L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Algérie: les électeurs appelés aux urnes pour les législatives

À l’issue d’une campagne électorale sans public pour cause d’épidémie, les Algériens se rendent aux urnes, samedi 12 juin, pour des élections législatives anticipées censées apporter une nouvelle légitimité au pouvoir en place, rejeté par le mouvement contestataire du Hirak.

Les Algériens se rendent aux urnes, samedi 12 juin, pour des élections législatives anticipées rejetées par le mouvement contestataire du Hirak et une partie de l’opposition, sur fond de répression tous azimuts. Le principal enjeu est à nouveau la participation après les précédentes consultations électorales, la présidentielle de 2019 et le référendum constitutionnel de 2020, marquées par une abstention historique. Les bureaux de vote ont ouvert samedi matin en Algérie pour ces premières législatives depuis le soulèvement populaire inédit et pacifique, né le 22 février 2019 du rejet d’un 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika, poussé près de deux mois plus tard à la démission après 20 ans au pouvoir.

Ils fermeront à 19 h (18 h GMT) tandis que les résultats officiels, eux, ne sont pas attendus avant dimanche. À l’issue d’une campagne apathique, les partis progouvernementaux ont appelé à participer « en force » au scrutin, tandis que le Hirak, qui réclame en vain un changement radical du « système » de gouvernance en place depuis l’indépendance (1962), a dénoncé d’emblée une « mascarade électorale ».

Quoi qu’il arrive, le pouvoir s’accommodera d’une éventuelle forte abstention, tout en espérant un taux de participation entre 40 % et 50 %. Car il est déterminé à imposer sa « feuille de route » électoraliste, en ignorant les revendications du Hirak – État de droit, transition démocratique, souveraineté populaire, justice indépendante. Quelque 24 millions d’Algériens sont appelés à élire les 407 députés de l’Assemblée populaire nationale pour un mandat de cinq ans. Ils doivent choisir parmi près de 1.500 listes, dont plus de la moitié s’affichent comme « indépendantes ».

« Perpétuer le système »

C’est la première fois qu’un nombre aussi élevé d’indépendants se présentent face à des prétendants endossés par des partis largement discrédités et jugés responsables de la crise dans le pays. Ces nouveaux venus, à l’affiliation floue, pourraient s’imposer comme une nouvelle force avec l’aval du pouvoir, qui a fait appel aux « jeunes » et encouragé leurs candidatures. D’autant que l’opposition laïque et de gauche, en perte de vitesse, a choisi de boycotter le scrutin. Quant aux vainqueurs des dernières législatives (2017), le Front de libération nationale (FLN) et le Rassemblement national démocratique (RND), associés à l’ère d’Abdelaziz Bouteflika, ils sont aujourd’hui déconsidérés.

Il faut aussi compter avec la mouvance islamiste modérée qui a décidé de prendre part au scrutin. Abderrazak Makri, le président du Mouvement de la Société pour la Paix (MSP), proche des Frères musulmans, s’est dit « prêt à gouverner » en cas de victoire. Certains analystes prédisent même une majorité relative pour ces partis islamistes modérés dans la nouvelle assemblée. « Selon un scénario probable, les forces politiques issues de ce scrutin pourraient se regrouper et former une coalition dont l’objectif serait de perpétuer le système », estime le centre de réflexion International Crisis Group (ICG).

« Effrayante escalade »

À l’approche de l’échéance électorale, le chef d’état-major, le général Saïd Chengriha, a mis en garde contre « tout plan ou action visant à perturber le déroulement » du vote.

Considéré comme une façade civile de l’institution militaire, le gouvernement s’est efforcé ces derniers mois d’étouffer la contestation, interdisant les manifestations et multipliant les interpellations et les poursuites judiciaires visant opposants, militants, journalistes et avocats. Estimant avoir déjà répondu aux demandes du Hirak, le pouvoir dénie depuis plusieurs mois toute légitimité à ce mouvement sans véritables leaders, qu’il accuse d’être instrumentalisé par des « parties étrangères ».

Les trois figures du mouvement de contestation algérien, arrêtées jeudi à 48 heures des législatives anticipées, ont été libérées dans la nuit de vendredi à samedi, a annoncé le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). « Khaled Drareni, Ihsane El Kadi, Karim Tabbou relâchés », a précisé le CNLD sur sa page Facebook. Quelque 222 personnes sont actuellement incarcérées pour des faits en lien avec le Hirak et/ou les libertés individuelles, selon le Comité national pour la libération des détenus. Pour Human Rights Watch, qui dénonce une « effrayante escalade répressive », « les vagues promesses d’ouverture et de dialogue du président (Abdelmadjid) Tebboune se fracassent contre la réalité de la répression ». (France24)

Liban: explosion de Beyrouth. Human Rights Watch, des hauts responsables incriminés

(Rome, 03 août 2021). Un an après l’explosion de Beyrouth, l’ONG Human Rights Watch publie un long rapport dans lequel elle explique que l’explosion...

Libano: esplosione di Beirut. Human Rights Watch condanna alti funzionari

(Roma, 03 agosto 2021). A un anno di distanza dall’esplosione che, il 4 agosto 2020, ha devastato il porto di Beirut, Human Rights Watch...

Liban: Le silo de blé et les germes de la nation

(Rome, 03 aout 2021). A l’occasion du premier anniversaire de l’explosion apocalyptique du port de Beyrouth, le 04 août 2020, le député Pierre Bouassi...

«Potenziale dirottamento» di una nave al largo di Fujairah

Il dipartimento per le operazioni commerciali marittime del Regno Unito (Ukmto) ha indicato un potenziale dirottamento di una nave in corso a circa 60...

Un «potentiel détournement» de navire en cours au large de Fujaïrah

Ce mardi, l’Agence de sécurité maritime UKMTO alerte sur un « potentiel détournement » de navire en cours au large des Emirats arabes unis,...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here