L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Vladimir Poutine «a déjà décidé d’utiliser l’arme nucléaire», selon l’analyse de Valery Solevey

(Rome, Paris, 07 octobre 2022). « Poutine a déjà décidé d’utiliser des armes nucléaires ». C’est ce qu’a déclaré l’analyste politique russe Valery Solovey dans une vidéo partagée par le journal britannique Daily Mirror, selon laquelle le chef du Kremlin est sur le point de mourir et entend emporter le monde avec lui. Que Poutine soit en phase terminale, est une rhétorique qui a surgi à plusieurs reprises depuis le début de l’invasion de l’Ukraine le 24 février et qui a été démentie tout aussi souvent par les services de renseignement occidentaux, notamment la CIA. « Il va très bien », avait déclaré le chef de la CIA, William Burns, au cours des dernières semaines. Selon Solovey, cependant, la décision de l’Église orthodoxe russe d’organiser une journée spéciale de prière le samedi 8 octobre, au lendemain du 70e anniversaire du tsar, vient toutefois étayer l’idée que Poutine est gravement malade. Si les rumeurs se confirmaient, cela signifierait que le président russe pourrait en effet être prêt à tout pour éviter la défaite, comme rapporté par Fausto Caruso dans le quotidien «Il Mattino».

La situation sur le terrain

Les Ukrainiens gagnent du terrain dans le Sud et le Nord-Est. L’avancée de l’armée de Kiev a déjà conduit à plusieurs reprises le chef du Kremlin à revoir ses déclarations sur les objectifs, qui envisageaient initialement un changement de régime à Kiev, puis uniquement la « défense » et la « libération » du Donbass. Si la contre-offensive se poursuivait à ce rythme, Poutine pourrait bientôt se retrouver dans une situation où il n’aurait aucune victoire à revendiquer, ce qui entraînerait sa défaite totale, également sur le front intérieur. Dos au mur, le tsar a encore deux options : la première est déjà mise en œuvre avec la mobilisation « partielle » ordonnée le 21 septembre. Mais la lenteur bureaucratique du régime, cependant, fait que l’opération se déroule péniblement, sans parler de la vague de mécontentement populaire qu’elle provoque partout dans le pays, avec des centaines de milliers de Russes fuyant à travers la frontière pour éviter la conscription. Même si le Kremlin parvenait à améliorer son organisation, la mobilisation ne produirait toujours pas d’effets tangibles sur le terrain à court terme : pour apporter une contribution concrète à la guerre, les hommes recrutés devraient recevoir des mois de formation. Il semble que des milliers soient déjà sur le front ukrainien, mais envoyés à la ruine, ils ne sont que des proies faciles à tuer ou à capturer pour l’armée ukrainienne.

 Poutine serait donc prêt à envisager la seule option qui lui reste : l’arme atomique, avec tous les doutes et les risques que cela comporte. « Poutine ne plaisante pas avec la bombe atomique, nous sommes plus proches de l’Armageddon nucléaire que nous ne l’étions lors de la crise de Cuba de 1962 », a déclaré le président américain Joe Biden. Selon la CIA, rien n’indique que Moscou soit déjà prêt à l’utilisation d’armes de destruction massive, une évaluation avec laquelle le politologue Francesco Sisci est d’accord : « Poutine est dangereux, mais c’est un calculateur du rapport risque-bénéfice. En outre, pour activer la bombe atomique, nécessite également un contrôle de la part des généraux : même si Poutine voulait se suicider avec le monde entier, il est incertain qu’ils voudraient faire de même ».

