L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Burkina Faso, Nigéria, Congo. Le terrorisme déchire l’Afrique

(Rome, Paris, 19.01.2023). Cinquante femmes enlevées au Burkina Faso, un prêtre tué au Nigeria, une église incendiée en République démocratique du Congo. En quelques jours, le terrorisme djihadiste a démontré sa capacité d’action en Afrique, où l’État islamique a construit un réseau de Wilayat actif sur un très large territoire. Alors que les attentats en Syrie et en Irak reprennent

Les événements récents au Nigeria et au Burkina Faso marquent une tendance bien connue : le terrorisme djihadiste est toujours actif, l’Afrique est le principal lieu où il s’enracine, tandis que même dans certains territoires du Moyen-Orient des groupes liés à des acronymes internationaux reprennent l’offensive, comme rapporté par le quotidien italien «Formiche».

Entre jeudi et vendredi de la semaine dernière, dans des zones rurales situées à l’extérieur du village de Liki, à environ 15 km de la ville d’Arbinda, dans le nord du Burkina Faso, une cinquantaine de femmes ont été enlevées. Elles étaient à la recherche de fruits, de feuilles et de graines pour leurs enfants, étant en manque de nourriture. Le pays est à bout de souffle, déchiré par la violence de groupes armés inspirés du djihadisme et en partie liés à l’État islamique et à Al-Qaïda. Selon la junte au pouvoir, elles pourraient avoir été enlevées par des miliciens, selon un modus operandi déjà connu ailleurs, par exemple, au Nigeria, où l’histoire des plus de 200 lycéennes enlevées à Chibok par les djihadistes du l’éminent Boko Haram est devenu un cas mondial, avec le hashtag « #BringBackOurGirls » utilisé sur les réseaux sociaux par des politiciens et des célébrités.

C’était en 2014, après plus de huit ans, la situation dans différentes parties de l’Afrique n’a pas changé. Au contraire. La zone dans laquelle se trouve Arbinda est l’une des plus touchées par le terrorisme islamique, l’un des principaux problèmes du Burkina Faso, qui a causé ces dernières années la mort de milliers de civils et contraint environ deux millions de personnes (sur 22 millions d’habitants) à abandonner leurs foyers. C’est précisément la détérioration de l’environnement sécuritaire qui a conduit les militaires à arrêter le président Roch Mark Kaboré et par la suite, les putschistes à pousser avec force pour un nouveau changement de commandement quelques mois plus tard (en octobre 2022). L’armée promet le retour de la sécurité, mais en fait ne parvient pas à arrêter les groupes, qui font désormais partie d’un tissu interne complexe.

Ce qui s’est passé à Ouagadougou rappelle l’histoire du Mali, un pays qui a également subi deux coups d’État en peu de temps et qui tente depuis des années de contenir l’action des groupes, sans succès. Dans cette dynamique, profitant du contexte, la Russie a tenté de se caler avec intérêt (matières premières, influence politique, ventes d’armes) dans les espaces laissés par l’échec des missions européennes conduites par la France. Moscou – surtout au Mali, mais aussi ailleurs – a tenté d’utiliser les activités du groupe Wagner comme facteur d’influence, mais les entrepreneurs liés au Kremlin n’obtiennent pas les résultats escomptés. Il suffit de voir ce qui s’est passé il y a quelques jours à Markacoungo, à 80 km de la capitale Bamako, où un attentat a fait cinq morts, les groupes djihadistes continuant à être à l’offensive.

Avant l’aube, dimanche matin au Nigeria, un groupe de bandits a attaqué la résidence paroissiale de l’église catholique Saint-Pierre-et-Paul, à Kafin-Koro, dans la région de Paikoro, où se trouve le diocèse de Minna. Lors du raid, le curé de la paroisse, le père Isaac Achi, a été tué, décédé lorsque, devant l’arrivée des secours, la paroisse a été incendiée par les assaillants, un groupe de bergers Peuls (un peuple traditionnellement pasteur établi dans toute l’Afrique de l’Ouest, appelé aussi Foulani, Ndlr). Selon des sources locales, les Peuls auraient été incités à agir. Ailleurs, grâce à leurs compétences de propagande et en exploitant le contexte d’affrontements interethniques régionaux, des affiliés de l’État islamique au Grand Sahara (dit ISGS, actifs principalement dans l’arc sahélien) ont recruté des combattants de ces groupes tribaux.

