L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Sécurité en Afrique. Ce dont Guido Crosetto et Mark Milley ont parlé à Rome

(Rome, Paris, 01.03.2023). Le chef des forces armées américaines a rencontré des collègues des pays africains à Rome. Au même moment, le ministre Guido Crosetto participait à une réunion ministérielle européenne sur l’Afrique. La question de la dégradation de la sécurité sur le continent est cruciale, dans le but de bloquer l’émergence de groupes criminels et terroristes, et de contenir les activités des acteurs rivaux de l’Occident

« Les relations entre l’Italie et les États-Unis sont d’une grande importance stratégique. En outre, le cadre général actuel de sécurité exige aujourd’hui, plus que jamais, des relations bilatérales solides », a ainsi déclaré le ministre de la Défense, Guido Crosetto, à l’occasion de la réunion qui s’est tenue aujourd’hui à Rome avec le chef d’État-Major des forces armées des États-Unis, le général Mark A. Milley.

La Défense décrit la rencontre comme « une conversation longue et cordiale, axée sur des sujets d’intérêt commun, qui a confirmé la solidité du dialogue entre l’Italie et les États-Unis et la centralité immuable des relations transatlantiques », rapporte le quotidien italien «Formiche». Il existe une communauté de valeurs, une perception partagée des défis mondiaux en matière de sécurité et une convergence de vues au sein de l’OTAN. Des facteurs qui donnent du poids et du concret au partenariat.

Parmi les sujets au centre de la conversation, le cadre géostratégique actuel avec une référence particulière à la crise ukrainienne, mais aussi à l’Afrique, et à la Méditerranée élargie.

Pour la première fois en huit ans, un chef d’état-major interarmées américain se rend simultanément en Europe et en Afrique, et la visite du général Milley a débuté à Rome. Dans la capitale italienne, la Défense a accueilli la Conférence des chefs d’état-major de la défense africaine 2023, une réunion internationale où le Pentagone et le Palazzo Baracchini (le siège du Ministère de la Défense) ont agi en tant qu’interlocuteurs avec les partenaires africains, partageant les défis et les opportunités du continent.

En Afrique, les acteurs non étatiques cherchent à « déstabiliser les nations et à saper l’État de droit », telle est la principale préoccupation des États-Unis. Une question qui affecte, par exemple, le rôle de rivaux stratégiques tels que la Russie, qui est également présente dans divers pays africains par le biais d’une pénétration dans le secteur de la sécurité menée par des forces hybrides telles que celles du groupe Wagner (objet des activités de contre-pénétration des Etats-Unis comme en témoignent les cas de la Libye et du Soudan).

Dans le même temps, les États-Unis s’intéressent vivement aux activités de contre-terrorisme et de contre-insurrection. La propagation des groupes armés – dont plusieurs sont de nature djihadiste – continue d’être un fléau à travers le continent, d’al-Shabaab en Somalie à al-Qaïda et à l’EI au Sahel. Comme l’écrit le récent rapport annuel publié par les services de renseignement italiens, l’Afrique subsaharienne « est désormais configurée comme le nouveau véritable épicentre du djihad mondial ». Avec 3.241 événements terroristes et 5.241 victimes, elle a été la zone la plus touchée du continent en 2022, auxquels il faut ajouter les 2.365 attaques faisant 3.397 victimes dans la Corne de l’Afrique.

Il est impensable de ne pas s’opposer à la tendance obstinée à l’enracinement et à l’expansion de groupes qaedistes comme les Jnim (le cartel Jama’a Nosra al Islam wal Muslimin) déjà actifs entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger, et intéressés à descendre, à travers le territoire du Bénin, en direction du Golfe de Guinée. Ou encore les divers acronymes bagdadistes qui ont créé les provinces de l’État islamique en Afrique centrale et au Sahel : Ouganda, Congo, Tchad, Niger, Nigéria, Cameroun et Mozambique.

La question de la sécurité est cruciale pour l’Afrique. Le continent abrite 1,5 milliard de personnes et représente un marché de 3,4 billions de dollars avec six voies navigables stratégiques par lesquelles transite un tiers du commerce mondial. Mais sans un cadre sécuritaire adéquat, il sera impossible de créer de véritables opportunités de développement, ne faisant qu’accroître les disparités internes, aggravées de surcroît par le fardeau du changement climatique et de l’insécurité environnementale.

