L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Quelles sont (et où sont) les zones interdites en Europe

(Rome, 15 mai 2021). Les zones interdites ou les secteurs interdits sont deux synonymes avec lesquels la presse généraliste, les politiciens et les analystes d’Europe occidentale se réfèrent à ces quartiers à accès limité, voire interdit, où l’accès informel est interdit à la police et dont les habitants sont sous le joug du crime organisé et de l’islam radical. Ces quartiers sont le résultat de décennies de politiques migratoires et sociales caractérisées par une myopie sévère, qui au fil du temps ont cessé d’être des laboratoires d’intégration pour prendre la forme d’enclaves ethniques, qui, séparées de leurs sociétés d’accueil par une scellée, sont devenues des pépinières de crime et de radicalisation, écrit Emanuel Pietrobon dans le quotidien «Inside Over».

Les quartiers à accès interdit se sont répandus comme une traînée de poudre sur presque toute l’Europe, ayant fait l’objet de recensements et d’enquêtes, ou étant dénoncées par des journalistes et des politiciens, en Belgique, au Danemark, en France, en Allemagne, en Angleterre, aux Pays-Bas, en Espagne et en Suède. Et des réalités territoriales pernicieuses, marquées par des taux élevés de radicalisation d’organisations islamistes et/ou djihadistes, ont également été signalées dans les Balkans, comme en Bulgarie.

Le problème, en résumé, n’est pas exclusivement lié à l’échec de l’intégration de certains immigrés d’origine non européenne, et il ne concerne pas non plus uniquement l’Europe occidentale, car les zones d’accès interdit sont disséminées sur la quasi-totalité du Vieux Continent, de la Scandinavie aux Balkans, en passant par l’Ibérie et le Benelux.

Le phénomène général

Une estimation précise du phénomène des zones d’accès interdit est impossible, notamment parce que les autorités de certains pays, tout en admettant leur existence, n’ont pas fourni de données utiles au public ; ce sont les cas, par exemple, de l’Allemagne, de l’Angleterre et de la Belgique. Dans ces pays, la conduite d’un débat public est compliquée par le fait que ceux qui parlent de zones interdites sont accusés de théories du complot banales, lorsqu’ils ne soutiennent pas les théories du complot de l’extrême droite, ce qui a pour effet de tuer dans l’œuf tout échange d’opinions et points de vue différents.

La réticence des classes politiques et le risque d’ostracisme n’ont pas empêché les chercheurs universitaires et les journalistes d’investigation les plus audacieux d’enquêter sur des zones interdites pour tenter de percer le voile du silence. L’examen le plus complet du phénomène a été réalisé en 2018 par l’Institut de recherche sur les migrations de Budapest, lié au prestigieux Collège « Mattia Corvino », selon lequel il existe plus de 900 zones avec accès interdit sur tout le continent.

Neuf cents, un chiffre qui semble exagéré, mais qu’en réalité, est encore un petit chiffre. Il a besoin d’une mise à jour à la hausse, considérant qu’en France à elle seule 150 (territoires perdus) ont été enregistrés par les services secrets et 751 (zones urbaines sensibles) par le ministère de l’Intérieur, pour un total de cinq millions de personnes exposées quotidiennement à l’influence délétère de la pauvreté, de la marginalisation sociale, de l’islam radical et du crime organisé et de la misère.

Les zones interdites en France

Selon «l’European Eye on Radicalization» (EER), qui s’est récemment penché sur la question des zones interdites dans le pays transalpin, «il est difficile [de trouver] une ville en France qui ne possède pas au moins une zone urbaine sensible». Les zones urbaines sensibles, a-t-on écrit, sont au nombre de 751 dans tout le pays et sont caractérisées par des indicateurs élevés de difficultés sociales et de logement nécessitant une attention particulière de la part des autorités car elles sont particulièrement perméables au narco-banditisme et à l’islam radical.

Les zones urbaines sensibles abritent cinq millions de personnes – soit environ 7% de la population totale de la France -, presque exclusivement d’origine maghrébine et subsaharienne, et, au vu de leurs éléments caractéristiques, peuvent être considérées comme les antichambres des territoires perdus en raison de la présence plus ou moins ancrée de circuits islamistes, des activités de narco-banditisme et de la fréquence des violences anti-policières.