Malgré les affrontements avec le groupe affilié à al-Qaïda, Jama’a Nousrat al-Islam wal Mouslimin (Jnim) et les forces de sécurité françaises et régionales, les dirigeants de l’Etat islamique ont réussi à rester en vie et à maintenir en grande partie intact l’appareil de commandement et de contrôle du groupe. La province ouest-africaine de l’État islamique (connue sous son acronyme ISWAP) est formellement intégrée à l’ISGS dans la structure organisationnelle de l’EI, et l’action des Peuls pourrait être révélatrice de la manière dont l’activité se propage et gagne en continuité. ISWAP est actif dans tout le bassin du lac Tchad, également dans le nord-est du Nigeria et de plus en plus dans le sud-est du Niger, et entretient des contacts étroits avec le noyau central de l’EI au Moyen-Orient, ce qui ressort également de la manière dont la propagande, contre les forces de sécurité nigérianes, est diffusée.

Au Nigeria, la force d’ISWAP a éclipsé celle de Boko Haram, qui continue de perdre du soutien en raison de son traitement sévère des non-combattants, notamment des agriculteurs locaux sans lien avec le conflit. Boko Haram, cependant, s’est associé à des bandits tout aussi impitoyables dans le nord-ouest du Nigeria dans le but de contourner ISWAP et d’établir ses propres filiales dans cette région. Il s’agit d’un affrontement généralisé, avec l’armée de la République démocratique du Congo (où le pape François se rendra le 31 janvier) ayant affirmé ces derniers jours qu’une bombe avait explosé dans une église de la province du Nord-Kivu, à la frontière avec le l’Ouganda voisin. Suite à l’explosion, qui a fait des morts et des blessés, un citoyen kenyan a été arrêté. Quelques heures plus tard, la revendication est venue de la branche baghadiste en Afrique centrale, connue sous le nom d’ISCAP – et connue pour ses activités au Mozambique.

Toutes les dynamiques africaines – déjà profondément analysées lors de la réunion du petit-déjeuner anti-EI organisée à Rome il y a deux ans – sont également portées par une recrudescence générale des activités au Moyen-Orient, où l’État islamique, surtout, est revenu au premier plan pour la série d’attentats revendiqués en Syrie (où ils sont quasi quotidiens depuis quelques mois maintenant) et dans certaines régions d’Irak. La chaîne de commandement centrale de l’ensemble de l’organisation, bâtie sur la vague de propagande et le prosélytisme déclenchés par feu le calife Abou Bakr al-Baghadi, est peut-être restée cachée dans des régions reculées de la Syrie, mais elle a pu se déplacer ailleurs. En Afrique également, où le contexte socio-économique et culturel favorise l’enracinement rapide des instances djihadistes.

L’énigme du ballon espion chinois, des doutes et des questions sans réponses

(Paris, Rome, 06.02.2023). Tant de doutes, tant de questions encore sans réponse et si peu de certitudes. S'il ne restait que des débris du...

Il giallo del pallone spia cinese: ecco tutto quello che non torna

(Roma, 06.02.2023). Tanti dubbi, molte domande ancora senza risposta e poche certezze. Se del presunto pallone spia cinese abbattuto al largo della costa della...

Le tremblement de terre qui risque de modifier le Moyen-Orient

(Rome, Paris, 06.02.2023). La secousse qui a ébranlé la terre et la vie de millions de personnes entre la Turquie et la Syrie est...

Il terremoto che rischia di cambiare il Medio Oriente

(Roma, 06.02.2023). Il tremore che ha scosso i terreni e le vite di milioni di persone tra Turchia e Siria è destinato ad avere...

RDC. L’ultimatum de la Communauté d’Afrique de l’Est: un cessez-le-feu et un retrait immédiat du M23 du Nord-Kivu

(Rome, Paris, 06.02.2023). La Communauté d'Afrique de l'Est (CAE) adresse un ultimatum : Un cessez-le-feu et un retrait immédiat du M23 du Nord-Kivu «Cessez-le-feu immédiat...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here