L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

L’unité militaire secrète chinoise: qui se cache derrière la campagne des ballons ?

(Rome, Paris, 20.02.2023). Joe Biden a admis lors d’une conférence de presse qu’un seul des quatre objets non identifiés récemment aperçus dans le ciel des États-Unis appartenait à la Chine. Le premier détecté dans l’ordre chronologique, pour être exact, un ballon repéré dans le Michigan, a été défini par Washington comme un ballon espion chinois. « Nous ne savons toujours pas quels sont les trois objets abattus la semaine dernière, mais pour le moment, rien ne suggère qu’ils soient liés à la Chine », a précisé le président Biden en parlant des autres invités indésirables.

La version de Pékin est différente, selon laquelle le ballon abattu par les États-Unis le 4 février n’était rien d’autre qu’un dirigeable inoffensif appartenant à une société privée chinoise, utilisé pour effectuer des relevés météorologiques et s’est retrouvé dans l’espace aérien américain en raison de vents inattendus. Le gouvernement chinois, en revanche, n’a pas mentionné les trois cibles restantes qui sont apparues dans les jours suivants et ont été détruites par le Pentagone, rapporte Federico Giuliani du journal italien «Inside Over».

Des semaines plus tard, les présumés ballons espions continuent de faire la une des journaux. Notamment parce que les analystes américains de la sécurité nationale pensent que, derrière les opérations de ces ballons, pourrait se cacher une unité futuriste de l’Armée populaire de libération (APL) chinoise, créée sur ordre du président chinois Xi Jinping. S’agit-il d’une phobie américaine fondée sur rien et seulement exacerbée par les tensions avec la Chine, ou y a-t-il une thèse plausible derrière cette hypothèse ?

Qu’est-ce que la Force de soutien Stratégique

L’unité mentionnée s’appelle la Force de soutien stratégique (SSF). Créée en 2015, dans le cadre d’une restructuration majeure de l’APL, il s’agit d’une organisation au niveau du commandement de théâtre créée pour « centraliser les missions et les capacités de l’armée chinoise en matière d’espace stratégique, du cyberespace, de la guerre électronique, d’information ainsi que de la guerre psychologique », selon un rapport du Pentagone.

Comme l’a souligné «Nikkei Asian Review», son principal théâtre d’action semble être la mer de Chine méridionale, où l’unité mène des activités d’alerte et de surveillance ainsi que des activités de collecte de renseignements.

Les ballons s’inscrivent dans ce tableau, à tel point qu’au début de 2021, s’est produit un incident à retenir. Lorsque le groupe de porte-avions USS Theodore Roosevelt et les navires d’escorte ont sillonné les eaux de la mer de Chine méridionale, passant à proximité des installations militaires que la Chine installait dans les zones voisines, Pékin a immédiatement adopté ses contre-mesures. Le Dragon a envoyé un ballon espion (probablement pris en charge par la flotte américaine) au-dessus du groupe de frappe du porte-avions, chargé de recueillir des informations sur le moindre mouvement des Américains.

Cependant, la SSF est enveloppé de brouillard. Un aperçu de la portée de sa mission peut cependant être trouvé dans un article publié par le Global Times de 2016. Le journal chinois a écrit que la Force de soutien stratégique comprendrait trois unités aux fonctions différentes : l’unité de cyber-guerre, pour repousser les attaques de piratage et défendre ainsi la Chine ; l’unité de guerre spatiale, qui a juridiction sur les satellites espions et le système de navigation par satellite chinois BeiDou ; et l’unité de guerre électronique, qui perturbe les systèmes radar et les communications ennemis.

Or, il semblerait que le ballon abattu par Washington au large de la Caroline du Sud était équipé d’antennes potentiellement liées à l’interception des communications, suggérant son lien étroit avec la SSF.

Fonctionnement et utilisation

Mais quelle est la tâche de la Force d’Appui Stratégique ? « Intégrer les forces terrestres, navales, aériennes et les fusées du début jusqu’à la fin d’une opération. C’est la clé pour gagner des guerres », a déclaré un porte-parole du Parti communiste au Quotidien du Peuple en 2016, un mois après la création de la force.

Plus précisément, la Force de soutien stratégique peut fournir à l’armée chinoise un « positionnement mondial précis », surveiller son environnement grâce à des satellites et s’assurer que les communications sont envoyées et reçues en toute sécurité. Et encore, souligne le «South China Morning Post», elle élargit la force de la guerre cybernétique, électronique et psychologique et mène des recherches sur la façon dont les informations, les données et les nouvelles technologies peuvent être utilisées au combat.

La Force d’appui stratégique gère deux académies militaires, l’une pour le génie aérospatial et l’autre pour le génie de l’information. L’université d’ingénierie de l’information de l’APL propose des spécialisations en cryptographie, cyber-sécurité, méga-données, intelligence artificielle, navigation et positionnement, télédétection et détection et contrôle de drones. L’Université d’ingénierie spatiale de l’APL organise des conférences sur l’analyse du renseignement, la télédétection, l’ingénierie radar, les systèmes d’alerte précoce et l’ingénierie de lancement d’armes.

La SSF compte également deux principaux départements fonctionnels. Le Département des systèmes spatiaux exploite des satellites de renseignement et de communication et mène des opérations de télédétection (mais gère également plusieurs centres de lancement de satellites et bases d’entraînement en Chine, notamment ceux de Jiuquan, Taiyuan et Wenchang), et utilise également le système de navigation par satellite chinoise BeiDou pour aider l’armée dans les opérations militaires. Le Département des systèmes de réseau est la « force informatique » responsable de la défense et de l’attaque des réseaux informatiques, de la défense et de l’attaque électromagnétiques, ainsi que de l’interception des signaux pour la collecte des renseignements.

La SSF est dirigée par le général Ju Qiansheng, commandant par intérim depuis juin 2021, date à laquelle il a été promu général. Auparavant, il était en charge du département des systèmes de réseau. Qiansheng est aidé par le lieutenant-général Hao Weizhong, commandant adjoint de la force et chef du département d’état-major général.

France: des permanences d’élus de la majorité saccagées et dégradées

(Rome, 22.03.2023). A peine la réforme des retraites adoptée sans vote par l’Assemblée nationale, après le recours du gouvernement français à l’article 49-3 de...

Nouvelle attaque de hackers pro-russes sur des sites italiens: le groupe «NoName057» est de retour

Sont concernés les sites de la Chambre des députés, du Gouvernement, du Ministère de la Défense, du Ministère des Transports, de l'Autorité de Régulation...

Nuovo attacco hacker russo ai siti italiani. «Noname057» cita gli ucraini addestrati in Italia e parole Meloni

Nuova ondata di attacchi informatici degli hacker filorussi noname057(16) a siti italiani. Coinvolti, tra gli altri, ministero dei Trasporti, l'Autorità regolatrice dei trasporti e l'Atac. La...

Syrie: l’Iran s’intéresse de plus en plus à Deir Ez-Zor

L'intérêt de l'Iran pour Deir Ez-Zor s’accroit. Visite sous haute surveillance d'un haut responsable du CGRI et d'une délégation du Hezbollah. Objectifs : accroître...

Siria: cresce l’interesse dell’Iran per Deir Ez-zor

Cresce l’interesse dell’Iran per Deir Ezzor. Visita blindata di un alto funzionario delle IRGC e di una delegazione con Hezbollah. Obiettivi: incrementare l’influenza e...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here