Tels sont les niveaux d’imperméabilité à l’action publique et d’hostilité envers les forces de l’ordre sont tel que, selon un rapport cité par l’EER sur les zones réglementées en France, «des dizaines de ces quartiers sont des lieux où la police ne peut pas faire respecter pleinement les lois du pays ni même y entrer sans risque d’affrontements meurtriers ou de fusillades». La dernière embuscade par ordre chronologique, qui a eu lieu dans le Vaucluse dans la soirée du 5 mai dernier, lors d’un contrôle dans une zone interdite, a entraîné la mort d’un policier.

Etroitement lié à la question des zones urbaines sensibles, la thématique des territoires dits perdus, une appellation volontairement déclamatoire avec laquelle la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI), dans un rapport daté de janvier 2020, a dénoncé l’existence d’au moins 150 quartiers gérés et contrôlés par des réseaux liés au narco-banditisme et/ou à l’islam radical.

Les zones interdites en Belgique et en Allemagne

Dans les pays pour lesquels il n’y a pas de données disponibles, comme la Belgique et l’Allemagne, ce sont les faits et les plaintes émanant de personnalités importantes qui révèlent l’existence d’un problème avec les zones interdites.

À Bruxelles, la capitale belge et le cœur des institutions européennes, selon l’ancienne secrétaire d’État Bianca Debaets, «il y a trop de zones où il est difficile pour les femmes et les homosexuels de marcher», les premières étant obligées de porter certaine tenue et les seconds sont contraints de cacher leur orientation sexuelle. On ignore de quels quartiers il s’agit et combien y en a-t-il. La présence de ces quartiers a également été signalée à Anvers et Anderlecht, mais le cas Molenbeek, par exemple, est connu du public.

Molenbeek, souvent décrit en termes de zone interdite, est le « quartier le plus islamique » de Bruxelles – les résidents musulmans, essentiellement d’origine marocaine, représenteraient entre 25% et 45% de la population totale – et a sauté aux honneurs des Chroniques pour le lien avec les attentats de Paris de novembre 2015 (quatre des meurtriers de masse sont venus d’ici). Son palmarès, en tout cas, est beaucoup plus long et corsé, ayant élevé ou accueilli certains des djihadistes les plus sanguinaires de ces deux dernières décennies, dont Hassan el Haski (Madrid 2004), Mehdi Nemmouche (Bruxelles 2004), Ayoub El Khazzani (Thalys 2015) et Oussama Zariouh (Bruxelles 2017).

La problématique allemande présente plusieurs similitudes avec celle de la Belgique: la classe politique est réticente à donner son feu vert à un examen du phénomène, et n’a pas (encore) publié de données utiles pour alimenter un débat aussi utile que nécessaire, mais ne cache pas la véracité du problème. C’est Angela Merkel elle-même, au cours d’un entretien en 2018, qui a déclaré qu’«il ne devrait y avoir des zones interdites, des zones où les gens ont peur d’aller, mais ces zones existent, elles doivent être appelées par leur nom et quelque chose devrait être fait à ce sujet».

Encore une fois, on ne sait pas combien de districts ont pu forcer Merkel à faire un aveu publique, mais il est célèbre, par exemple, le cas de la « Shariah Controlled Zone/zone contrôlée par la charia » créée à Wuppertal par un groupe salafiste. Et Jens Spahn, ministre de la Santé depuis 2018, a déclaré qu’«il y a des quartiers à Essen, Duisbourg et Berlin où l’on a l’impression que l’Etat ne veut ou ne peut plus faire appliquer la loi».

Les zones interdites aux Pays-Bas

Aux Pays-Bas, il existe au moins 40 zones interdites, dont la plus célèbre est Schilderswijk. Située à La Haye, elle peut être considérée comme une enclave ethnique à part entière, étant donné que les recensements de 2008 et 2012 ont révélé que les Néerlandais de souche représentaient un peu moins de 10% de la population totale, ayant été presque entièrement remplacés par les Turcs et les Marocains.

Déshonorée et ridiculement rebaptisée Sharia-wijk, cette enclave fait l’objet d’enquêtes depuis le début des années 2000 et, malgré les tentatives d’intervention sociale des pouvoirs publics, elle n’a cessé d’être un foyer d’aspirants djihadistes. Berceau et siège opérationnel du groupe Hofstadt (nom donné à un groupe composé principalement de jeunes néerlandais d’ascendance marocaine, ndlr), l’entité est derrière l’assassinat du cinéaste Theo van Gogh. Schilderswijk est connu du public néerlandais pour posséder une police religieuse informelle engagée dans l’application des prescriptions islamiques pour les habitants, pour avoir accueilli une manifestation de soutien à l’État islamique en septembre 2014 et pour les fréquentes émeutes contre la police, la plus célèbre a eu lieu en 2015 et s’est soldée par plus de deux cents arrestations, tandis que la plus récente a eu lieu en août dernier.

