L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

L’alliance des pauvretés n’engendre pas des richesses. L’Iran et le Venezuela accélèrent leur coopération: le pétrole du premier contre l’or du second.

(Montréal, 1er mai 2020) Alors que l’étau se resserre sur l’Iran, à tous les niveaux, la République islamique renforce son alliance avec le Venezuela pour briser l’embargo qui frappe les deux pays, accusés de déstabiliser la sécurité régionale et internationale.

Téhéran se sent en effet directement visé à travers le monde. Ses milices déployées en Syrie sont régulièrement frappées par Israël. Son influence idéologique y est aussi combattue par la Russie. Les intérêts de deux alliés et protecteurs de Bachar Al-Assad (Iran et Russie) divergent désormais et le divorce semble inévitable. Le bras armé extérieur de l’Iran, le Hezbollah, vient en outre de subir un revers en Europe après la décision de l’Allemagne de l’interdire et de le qualifier de mouvement terroriste. Le ministère iranien des Affaires étrangères a vivement contesté la décision de Berlin en rappelant que le Hezbollah est un parti politique légitimement reconnu au Liban et fait partie du gouvernement et du Parlement libanais. En qualifiant « la décision allemande d’erreur stratégique qui menace les intérêts de Berlin dans la région », l’Iran se trahit, se condamne et confirme le lien ombilical qui le lie au Hezbollah.

En outre, Téhéran souffre de l’embargo et de la baisse drastique des exportations de pétrole ainsi de la chute des prix de celui-ci au moment où le régime des Mollahs doit faire face à une contestation populaire qui s’élargit proportionnellement aux difficultés économiques. L’épidémie du Coronavirus est venue doper la contestation et accentuer la crise économique dans ses volets financier et social.

Dans ce contexte d’asphyxie lente et irréversible, l’Iran se tourne vers le Venezuela, lui aussi au bord du gouffre, pour échanger son pétrole contre l’or de Caracas. Selon plusieurs médias, plusieurs avions de la compagnie iranienne « Mahan Air » ont effectué au moins six rotations entre la République islamique et le Venezuela. A l’aller, ces aéronefs ont transporté des techniciens iraniens et des pièces détachées pour restaurer des raffineries au Venezuela. Ils ont également transporté d’importantes quantités de carburants. Au retour, les avions ont ramené en Iran plus de 9 tonnes d’or. Il convient de rappeler ici que le Hezbollah, très actif dans ce pays d’Amérique latine, y dispose d’une mine d’or que le président Nicolas Maduro lui aurait attribuée.

Mais ces échanges en violation des embargos qui frappent l’Iran et le Venezuela n’aide ni l’un ni l’autre. L’Iran ne pourra pas réellement profiter des tonnes d’or et de les transformer en monnaie. Et le Venezuela se prive d’une partie de ses réserves stratégiques, alors que ses réserves de change n’excèdent pas les 6 milliards de dollars et que le Bolivar devient une monnaie de singe.

Selon toute logique, l’alliance entre deux faibles ne fait pas une force mais crée de la faiblesse. Ainsi, pour survivre, Téhéran et Caracas devraient changer leur comportement et abandonner leur politique de déstabilisation qui passe, surtout et partout, par le Hezbollah.

Sanaa T.

Explosion sur un bateau israélien: le mystère qui agite le Golfe

(Rome le 01 mars 2021). Une nouvelle explosion mystérieuse met le feu dans les eaux du golfe Persique et aux relations entre l'Iran et...

Esplosione su una nave israeliana: il mistero che agita il Golfo

(Roma il 01 marzo 2021). Una nuova misteriosa esplosione incendia le acque del Golfo Persico e i rapporti tra Iran e Israele. Nei giorni...

MO: Netanyahu accusa Teheran di attacco a nave israeliana. «Lo stiamo colpendo»

Il primo ministro israeliano, Benjamin Netanyahu, ha accusato l'Iran di aver attaccato una nave israeliana avvenuto la scorsa settimana nel golfo dell'Oman. "E' stata...

MO: Netanyahu accuse l’Iran de l’attaque d’un bateau israélien et promet de riposter

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accusé l’Iran, lundi 1er mars, d'être à l'origine de l'explosion la semaine dernière sur un navire israélien...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

2 Commentaires

  1. […] L’Iran et le Venezuela sont tous deux membres fondateurs de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et entretiennent des relations diplomatiques depuis avant la révolution islamique iranienne de 1979. Au départ, les relations entre les parties se limitaient au secteur pétrolier mais se sont ensuite intensifiées quand Hugo Chavez est devenu président. Entre 2001 et 2013, les deux États ont signé plus de 300 accords d’importance variable, et ont même fondé une banque commune. En 2012, les investissements et les prêts iraniens au Venezuela valaient environ 15 milliards de dollars. La mort de Chavez a conduit à un affaiblissement des liens, et l’effondrement des prix du pétrole avait poussé le président Rohani à ne plus donner la priorité au Venezuela. L’isolement diplomatique a alors poussé les deux nations à se reconnecter. […]

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here