L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Vladimir Poutine: que se passe-t-il s’il tombe ? De la «perspective de Weimar» à la mobilisation totale. Les scénarios

(Rome, Paris, 27 septembre 2022). Le maintien de l’ordre en Russie grince après la décision de Poutine de mener son « opération militaire spéciale » (actuellement au point mort) en mobilisant 300.000 hommes supplémentaires. Plus que l’invasion de l’Ukraine, c’est l’appel aux armes des réservistes qui semble mettre en péril le leadership du tsar : depuis plusieurs jours, en effet, les tentatives de fuite à l’étranger pour éviter le front de guerre et les manifestations de protestation se multiplient, réprimées avec l’habituelle main de fer du Kremlin qui n’a jamais aimé la dissidence, comme le rapporte Alessandro Strabioli dans son décryptage dans les colonnes du quotidien «Il Mattino».

Plus de deux mille personnes ont été arrêtées dans diverses villes russes. Près de 800 manifestants sont toujours détenus dans les prisons de Poutine, qui se sont retrouvés dans les archives de la police (pour référence future) avec leurs empreintes digitales et leurs photos d’identité. Et la prison coûte beaucoup moins cher. L’adjoint au maire de Kotlas, une ville de l’Oblast d’Archange, en est bien conscient, entre autres, comme il a été arrêté parce qu’il avait filmé les émeutes. Les émeutes, c’est bien, mais en être témoin, c’est inacceptable.

Que se passe-t-il si Poutine tombe ? Les scénarios

Le climat politique à Moscou est également chaud. « Des plaintes arrivent » de la part d’hommes qui ne devraient pas être rappelés, a déclaré Viatcheslav Volodine, numéro un de la Douma. « Si une erreur est commise, elle doit être corrigée. Les autorités à tous les niveaux doivent comprendre leurs responsabilités », a ainsi osé le loyal de Poutine. Sa collègue au Sénat, Valentina Matviyenko, a évoqué « des dérives absolument inacceptables », à tel point qu’elle estime « qu’il est juste qu’une forte réaction soit déclenchée dans la société ».

Le cauchemar de l’atomique risque alors de replonger le monde dans l’ère la plus sombre de l’histoire. « La Russie a le droit d’utiliser des armes nucléaires si nécessaire. Dans des cas prédéterminés », a déclaré le vice-président du Conseil de sécurité russe et ancien président de la Fédération, Dmitri Medvedev, cité par Tass. Medvedev a clairement souligné que Moscou fera toujours tout pour empêcher l’émergence d’armes nucléaires chez ses voisins hostiles. « Par exemple, dans l’Ukraine nazie, qui est aujourd’hui directement contrôlée par les pays de l’OTAN ». En bref, rien ne doit être pris pour acquis. La campagne en Ukraine se déroule à contrecœur, épuisant Moscou et sapant le moral de ses soldats. A tel point que Poutine semble vouloir rouvrir la table des négociations.

Les risques

Les raisons pour lesquelles Moscou pourrait vouloir un cessez-le-feu sont évidentes. Le plan initial du Kremlin visant à prendre le contrôle de Kiev et à transformer l’Ukraine en un État satellite a actuellement échoué. Le plan de repli, visant à reprendre les zones russophones de l’est et du sud, est au point mort et court désormais le risque sérieux d’être frustré par la contre-offensive ukrainienne. Les manœuvres militaires de Moscou sont alors ébranlées par la défaite dans la province de Kharkiv. Si Kiev devait évincer la Russie de Kherson ou d’une grande partie du Donbass, la survie de Poutine au pouvoir serait remise en question.

Alors un coup d’État contre le tsar pourrait alors devenir une réelle possibilité. Elle ne serait pas nécessairement violente et cela pourrait en fait se dérouler dans le calme. Une délégation de membres de l’establishment russe se rendrait auprès de Poutine et lui dirait que, pour préserver le régime lui-même, il est nécessaire que lui (et quelques autres personnalités impliquées dans l’échec militaire, comme le ministre de la Défense Sergueï Choïgou) se retirent en échange de garanties d’immunité de poursuites et de protection des biens. Quelque chose de similaire s’est produit lorsque Boris Eltsine a cédé le pouvoir à Poutine en 1999.

La « perspective de Weimar »

Il faut dire que si ces personnalités franchissaient une telle étape, elles courraient de sérieux risques : pour elles-mêmes si le mouvement échouait, mais aussi pour la stabilité de l’État si un changement de leadership devait entraîner une scission de l’élite, au chaos politique et à un affaiblissement radical du pouvoir central. Elles auraient donc besoin d’une assurance. Et, en ce sens, l’Occident pourrait jouer un rôle central en offrant au successeur du tsar une sorte de concession politique. Sinon, à la tête d’un État et d’une une armée tous deux affaiblis, et face à ce que les Russes considéreraient comme des exigences occidentales de « capitulation sans condition », le nouveau gouvernement assumerait le fardeau catastrophique de la démocratie allemande de Weimar après la Première Guerre mondiale, constamment qualifiée de régime de reddition et d’humiliation nationale.

Dans cette optique, le successeur de Poutine serait rendu responsable par l’opinion publique de l’échec de la campagne en Ukraine et serait confronté aux demandes croissantes des extrémistes russes de déclarer la mobilisation totale et d’intensifier la guerre. Cela pourrait étendre le conflit au-delà des frontières de Kiev, entraînant des conséquences réellement insondables et énigmatique.

Iran: nipote Khamenei a comunità internazionale: tagliare con Teheran

La nipote della guida suprema dell'Iran Ali Khamenei, Farideh Moradkhani, nota attivista per i diritti umani, ha invitato i governi stranieri a tagliare tutti...

Iran: la nièce de Khamenei appelle la communauté internationale à couper les liens avec Téhéran

La nièce du guide suprême iranien Ali Khamenei, Farideh Moradkhani, célèbre militante des droits de l'homme, a appelé les gouvernements étrangers à couper tout...

Syrie: médias, avec le soutien de l’Iran, Damas déploie de nouveaux systèmes de défense aérienne

(Rome, Paris, 27 novembre 2022). La Syrie et l'Iran ont déployé de nouveaux systèmes de défense aérienne, notamment des systèmes de brouillage des fréquences...

Siria: media, Damasco con il sostegno dell’Iran dispiega nuovi sistemi di difesa aerea

(Roma, 27 novembre 2022). La Siria e l'Iran hanno dispiegato nuovi sistemi di difesa aerea, inclusi sistemi di disturbo delle frequenze radio e di...

Città del Vaticano: Francesco e l’Avvento: svegliamoci, Dio è presente nelle cose di ogni giorno

Prima della preghiera dell’Angelus, nella prima domenica del tempo di preparazione al Natale del Signore, il Papa ha commentato la bella promessa nel Vangelo...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here