Les zones interdites en Suède et au Danemark

La Suède et le Danemark sont les nations scandinaves les plus touchées par le phénomène des zones interdites, qui, à l’instar de leurs homologues belges, français, néerlandais et allemands, peuvent être décrites comme un ensemble hétérogène dans lequel la présence indigène a pratiquement disparu et où le chômage et la marginalisation ont créé un terrain fertile pour l’enracinement et l’expansion d’organisations islamistes, djihadistes et criminelles.

Les zones interdites, du moins officiellement, n’existent pas. En Suède, par exemple, les autorités classent les réalités les plus sensibles et marginales en trois catégories (zones particulièrement vulnérables, zones vulnérables et zones à risque) évitant soigneusement d’utiliser des termes tels que ghetto et zone interdite, bien que les premières se caractérisent, entre autres, par la présence avérée de « sociétés parallèles » où existent des « tribunaux alternatifs » et où le contrôle du territoire est entre les mains d’acteurs non étatiques. Situées aux extrémités périphériques des grandes villes, principalement Stockholm, Malmö et Göteborg, les zones relevant des trois catégories sont au nombre de 60 (données de 2019) et sont une concentration de :

  • Crime organisé : résidence de 5,4% de la population totale, ils accueillent en moyenne plus de la moitié des fusillades qui ont lieu sur le sol national et abritent au moins 200 groupes criminels composés d’environ 5 mille personnes ;
  • Radicalisation religieuse : 70% des combattants suédois enrôlés dans l’État islamique et partis en Syrie venaient de zones vulnérables (source : Université suédoise de la défense), dans lesquelles opèrent à la fois des imams radicaux et des recruteurs. Rinkeby (Stockholm) est l’enclave la plus connue du public, mais tout aussi remarquable est Rosengard (Malmö), le théâtre de troubles populaires périodiques (le dernier a eu lieu en août dernier) et berceau de plusieurs djihadistes, dont Ousama Krayem, un loyaliste d’Abou Bakr al-Baghdadi, cité dans les dossiers des attentats de Paris le 13 novembre 2015 et de Bruxelles le 22 mars 2016 et, avant sa conversion à l’islam radical, témoin d’un documentaire sur l’intégration.

Au Danemark, à l’instar de la Suède, les quartiers à accès interdit sont définis en termes de «zone particulièrement vulnérable» et font l’objet d’un suivi attentif et constant de la part des autorités, qui mettent à jour cette liste – communément appelée ghettolisten (soit la liste des ghettos) – sur une base annuelle à partir de 2010.

Le gouvernement actuel de Frederiksen, auquel on doit la suppression du terme «ghetto» des documents gouvernementaux, et a élaboré un plan d’action à long terme, a identifié 15 zones particulièrement vulnérables (anciens ghettos) et 25 zones à risque. Les premiers se caractérisent par des indices élevés d’hétérogénéité ethnique ; (plus de 50% de la population d’origine non européenne) ; de chômage (plus de 40%) ; de criminalité (incidence trois fois supérieure à la moyenne nationale) ; de faible scolarisation et de faibles revenus, tandis que les accords sont sur le point de les atteindre à court et moyen terme. Toutes les zones particulièrement vulnérables présentent des problèmes liés à la criminalité, à l’auto-ségrégation et aux sociétés parallèles, mais seules quelques-unes d’entre elles, peuvent être qualifiées comme des fiefs de l’islam radical. Parmi ces quartiers, figure certainement à Gellerup (Aarhus), un ensemble de micro et macro-criminalité, de chômage, de délabrement urbain et d’organisations islamistes, qui a donné naissance à 22 des 125 combattants danois qui ont prêté allégeance à Daech et sont partis pour la Syrie.

Les zones interdites en Espagne

L’Espagne a découvert en 2004 qu’elle avait un problème avec l’islam radical, l’année des attaques sanglantes contre les trains de Madrid (193 morts et 2.050 blessés) et qu’elle a réalisé le 17 août il y a quatre ans, jour des massacres de Barcelone et de Cambrils (16 morts et 136 blessés), qu’elle ne l’avait pas résolu.

