Giornale/Inside Over», le système a été créé comme un outil de mesure de la qualité de l’océan. Les données scientifiques sont utilisées par l’institut de recherche pour surveiller l’état de la mer, les bancs de poissons, les températures et les courants et comprendre l’impact du changement climatique sur cette étendue de mer. Mais outre l’intérêt environnemental, il est clair qu’un système de surveillance des océans dans une zone si dense avec des passages de navires et sous-marins de l’OTAN et de la Russie, est également d’un grand intérêt d’un point de vue stratégique.

Les données, explique le site spécialisé The Drive, sont d’abord analysées par le «Norwegian Defence Research Establishment» puis remises aux scientifiques pour une analyse environnementale. Un double pas qui nous fait comprendre l’importance de ce réseau de capteurs, et la raison pour laquelle les autorités norvégiennes ont été immédiatement prévenues de l’incident. La découverte concerne la sécurité nationale.

Selon les conclusions de Dagens Næringsliv, le système LoVe a commencé à avoir des problèmes depuis avril avec la perte de contacts du capteur sur l’île de Langøya. Les chercheurs ont alors découvert que la « disparition » n’était pas due à un défaut, mais un câble manquant. Il s’agissait donc non seulement de dégâts, mais d’une section entière de câble reliant ce qu’on appelle techniquement des « nœuds » qui avait littéralement disparu. Outre la disparition d’une partie du câble, le « Nœud 2 », qui se trouve à environ 250 mètres de profondeur, et le « Nœud 3 », ont été retrouvés dans une position différente de celle dans laquelle ils étaient censés être.

Les hypothèses

Les experts de l’institut de recherche marine estiment qu’il est peu probable qu’il s’agisse d’un événement accidentel. S’il s’agissait d’un câble coupé par un navire ou un bateau de recherche, il aurait été impossible pour l’équipage de ne pas le remarquer, puisqu’il s’agit d’une section dont le poids est de l’ordre de plus d’une tonne. Et dans tous les cas, de l’avis des experts, réaliser une telle opération de « découpage » nécessiterait une puissance qui exclurait un passage fortuit.

En outre, il semble que dès les premières recherches chronologiques des données satellitaires, il n’y avait aucun navire qui, officiellement, naviguait dans ces eaux lorsque les capteurs ont cessé de fonctionner. Cela suggère qu’une unité ennemie, dont le transpondeur est éteint, a opéré dans l’obscurité totale. Les médias norvégiens parlent de deux bateaux présents dans une zone pas trop éloignée du lieu de l’incident : mais leur identification est restée secrète.

Alors la question se pose : qui l’a fait ? Trois hypothèses sont actuellement examinées de manière plus concrète. D’une part, il est possible que ce soit l’effet d’une recherche de pétrole infructueuse. Ou peut-être n’a-t-il pas été réalisé de manière professionnelle avec un forage qui a affecté précisément la zone tracée par les capteurs. Il y a aussi ceux qui émettent l’hypothèse que les câbles se soient fatalement emmêlés, bien que, comme mentionné, sont nombreux qui doutent que l’incident aurait pu se produire sans intervention humaine. La troisième hypothèse, qui fait planer l’ombre d’une « histoire d’espionnage », désigne plutôt directement la Russie.

La piste russe

La « piste russe » repose principalement sur trois éléments. Tout d’abord, cette section de câble était située près de l’une des routes les plus importantes de la Flotte du Nord. Une route utilisée à la fois par les flottes de surface et sous-marines pour naviguer dans les eaux de l’Atlantique, en passant par le tristement célèbre « Giuk Gap », une barrière maritime qui identifie la porte d’entrée de la zone sous contrôle de l’OTAN. Si ce système est essentiel pour surveiller le passage des sous-marins en mer de Norvège, de nombreux observateurs émettent l’hypothèse que ce câble a agacé ceux qui ne veulent pas être vus par l’Alliance atlantique : donc la marine de Moscou. Une raison plus technique n’e peut être exclue : comprendre ce qui se cache derrière ces capteurs est un outil très utile pour comprendre les avancées technologiques des pays voisins en matière de surveillance maritime.