Et tandis que le général Milley menait des activités de diplomatie militaire avec ses collègues africains, les ministres européens de la Défense se sont réunis en vidéoconférence pour discuter de la situation politique actuelle et du contexte sécuritaire en Afrique. Les deux thématiques se recoupent dans plusieurs cas, comme au Mali et au Burkina Faso (deux zones de pénétration russe et où l’Europe a été contrainte de ralentir temporairement sa présence), lit-on encore dans le journal italien.

Cette situation a conduit à des protestations populaires contre le manque de capacité à traiter et à gérer les nouveaux problèmes de sécurité, créant ainsi un climat propice aux coups d’État. A maintes reprises, les putschistes ont préféré épouser le soutien de Wagner, ouvrant ainsi la voie à la pénétration russe dans le tissu politique, économique et socioculturel local. Une pénétration qui s’est étendue par la poussée des récits anti-occidentaux, qui se sont enracinés plus facilement en raison de la dégradation des conditions de vie que les crises sécuritaires (et politico-institutionnelles) ont déclenchées.

La réunion ministérielle européenne – à laquelle ont participé 16 pays de l’UE – s’est tenue en présence du haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell. Dans son discours, le ministre italien Guido Crosetto, qui a souligné à plusieurs reprises la nécessité pour l’Europe d’être présente et active en Afrique, a rappelé comment la dynamique associée aux organisations terroristes, criminelles et paramilitaires («à travers lesquelles les puissances étrangères tentent d’accroître leur influence»), se répercutent jusqu’en Europe.

Le continent africain, également en raison de son extension géographique, présente des problématiques complexes et pertinentes qui nécessitent une coopération entre les pays africains et tous les partenaires occidentaux, a souligné Crosetto, proposant des plans de développement et des approches multilatérales et multidisciplinaires. L’Italie, par exemple, aborde l’Afrique avec le soi-disant « Plan Mattei », une approche intégrée qui touche à diverses composantes de la sécurité, de celles liées à la sécurité énergétique et alimentaire, jusqu’à la contre-insurrection et au contraste des pénétrations d’acteurs rivaux.

« Nous sommes convaincus que l’Europe doit promouvoir des partenariats plus forts et des politiques de proximité plus concrètes », a ajouté le ministre Crosetto, rappelant l’importance de développer des relations solides, basées sur des projets à long terme, avec les principaux pays africains.

Notamment, parce que d’autres dynamiques inquiétantes se dessinent en Afrique. Des informations circulent sur une implication chinoise – indirecte et non établie – dans la dynamique en cours au Somaliland (ancien territoire de la Somalie, situé sur la Corne de l’Afrique, entre la Somalie, l’Ethiopie et Djibouti). La république indépendante de la Corne de l’Afrique a été reconnue par le seul État au monde, Taïwan. Taipei exploitant cette relation pour prendre pied dans une région géostratégique mondiale. Pékin désapprouve cette relation et pourrait être intéressé à alimenter des formes de déstabilisation interne déjà en cours.

Italie-Liban: la sous-secrétaire à la Défense Isabella Rauti en visite au Liban, accompagnée de l’archevêque de Salerno

Troisième jour de mission au Liban pour la sous-secrétaire à la Défense Isabella Rauti qui aujourd'hui, à Shama, au quartier général du secteur ouest...

Italia-Libano-Difesa: sottosegretario Isabella Rauti in Libano con arcivescovo Salerno

Terzo giorno di missione in Libano per il sottosegretario alla Difesa Isabella Rauti che oggi, a Shama, nel quartier generale del settore ovest di...

Afghanistan. CENTCOM: L’EI pourra frapper à l’étranger d’ici 6 mois

(Paris, Rome, 23.03.2023). CENTCOM: L'Etat islamique en Afghanistan sera en mesure de frapper à l'étranger d'ici 6 mois. Général Kurilla : Les djihadistes de...

Afghanistan. CENTCOM: ISIS sarà in grado di colpire all’estero entro 6 mesi

(Roma, 23.03.2023). CENTCOM: ISIS in Afgnanistan sarà in grado di colpire all’estero entro 6 mesi. Il generale Kurilla: I jihadisti di Isis Khorasan Province...

L’Arabie saoudite et la Syrie conviennent de reprendre leurs relations diplomatiques

Selon la presse régionale citant Reuters, l'Arabie saoudite et la Syrie ont convenu de rouvrir leurs ambassades après avoir rompu leurs relations diplomatiques il...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here