Jeunes, Espagnols convertis ou Arabes de deuxième et troisième génération nés et élevés dans la péninsule ibérique, respirant l’air de l’une des sociétés les plus inclusives du continent et venant de « zones restreintes » ; Voilà l’identité des terroristes qui ont frappé la Catalogne, des 240 hommes partis en Syrie se battre pour Daech et des radicalisés qui menacent la sécurité nationale.

Les enquêtes consécutives aux événements du 17 août 2017 ont permis de constater l’existence de quatre quartiers à accès interdit sur le territoire espagnol. Entre Barcelone, qui abrite un tiers des personnes arrêtées pour djihadisme en Espagne, et où se trouve également le célèbre et central El Raval est également menacé ; Madrid, où près de 200 familles islamistes ont été recensées dans la « Cañada Real Galiana » ; et les villes autonomes de Ceuta et Melilla, deux zones où « les imams contrôlent tout ce qui se passe, les dirigeants de la communauté religieuse rendent justice dans la région et [ont] ses propres agents [de police] ».

Les zones interdites en Angleterre

Selon une enquête réalisée en 2019 par l’organisation antiraciste Hope not Hate dans le cadre du rapport annuel sur «l’état de haine» au Royaume-Uni, un tiers des Britanniques (32%) estime que des zones de non-droit existent dans le pays. Comme dans le cas de la Belgique et de l’Allemagne, les autorités britanniques n’ont pas mis à disposition du public des données permettant de comprendre l’ampleur du phénomène, mais l’agitation manifestée par une composante non négligeable de la population est révélatrice de son efficacité.

Birmingham et Londres sont les principales villes touchées par la question des quartiers à accès interdit, mais le podium est fermement tenu par la première en raison d’un mélange de tendances démographiques, de graves scandales et d’une forte incidence de convertis, de radicalisés et de terroristes partis au front depuis le 11 septembre. Birmingham est le berceau du premier kamikaze britannique, le tristement célèbre Djihadiste John et un commanditaire du 11 septembre. Birmingham est la ville par laquelle sont passés Abdelhamid Abaaoud (Paris 2015) et Mohamed Abrini (Bruxelles 2016). Et Birmingham est également l’un des principaux terrains de recrutement d’Al-Shabaab, ainsi que la scène de l’une des plus graves conspirations de l’histoire britannique récente – le «scandale du cheval de Troie», une tentative de «coup d’État scolaire» éclos en 2014 par un syndicat islamiste pour modifier les programmes scolaires de la ville.

Birmingham, qui compte 21,8 % de musulmans, possède plusieurs quartiers multiculturels et multiethniques, dont certains sont pratiquement islamiques à 100 %, ou sur le point de le devenir, comme Sparkbrook, Washwood Heath et Alum Rock, où comme l’explique le «New York Times» dans «Pourquoi tous les djihadistes viennent-ils à Birmingham ?». «Les mosquées parsèment le paysage urbain, […] les activités parascolaires dans les madrassas (écoles coraniques, ndlr) répondent à une demande croissante des parents qui souhaitent que leurs enfants étudient le Coran et même les écoles publiques répondent souvent aux exigences religieuses, autorisant des prières à l’heure du déjeuner, des journées écourtées pendant le Ramadan et le port du voile facultatif ».

Ces quartiers, loin d’être invulnérables à l’infiltration de l’islam radical, ont au fil des ans servi d’incubateurs pour les djihadistes et ont été témoins de l’apparition de policiers religieux, sans uniforme ni insigne, engagés à faire respecter les prescriptions coraniques même pour les non-musulmans. Le dernier cas dans l’ordre chronologique s’est produit pendant le Ramadan 2021, lorsque certains commerçants ont rapporté à la presse locale qu’ils avaient reçu des menaces et des intimidations en raison de la vente d’alcool (une tentation pour les fidèles engagés à jeûner, un péché).

Londres n’échappe pas au phénomène des quartiers à risque, qui, abandonnés ou négligés par l’État, ont vu apparaître des escadrons de la charia (patrouilles musulmanes dans l’Est de Londres de l’organisation Al-Mouhajiroun) et/ou qui sont devenus des terrains fertiles pour la prédication de l’islam radical auprès des musulmans non pratiquants et des non-musulmans. Célèbre est le cas de la zone interdite d’accès qu’était le secteur autour de la mosquée Finsbury Park des années 1990 au milieu des années 2000, dirigée par un imam extrémiste bien connu (Abou Hamza al-Masri) et une pépinière de personnes radicalisées qui aurait l’histoire d’Al-Qaïda.