Et Fausto Caruso d’ajouter que des doutes subsistent également quant à la faisabilité matérielle de l’opération. Le risque le plus concret est que la Russie utilise des armes nucléaires tactiques, donc à portée réduite : la question que se posent les analystes est de savoir s’il ne s’agirait que d’un test de démonstration à la frontière ou d’un véritable tir sur le territoire ukrainien. Dans les des deux cas, la mise en œuvre ne serait aussi facile qu’il n’y paraît : lancer une bombe trop près de la ligne de front risquerait d’impliquer également l’armée russe dans les conséquences, ce qui, compte tenu des difficultés rencontrées jusqu’à présent au niveau organisationnel, n’est pas jugé capable déclencher l’atomique sur un champ de bataille. Et ce, sans compter la riposte furieuse qui serait «administrée» par l’OTAN. « Même en lançant (la «bombe») loin du front, par exemple à Lviv, il y aurait le problème des retombées nucléaires qui se propageraient à d’autres pays, bien que ceux-ci ne soient pas hostiles à la Russie, comme la Hongrie », commente encore Sisci. « L’arme nucléaire tactique n’a jamais été utilisée et représente une inconnue, mais je ne pense pas que nous soyons proches de cette décision », a-t-il dit.

Le cercle magique grince

Même en supposant que Poutine ait renoncé à sa prudence, la question (inconnue) demeure quant à l’attitude qu’adopterait l’establishment russe. Des analystes proches du Kremlin avaient, ces derniers jours, déclaré au Daily Mirror que l’élite russe serait prête à destituer Poutine s’il décidait de passer à l’acte, mais selon Solovey c’est un vain espoir. « Ne faites pas d’illusions », a-t-il dit, « ces gens sont résignés à ce que Poutine fasse ce premier pas ».

Capitulation ou pas, un certain mouvement dans le « cercle magique » du tsar commence à se faire sentir. Immédiatement après le début de la mobilisation partielle, le très fidèle leader tchétchène de Poutine, Razman Kadyrov, s’était montré très critique à l’égard de la situation sur le terrain et avait à son tour évoqué l’utilisation d’armes nucléaires tactiques. Le Kremlin avait démenti les rumeurs d’escalade nucléaire, mais Kadyrov a récemment été promu au grade de colonel, une manière de le maintenir aligné sur les positions du Chef. Le nom sur lequel on parie pour un éventuel coup d’État est plutôt celui d’Evgueni Prigojine, financier de la société de mercenaires Wagner, qui joue un rôle prédominant dans les opérations militaires. Le groupe a annoncé hier la création de sa propre chaîne Telegram, Peacekeeper, pour partager des vidéos non censurés provenant des champs de bataille. Selon le rapport quotidien du groupe de réflexion américain «Institute for the study of war», la décision permet à Prigozhin d’avoir sa propre voix officielle au sein de l’espace d’information russe, en concurrence avec Kadyrov et les correspondants de guerre que Poutine peine de plus en plus à garder de son côté. Une telle ressource serait très utile pour commencer à diffuser des messages qui tirent parti du mécontentement populaire déjà largement répandu dans une Russie en proie aux sanctions occidentales et effrayée par l’appel massif aux armes.

Iran: nipote Khamenei a comunità internazionale: tagliare con Teheran

La nipote della guida suprema dell'Iran Ali Khamenei, Farideh Moradkhani, nota attivista per i diritti umani, ha invitato i governi stranieri a tagliare tutti...

Iran: la nièce de Khamenei appelle la communauté internationale à couper les liens avec Téhéran

La nièce du guide suprême iranien Ali Khamenei, Farideh Moradkhani, célèbre militante des droits de l'homme, a appelé les gouvernements étrangers à couper tout...

Syrie: médias, avec le soutien de l’Iran, Damas déploie de nouveaux systèmes de défense aérienne

(Rome, Paris, 27 novembre 2022). La Syrie et l'Iran ont déployé de nouveaux systèmes de défense aérienne, notamment des systèmes de brouillage des fréquences...

Siria: media, Damasco con il sostegno dell’Iran dispiega nuovi sistemi di difesa aerea

(Roma, 27 novembre 2022). La Siria e l'Iran hanno dispiegato nuovi sistemi di difesa aerea, inclusi sistemi di disturbo delle frequenze radio e di...

Città del Vaticano: Francesco e l’Avvento: svegliamoci, Dio è presente nelle cose di ogni giorno

Prima della preghiera dell’Angelus, nella prima domenica del tempo di preparazione al Natale del Signore, il Papa ha commentato la bella promessa nel Vangelo...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here