L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Liban: explosion de Beyrouth. Human Rights Watch, des hauts responsables incriminés

(Rome, 03 août 2021). Un an après l’explosion de Beyrouth, l’ONG Human Rights Watch publie un long rapport dans lequel elle explique que l’explosion a été causée par la négligence de hauts responsables libanais, qu’elle désigne nommément. Elle appelle le Conseil des droits de l’homme de l’ONU à mandater une enquête

Plusieurs responsables libanais ont « anticipé et accepté tacitement les risques » mortels posés par le nitrate d’ammonium stocké dans le port de Beyrouth à l’origine de la double explosion meurtrière du 4 août 2020, dénonce Human Rights Watch dans un rapport publié mardi 3 août 2021, près d’un an après l’explosion.

Évoquant des « preuves accablantes », l’ONG, qui estime que « plusieurs autorités libanaises ont été, au minimum, criminellement négligentes » au regard de la loi nationale, appelle le Conseil des droits de l’homme de l’ONU à mandater une enquête sur les causes et les responsabilités de cette explosion qui a fait plus de 200 morts, des centaines de blessés et a dévasté de nombreux quartiers de la capitale libanaise.

Elle invite également les pays dotés de régimes à portée extraterritoriale permettant de sanctionner les violations des droits de l’homme et la corruption indépendamment de la nationalité des personnes concernées à « sanctionner les fonctionnaires impliqués » dans l’explosion ou dans les entraves à l’enquête.

Ce rapport de 127 pages est issu de l’analyse d’une centaine de documents officiels relatifs au navire russe Rhosus et à sa cargaison de produits chimiques à l’origine de l’explosion ainsi que de correspondances et d’entretiens avec des responsables libanais, des entreprises impliquées et des représentants de victimes, ainsi que des articles de presse et rapports sur cette catastrophe.

De hauts responsables désignés comme responsables

« Des preuves montrent de manière accablante que l’explosion d’août 2020 dans le port de Beyrouth a été causée par la négligence de hauts responsables libanais qui n’ont pas communiqué avec précision les dangers posés par le nitrate d’ammonium, ont sciemment stocké ce composant dans des conditions dangereuses et n’ont pas protégé la population », a déclaré Lama Fakih, directrice de la division Crises et conflits de Human Rights Watch et directrice du bureau de Beyrouth, citée dans un communiqué.

L’ONG cite nommément de nombreux responsables – dont le président Michel Aoun, le Premier ministre par intérim de l’époque Hassan Diab, le directeur général de la Sécurité de l’État, le général Tony Saliba – qui n’auraient selon cette enquête pris aucune mesure alors qu’ils ont déclaré avoir été tenus au courant des risques.

Sollicités par Reuters, le palais présidentiel n’a pas souhaité commenter ce rapport et Hassan Diab n’a pas répondu dans l’immédiat.

Tony Saliba a quant à lui précisé à Reuters que ses services avaient fait tout leur possible dans leur champ de compétences, notamment en transmettant des rapports pour prévenir les autorités.

Les nombreux obstacles de l’enquête

L’enquête libanaise sur l’explosion de l’été 2020, menée par le juge Tarek Bitar, s’est heurtée à de nombreux obstacles. Les demandes envoyées par le Parlement et le gouvernement pour lever l’immunité de plusieurs hauts responsables ont été soit refusées soit bloquées, empêchant leur audition par la justice.

Pour HRW, « des failles procédurales et systémiques » – au rang desquelles figurent notamment le manque d’indépendance judiciaire et l’immunité des hauts responsables politiques – ont empêché que la justice soit rendue « de manière crédible » lors de l’année écoulée depuis l’explosion.

Le président Michel Aoun a fait savoir vendredi 30 juillet qu’il était prêt à témoigner et que nul n’était au-dessus des lois.

(Ouest-France)

Mali: un soldato francese ucciso in azione

Un militare francese, il caporalmaggiore Maxime Blasco, è stato ucciso questa mattina nel Mali. Lo ha reso noto l'Eliseo in una nota, dove si...

Mali: un soldat français tué au combat

« C’est avec une émotion particulièrement vive que le président de la République a appris la mort en opération du caporal-chef Maxime Blasco du...

Libye: le Conseil de l’UE nomme le contre-amiral Stefano Turchetto commandant d’Irini

(Rome, 24 septembre 2021). Stefano Turchetto prendra le commandement du contre-amiral Fabio Agostini le 1er octobre 2021 Le Conseil de l'Union européenne a nommé le...

Libia: il Consiglio Ue nomina il contrammiraglio Stefano Turchetto comandante Irini

(Roma, 24 settembre 2021). Stefano Turchetto prenderà il comando dal contrammiraglio Fabio Agostini il primo ottobre 2021 Il Consiglio dell’Unione europea ha nominato il contrammiraglio...

Iraq: ISF e Peshmerga strutturano la cooperazione contro lo Stato Islamico

Le forze di sicurezza irachene (ISF) e i Peshmerga curdi stanno lavorando per creare una struttura di coordinamento comune contro lo Stato Islamico in...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

1 Commentaire

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here