Le cas de la Bulgarie

La Bulgarie, dont la population est tripartite entre Bulgares, Turcs et Roms, est le théâtre d’une infiltration pernicieuse d’organisations islamistes et terroristes internationales depuis le début des années 1990. Ces dernières années, grâce au tournant néo-ottoman de la Turquie à l’époque d’Erdogan, les différents dirigeants bulgares ont commencé à limiter le champ d’action turc dans la gestion des affaires et de la vie communautaire de l’importante minorité islamique du pays, par crainte de la radicalisation, du terrorisme et des menaces séparatistes.

L’événement sous-jacent à la rupture entre la Bulgarie et la Turquie, limité à la question religieuse, a été le « procès du ghetto de Pazardjik », qui a débuté en 2014 par une opération antiterroriste et s’est terminé en 2019 par la condamnation des accusés. Le phénomène des enclaves ethniques à majorité Rom est assez courant et répandu entre les Balkans et l’Europe centrale et orientale, mais le cas de Pazardjik était et reste unique en son genre car, derrière la réalité habituelle de la criminalité et de la ségrégation, se cache un circuit terroriste lié à l’État islamique et à certaines organisations islamistes proches des Frères musulmans et basées en Europe occidentale.

Pazardzhik était la première zone interdite en Europe habité exclusivement par des Roms et des convertis à l’islam radical. Ici, où les enquêteurs avaient déjà découvert des drapeaux et des peintures murales faisant l’éloge du djihadisme au lendemain des attentats du 11 septembre 2001. Au fil des ans et en raison de l’aliénation totale du reste de la société ; de l’éloignement de l’État ; de l’absence de la police et le manque de communication entre les Roms et le reste de la population, c’est l’imam wahhabite Ahmed Moussa qui avait imposé la charia ; a organisé des escadrons pour chasser la minorité chrétienne et a forgé un réseau d’alliances avec des organisations islamistes basées en Allemagne et en Autriche, avec des acteurs terroristes tels que l’État islamique d’Abou Bakr al-Baghdadi.

L’imam Moussa « était devenu le contact numéro un d’Abou Bakr al-Baghdadi en Bulgarie, celui qui avait la responsabilité d’aider les combattants étrangers arrivant du reste de l’Europe à poursuivre leur voyage vers la Turquie et selon les documents il a fourni de la nourriture, un logement et de l’argent à au moins trois personnes venant de l’étranger, qui se sont ensuite enrôlées et sont parties » en direction de la Syrie.

Moussa ne sera pas libéré de prison avant 2030, mais son épopée – anormalement longue – corrobore la nature complexe et multiforme du phénomène que sont les quartiers à accès interdit contrôlés par les forces islamistes et/ou djihadistes. Il ne s’agit pas d’une théorie de complot de l’extrême droite ni même d’une manifestation typique et exclusive des sociétés occidentales, mais d’une réalité tangible répandue sur tout le continent, même dans les endroits les plus reculés et parmi les communautés les plus impensables, bien qu’invisible aux yeux de ceux qui ne la vivent pas.

Turquie: lors d’une importante opération contre le PKK, 70 personnes arrêtées à travers le pays

Les forces de sécurité turques ont arrêté 70 terroristes présumés au cours d'une vaste opération contre le PKK à laquelle ont participé environ 13.400...

Turchia: 70 arresti in tutto il paese durante un’operazione importante contro il Pkk

In Turchia le forze di sicurezza hanno arrestato 70 sospetti terroristi durante una maxi operazione contro il Pkk alla quale hanno preso parte circa...

Arménie: Dmitri Peskov, la ratification du Statut de Rome est une erreur

La décision du Parlement arménien de ratifier le Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI) « était une erreur ». Le porte-parole...

Armenia: Dmitrij Peskov, ratifica Statuto di Roma è stata una decisione sbagliata

La decisione del Parlamento armeno di ratificare lo Statuto di Roma della Corte penale internazionale (CPI) "è stata sbagliata". Lo ha detto il portavoce...

Irak: les forces de sécurité arrêtent 24 personnes accusées d’appartenance au parti Baas

Les forces de sécurité irakiennes ont arrêté 24 personnes dans différents gouvernorats, accusées d'appartenir au parti Baas, dont les statuts sont interdits depuis la...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

1 Commentaire

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here