Après tout, ce n’est pas un mystère que la Norvège et la Russie sont souvent à couteaux tirés sur le front de l’espionnage, étant donné qu’Oslo est l’un des bastions de l’OTAN pour la surveillance des mouvements russes. Comme le rapporte « Agi/Interfax », le ministère russe de la Défense a confirmé que ces derniers jours, deux de ses Tupolev Tu-160 ont effectué une patrouille «sur les eaux neutres des mers de Barents, de Norvège et du Nord». Des vols contrôlés par les chasseurs Eurofighter Typhoon de la British Air Force. Cela confirme que cette étendue de mer est bien au centre de surveillance des forces armées du Kremlin.

Yantar et Losharik, les cauchemars des flottes de l’OTAN

En outre, ajoute Lorenzo Vita, les analystes soulignent que la Russie serait effectivement capable de mener une telle activité sur des câbles sous-marins. Des missions pour lesquelles elle dispose de deux unités : le Yantar et le « mystérieux » sous-marin Losharik. Le premier est un navire espion qui a donné du fil à retordre à l’Alliance atlantique ces derniers mois, et notamment aux Irlandais et aux Britanniques. En septembre, il était apparu dans la Manche après quelques semaines de navigation autour des côtes irlandaises et avait alarmé l’ensemble de la Royal Navy, terrifiée à l’idée que cette unité russe puisse désactiver les câbles sous-marins. À propos de Losharik, en revanche, on en sait encore moins que sur le Yantar, car les renseignements navals russes ont pratiquement dissimulé tous types d’action sur ce sous-marin. Beaucoup soupçonnent qu’en réalité après l’accident de 2019, il a été définitivement perdu. D’autres pensent que le sous-marin est, au contraire, pleinement opérationnel et capable de frapper à nouveau.

Le soupçon des médias norvégiens est que la main de Moscou est donc derrière l’incident. Bien que ce ne soit qu’une des pistes. Peut-être le plus fascinant, ou peut-être le plus vrai. Mais à l’heure actuelle, cela reste une hypothèse qu’il est clairement difficile d’avoir confirmation. Les services de la Norvège et de l’OTAN sont à l’œuvre pour tenter de comprendre ce qui a coupé et enlevé ces kilomètres de câbles sous-marins. Ce qui est certain, c’est qu’Oslo a désormais un problème.

Défense. Le chef d’état-major de la marine française : des liens inextricables entre Paris et Londres

(Rome, Paris, 05 décembre 2021). Il existe des liens indissociables entre la France et le Royaume-Uni dans le domaine de la défense. C'est ce...

Difesa. Il capo di Stato maggiore della Marina francese: tra Parigi e Londra legami inestricabili

(Roma, Parigi, 05 dicembre 2021). Tra Francia e Regno Unito ci sono legami inestricabili nel settore della difesa. Lo ha dichiarato il capo di...

Afghanistan: USA, il regime talebani colpevoli esecuzioni di ex membri delle forze di sicurezza

Gli Stati Uniti e i loro alleati occidentali hanno accusato ieri sera il regime talebano di "esecuzioni sommarie" di ex membri delle forze di...

Afghanistan: les USA accusent les talibans d’exécutions sommaires d’anciens membres des forces de sécurité

Selon l’agence italienne ANSA, les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux ont accusé hier soir le régime taliban d'«exécutions sommaires» d'anciens membres des forces de...

Attaque de pirates contre le département d’État américain à l’aide d’un logiciel espion israélien

(Rome, 04 décembre 2021). Selon des rapports publiés exclusivement par Reuters, les iPhones d'au moins 9 employés du département d'État américain ont été piratés...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here