L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Une délégation des talibans en visite officielle en Iran

(Rome le 26 janvier 2021). Le mollah Abdoul Ghani Baradar, chef adjoint des Taliban, s’est rendu en Iran avec une délégation pour discuter du processus de paix en Afghanistan. Que savons-nous de l’évolution des relations entre les talibans et Téhéran.

La nouvelle a été rapportée le 26 janvier par le journal local Tolo News, citant le porte-parole des talibans, Mohammad Naeem. Selon cette source, la délégation s’entretiendra avec des responsables iraniens sur les relations entre les deux pays, la situation des réfugiés afghans en Iran et les développements relatifs à la sécurité en Afghanistan et dans la région. Le voyage du mollah Baradar intervient le lendemain du jour où le président de Kaboul, Ashraf Ghani, a annoncé qu’un «nouveau chapitre» des relations américano-afghanes avait été ouvert et que Washington considérait fondamentalement Kaboul comme un partenaire.

Parlant de la visite des talibans en Iran, le « Middle East Monitor » cite le porte-parole du ministère des Affaires étrangères de Téhéran, Saeed Khatibzadeh: «Pendant son séjour à Téhéran, la délégation politique des talibans tiendra des réunions avec des responsables iraniens, dont le respecté ministre des Affaires étrangères et l’envoyé spécial iranien pour l’Afghanistan, et discutera du processus de paix en Afghanistan, ainsi que des questions connexes ». Le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif avait déjà rencontré le mollah Baradar à Téhéran en novembre 2019. Depuis lors, certaines questions sont devenues de plus en plus pressantes dans la région.

La relation entre l’Iran, république islamique chiite, et les talibans, militants sunnites aux influences wahhabites et déobandi (les adeptes d’un courant religieux dans le sous-continent indien et en Afghanistan qui adhèrent pour la plupart à l’école de droit « madhhab », de l’imam Abou Hanifa, ndlr), semble avoir changé ces dernières années, suite à la rupture des anciennes alliances au profit de nouvelles. Dans une interview accordée au Tehran Times, le député iranien Ahmad Naderi a déclaré qu’il pensait qu’une « nouvelle génération » de talibans était en train d’émerger. « Certes, les talibans, comme de nombreux autres mouvements, ont changé et la nouvelle génération du mouvement est différente de la génération précédente », a déclaré le représentant iranien. « Contrairement à sa nouvelle génération, l’ancienne génération de talibans avait un lien fort avec l’Arabie saoudite qui n’est plus présente », a-t-il ajouté, arguant que les liens avec le Pakistan se sont également affaiblis ces dernières années.

Cette évolution s’inscrit dans une arène internationale complexe, dans laquelle les relations entre les talibans et les États-Unis, sous l’administration de l’ancien président Donald Trump, se sont révélées excellentes, si l’on considère les progrès diplomatiques comme l’accord « historique » signé par les deux parties à Doha, au Qatar, le 29 février 2020. Cependant, la relation entre Washington et les militants talibans apparaît moins idyllique quand on prend en compte la poursuite des violences en Afghanistan qui a accompagné les négociations entre les États-Unis et les talibans, y compris par le groupe lui-même. Cette situation a conduit à l’hypothèse d’un manque de coordination entre les négociateurs talibans et les militants présents sur le terrain ou un éventuel « double visage » du groupe: des négociateurs institutionnels devant des représentants américains et des militants armés prêts à tout pour conquérir du terrain par la force.

D’autre part, les relations de Washington avec Téhéran se sont progressivement détériorées au cours des 4 dernières années, créant une série de nouveaux équilibres au Moyen-Orient. À la suite d’événements à fort impact, tels que l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani le 3 janvier 2020 sur ordre du président Trump, les forces anti-occidentales (qui comprenaient les talibans, avant l’accord de 2020) pourraient s’être resserrées et organisées autour de Téhéran, malgré les prétendues divisions profondes entre chiites et sunnites. À cet égard, l’administration américaine sortante a accusé l’Iran de devenir le « nouvel Afghanistan », c’est-à-dire la nouvelle base opérationnelle d’Al-Qaïda. À cet égard, il est important de rappeler que les talibans entretiennent des relations étroites avec l’organisation terroriste en question, en violation des accords avec les États-Unis du 29 février 2020. Dans un document publié le 4 janvier, le département américain du Trésor a déclaré qu’al-Qaïda se renforce en Afghanistan tout en « continuant à opérer avec les talibans sous la protection du groupe ».

Dans ce contexte, il faut ajouter le tournant de la nouvelle administration américaine, dirigée par le président Joe Biden, qui a déclaré vouloir revoir les accords avec les talibans signés par son prédécesseur. L’Iran pourrait bénéficier d’un changement de cap américain et a salué l’initiative de Biden. Cependant, les relations se sont considérablement détériorées au cours des 4 dernières années et cela peut avoir modifié l’équilibre international à long terme. Enfin, revenant à l’entretien avec le parlementaire iranien, cela souligne un autre problème qui pourrait rapprocher l’Iran et les talibans: l’État islamique. Les militants afghans, en fait, sont définis comme « la seule alternative qui puisse s’opposer aux djihadistes de l’Etat islamique ». «Nous devons examiner ce problème en tenant également compte de nos intérêts nationaux. Je pense que la deuxième génération de talibans peut faire face à l’Etat islamique, et cela crée un lien stratégique entre les talibans et les intérêts nationaux de l’Iran, ainsi que de la Russie et de la Chine », a déclaré le député iranien Ahmad Naderi.

Maria Grazia Rutigliano. (Sécurité internationale)

Azerbaïdjan-Arménie: Bakou libère 15 prisonniers arméniens en échange de cartes des mines

(Rome, 12 juin 2021). L'Azerbaïdjan a accepté la libération de 15 prisonniers arméniens en échange de cartes relatives au placement de 97.000 mines antichars...

Azerbaigian-Armenia: Baku libera 15 prigionieri armeni in cambio della mappe sulle mine

(Roma, 12 giugno 2021). L’Azerbaigian ha acconsentito alla liberazione di 15 prigionieri armeni in cambio delle mappe relative al posizionamento di 97 mila mine...

G7: Biden appelle les alliés des USA à se mobiliser contre la Chine

(Rome, 12 juin 2021). Les dirigeants mondiaux réunis à Carbis Bay, au Royaume-Uni, pour la deuxième journée du sommet du G7 ont exprimé leurs...

G7: Biden chiama a raccolta gli alleati USA in funzione anti-Cina

(Roma, 12 giugno 2021). I leader mondiali riuniti a Carbis Bay, nel Regno Unito, per la seconda giornata del vertice del G7 hanno espresso...

G7: Emmanuel Macron s’est entretenu avec Joe Biden et Boris Johnson

(Roma, 12 juin 2021). Le sommet du G7 continue dans le sud de l’Angleterre, samedi 12 juin. Comme le veut la tradition, c’est l’occasion...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

2 Commentaires

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here