L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

L’Iran demande à Biden de revenir sur l’accord nucléaire

(Rome, le 24 janvier 2021). L’Iran demande officiellement à l’administration Biden de ressaisir l’accord nucléaire, le Plan d’action global conjoint ou JCPOA – signé en 2015 par Barack Obama et abandonné par les États-Unis en 2018 par le président Donald Trump. Cependant, cela pose une condition sine qua non: non aux nouvelles demandes de Washington et au retrait des sanctions introduites par le magnat. Mohammad Javad Zarif, ministre des Affaires étrangères de la République islamique d’Iran, a publié un éditorial dans le prestigieux magazine américain « Foreign Affairs », soulignant que les accords internationaux « ne sont pas des portes tournantes » et « ce n’est pas un droit automatique de revenir à une négociation et à un accord – et de réjouir de ses privilèges – après l’avoir laissé simplement sur un coup de tête ».

Selon le ministre iranien des Affaires étrangères, Joe Biden peut choisir deux voies différentes: le nouveau président américain « peut embrasser les politiques ratées de l’administration Trump et continuer sur la voie du mépris de la coopération internationale et du droit international », observe le diplomate, ou de «rechercher la paix» en mettant fin à «la politique de faillite de Trump de pression maximale» en revenant à l’accord signé en 2015, lorsque Joe Biden était vice-président de l’administration Obama d’alors.

Zarif: « Biden doit annuler les sanctions de Trump »

Zarif admet que Téhéran, au cours des deux dernières années, « a considérablement augmenté ses capacités nucléaires » mais l’a fait, explique le ministre iranien des Affaires étrangères, « en pleine conformité avec le paragraphe 36 de l’accord nucléaire », qui autorise l’Iran à «cesser d’honorer ses engagements» au titre de l’accord si un autre signataire cesse de s’acquitter des siens (c’est-à-dire les États-Unis). Désormais, toutefois l’administration Biden pourrait changer de cap, dans des conditions très spécifiques que Zarif lui-même fixe noir sur blanc. Premièrement, elle devrait abandonner la stratégie de «pression maximale» adoptée par l’administration Trump et lever les sanctions. L’administration Biden, explique-t-il, peut encore sauver l’accord nucléaire, mais seulement si les États-Unis montrent qu’ils sont prêts à être un véritable partenaire dans les efforts collectifs. L’administration américaine devrait commencer par « supprimer sans condition, avec plein effet, toutes les sanctions imposées depuis l’arrivée au pouvoir de Trump. À son tour, l’Iran annulerait toutes les mesures correctives qu’il a prises à la suite du retrait de Trump de l’accord nucléaire ».

Après l’abandon des États-Unis de l’accord, Téhéran n’est absolument pas disposé à revoir les termes de l’accord négocié en 2015. Les négociations, souligne Zarif, « seront compromises si Washington ou ses alliés de l’UE » demandent « de nouvelles conditions pour un accord qui avait déjà été soigneusement élaboré au fil des années de négociations ». « Soyons clairs sur ce point, commente le ministre de la République islamique, toutes les parties de l’accord sur le nucléaire (y compris les États-Unis) ont convenu de limiter les enjeux à l’énergie nucléaire pour des raisons très pragmatiques. Nous avons soigneusement négocié les délais liés aux restrictions imposées à l’accord et l’Iran a accepté de renoncer à de nombreux avantages économiques découlant de l’accord en raison de ces délais. « Il ne peut y avoir de renégociations, insiste Mohammad Zarif, qui lance un message clair à l’administration Biden.

Il n’y aura pas d’accord de sitôt

Cependant, il semble peu probable que l’administration Biden rejoigne l’accord de sitôt. Comme le souligne Vox, l’état-major du président américain a clairement indiqué qu’un retour rapide à l’accord sur le nucléaire iranien est « improbable », ce qui prolongera la crise avec la République islamique que beaucoup à Washington espéraient résoudre rapidement. Au cours de la campagne électorale, Biden a expliqué qu’il rejoindrait l’accord de 2015 signé avec l’Iran et d’autres puissances mondiales, à une condition fondamentale: «Si l’Iran revient à respecter strictement l’accord nucléaire, les États-Unis reviendraient sur l’accord comme point de départ à suivre », a écrit Biden dans un article publié sur le site Web de CNN.

Cependant, ces derniers jours, les espoirs d’un retour américain imminent à l’accord se sont estompés, comme l’ont réitéré des membres importants du personnel du président américain. Récemment, Avril Haines, la nouvelle cheffe du renseignement américain, a souligné qu’à l’heure actuelle, Washington «est très loin» de la possibilité de revenir dans le champ de l’accord de 2015. Concept confirmé de près également par le secrétaire d’État Antony Blinken et par l’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki. Pour Washington et Téhéran, ce n’est pas encore le temps de la paix.

Roberto Vivaldelli. (Inside Over)

(Photo-La Repubblica/ANSA)

In Iraq entra in vigore la legge a difesa delle donne yazide sopravvissute allo Stato islamico

Il presidente dell’Iraq, Barham Salih, ha promulgato oggi la legge che introduce misure di compensazione per le donne e le ragazze yazide sopravvissute alle...

En Irak, la loi pour la défense des femmes yézidies ayant survécu à l’État islamique entre en vigueur

Le président irakien, Barham Saleh, a promulgué aujourd'hui la loi introduisant des mesures d'indemnisation pour les femmes et les filles yézidies qui ont survécu...

Liban: la coupe est pleine. Le commandant de l’armée Joseph Aoun aux dirigeants : «que comptez-vous faire face à la situation explosive ?»

(Rome, 08 mars 2021). « Nous n'accepterons pas que l'armée soit un défouloir pour qui que ce soit », lance le commandant en chef de l’armée...

Liban: de la crise bancaire à la colère de la population

(Rome, 8 mars 2021). Face à une situation économique de plus en plus dégradée, certaines banques libanaises ont été contraintes de fermer des succursales...

Libano: dalla crisi delle banche alla rabbia della popolazione

(Roma, 08 marzo 2021). Di fronte a una situazione economica in continuo peggioramento, alcune banche libanesi sono state costrette a chiudere filiali o a...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

1 Commentaire

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here