L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

L’ambassadeur de Russie aux États-Unis: «l’utilisation d’armes nucléaires conduirait à une crise mondiale»

(Paris, 29 septembre 2022). L’ambassadeur Anatolij Antonov confirme : « La Russie est prête à défendre sa souveraineté, son intégrité territoriale et son peuple avec tous les systèmes d’armes à sa disposition »

L’ambassadeur de Russie à Washington, Anatolij Antonov, met en garde contre le risque d’une nouvelle dégénérescence du conflit militaire en Ukraine dans un éditorial publié par le bimestriel «The National Interest», rapporté par l’agence italienne «Nova News», dans lequel il prévient que la crise actuel entre la Russie et les États-Unis est une crise avec des implications potentielles encore pires que celle des missiles de Cuba en 1962, puisque sa dégénérescence aurait une portée mondiale. Il est important, selon l’ambassadeur, que « non seulement la Russie et les États-Unis, mais aussi d’autres États nucléaires confirment dans une déclaration commune qu’une guerre nucléaire ne peut et ne doit jamais être menée ». Antonov fait référence à la crainte croissante dans la communauté internationale d’un conflit nucléaire entre la Russie et les États-Unis, et souligne comment ce scénario est discuté notamment aux États-Unis, où l’idée que Washington peut déclencher un conflit nucléaire en le limitant à l’Europe, semble régner. Selon l’ambassadeur, les médias américains « regorgent de pseudo-experts qui ignorent l’histoire et interprètent mal l’état actuel des évènements ».

Antonov affirme que la crise actuelle entre les États-Unis et la Russie est sans précédent, également en raison d’une détérioration « regrettable » du régime de contrôle des armements, avec la mise en veille des traités ABN et INF, la fin substantielle du traité «Ciel ouvert» et l’expiration imminente du traité New Start sur la réduction des armes nucléaires. Selon Antonov, il s’agit dans tous les cas du «résultat de la politique américaine» : selon l’ambassadeur, Washington « a abandonné ces traités pour obtenir des avantages en termes de sécurité, notamment dans sa confrontation avec la Russie, dans sa recherche constante d’opportunités pour atteindre la suprématie militaire mondiale ». Selon lui, au cours des dernières décennies « la machine de guerre de l’OTAN s’est approchée des frontières de la Russie en plusieurs « vagues »». La Russie « a averti nos collègues que de telles mesures seraient contre-productives, augmentant le risque d’une course aux armements, et que nous ne pouvions pas ignorer les menaces croissantes le long des frontières russes, en particulier les frontières occidentales ». Antonov se souvient de « réunions de longues heures au siège de l’OTAN », au cours desquelles il a rappelé à plusieurs reprises « l’importance du respect des engagements internationaux en matière de stabilité stratégique, et le danger de déployer des missiles à courte et moyenne portée en Europe ». De tels appels auraient été « vains », et la situation se serait définitivement précipitée « avec la tentative de l’OTAN de lancer l’exploitation militaro-technique de l’Ukraine, et de cultiver à Kiev un régime déterminé à mener une guerre sanglante contre la Russie ».

Aujourd’hui, écrit l’ambassadeur, la Russie « est accusée de tous les péchés », à commencer par avoir « déclenché un conflit armé en Europe ». En revanche, selon Antonov, « ce que les Etats-Unis ont fait pour assurer la mise en œuvre des accords de Minsk » et mettre fin aux tueries dans le Donbass ne fait aucun doute. « Il est évident que les États-Unis sont directement impliqués dans les actions militaires du régime de Kiev » à travers la fourniture d’armes et de renseignements, ainsi que la formation du personnel militaire. Il semble – écrit l’ambassadeur – que la Russie « est invitée à évaluer dans quelle mesure elle restera patiente et à s’abstenir de répondre à des actions et des attaques ouvertement hostiles. Washington pousse la situation vers un conflit direct entre les principales puissances nucléaires aux conséquences imprévisibles », prévient Antonov, qui rejette également les accusations portées contre le président russe Vladimir Poutine d’avoir menacé d’utiliser l’arme nucléaire : « Nous ne menaçons personne, mais nous confirmons que (…) la Russie est prête à défendre sa souveraineté, son intégrité territoriale et son peuple avec tous les systèmes d’armes dont elle dispose. Qu’y a-t-il de si agressif dans cette déclaration ? Qu’est-ce qui est inacceptable ? Les États-Unis ne feraient-ils pas de même s’ils étaient confrontés à une menace existentielle ? ». Enfin, Antonov met en garde contre « l’illusion » selon laquelle une telle détermination de la Russie ne s’applique pas également à la Crimée ou aux territoires qui feront partie de la Fédération de Russie « sur la base de la libre expression de la volonté populaire ». « Je voudrais mettre en garde les planificateurs militaires américains de l’illusion et leur conviction qu’un conflit nucléaire limité serait possible », conclut Antonov, qui réitère également le soutien de Moscou aux efforts de la communauté internationale pour construire « un système équitable de relations internationales où il y a pas d’États de première et de seconde classe ».

Time Magazine incorona le donne iraniane «eroi dell’anno» 2022

Per la testata, "sono in piazza, guidano un movimento istruito, liberale, laico, cresciuto su grandi aspettative e affamato di normalità" Sono le donne iraniane gli...

Les femmes iraniennes désignées par Time Magazine «Héroïnes 2022»

Les femmes iraniennes mises au rang de héros. Dans son numéro du mercredi 7 décembre, le Time Magazine a rendu hommage aux femmes iraniennes,...

Iran: l’ancien président Khatami soutient les étudiants manifestants

(Rome, 07 décembre 2022). La troisième journée de grève générale en Iran s'est concentrée autour des universités. À l'occasion de la Journée des étudiants,...

Iran: l’ex presidente Khatami, «ascoltate le richieste dei manifestanti prima che sia troppo tardi»

(Roma, 07 dicembre 2022). L'ex presidente iraniano, Mohammad Khatami, in un intervento pubblico in occasione della giornata dello studente in Iran. Repressione in Iran, una...

La Hongrie entame une coopération avec l’Iran, qui fournit des armes à la Russie

(Paris, Rome, 07 décembre 2022). Le ministre hongrois des Affaires étrangères a annoncé que si l'Iran pouvait être réintégré dans le système de partenariat...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here