L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Le 11 septembre particulier, un an après le retour des talibans à Kaboul

(Rome, Paris, 11 septembre 2022). Aujourd’hui cette cloche sonne à nouveau à Manhattan rappelant les minutes pendant lesquelles la tragédie du 11 septembre a eu lieu il y a 21 ans. Un son reproduit là où se dresse aujourd’hui le mémorial dédié aux victimes du massacre de 2001, à quelques pas de l’endroit où se dressaient les «Twin Towers». On y lit les noms de tous ceux qui ont perdu la vie, une liste de près de trois mille personnes qui sont tombées alors qu’elles étaient au travail ou parce qu’elles se sont retrouvées au mauvais endroit et au mauvais moment.

Cette année, nous rappelle Mauro Indelicato, dans les colonnes du journal italien «Il Giornale/Inside Over», la commémoration a une autre saveur. En 2021, ce fut le vingtième anniversaire du massacre qui a le plus pesé sur la cérémonie. Par ailleurs, elle pèse sur le fait qu’alors qu’on commémore les victimes à l’étranger, là où l’ordre de l’attaque terroriste a été donné, la situation est revenue à ce qu’elle était le 11 septembre 2001. À Kaboul, pris pour cible le mois suivant l’attentat en raison de la présence des talibans accusés d’héberger Ben Laden, les étudiants coraniques sont de retour au pouvoir. Et au centre de la capitale afghane, il y a tout juste un mois, le bras droit de Ben Laden a été éliminé, à savoir Ayman Al-Zawahiri, considéré comme l’un des cerveaux du 11 septembre.

Sur le même thème :

Les minutes qui ont changé les États-Unis

Un appel de fuite de gaz dans une rue du sud de Manhattan, un mardi matin ordinaire. Puis le bruit d’un avion, le regard qui monte instinctivement vers le ciel puis le rugissement. Il est 8h46 le 11 septembre 2001, la scène est filmée par un caméraman qui suivait les brigades des sapeurs-pompiers. Et on voit justement un pompier qui abandonne ses fonctions pour se tourner vers le site de l’explosion. L’image devient l’une des plus emblématiques de la journée. Il marque la transition de la vie quotidienne normale de New York et des États-Unis à l’un des moments les plus tragiques de l’histoire récente. Le rugissement est produit par le crash d’un avion sur l’une des deux tours jumelles de Manhattan. Cela ressemble à un accident, l’un des plus sensationnels. Et immédiatement CNN et les autres réseaux engagent d’autres caméramans et des hélicoptères sur les lieux pour filmer la scène depuis le ciel.

À ce stade, tous les projecteurs sont braqués sur les tours jumelles. Et à 9h01, l’arrivée d’un autre avion sur la seconde tour a été enregistrée en direct. Il est maintenant clair qu’il ne s’agit pas d’un accident, mais d’un acte terroriste. Non seulement les États-Unis, mais le monde entier regarde vers New York.

Le président des États-Unis, George W. Bush, se trouve au même moment à Sarasota, en Floride. Il prend la parole dans une école lorsque le conseiller Andy Card s’approche de lui pour lui chuchoter quelque chose à l’oreille. Cette scène est également captée par les caméras et devient emblématique de la journée. Des heures qui ne sont pas encore terminées, car à 9h37, un troisième avion doit crasher. Pas à New York, mais devant le Pentagone à Washington, siège de la Défense américaine. Le pays est attaqué et toutes les mesures d’urgence sont déclenchées, tant au niveau local que fédéral. L’espace aérien est fermé, toutes les aides sont destinées aux deux villes touchées et dans la capitale tous les bureaux les plus importants sont évacués.

Puis, il y a un autre «accident» d’avion, mais cette fois-ci à la campagne. À Shanksville, en Pennsylvanie, d’autres personnes meurent dans ce qui, quelques jours plus tard, s’avère être un autre des appareils détournés pour mener l’action terroriste. La terreur traverse alors les cieux. Le premier avion à s’écraser sur les tours jumelles est le vol Boston-Los Angeles d’American Airlines, le deuxième avion effectue le même trajet mais pour United Airlines. L’avion qui s’est écrasé sur le Pentagone, en revanche, avait décollé de Washington à destination de la Californie et appartient à American Airlines. Le quatrième avion, cette fois d’United Airlines, est parti de Newark et, selon les enquêtes, échoue à atteindre l’un des objectifs fixés par les pirates de l’air en raison d’une rébellion interne des passagers.

La terreur, cependant, ne s’arrête pas avec le crash des avions. En effet, à 9h59 la tour sud des tours jumelles s’effondre, la seconde à avoir été touchée plus tôt. A 10h28, la tour nord cède également. Les « tours jumelles » de Manhattan n’existent plus et, avec elles, des milliers de personnes qui y sont piégées sont entraînées vers la mort. Le bilan officiel parle encore de personnes disparues : 21 ans plus tard, il y a 24 citoyens toujours portés disparus. Le bilan est de 2.996 victimes officielles, dont 19 pirates de l’air, les kamikazes.

Le début de la «guerre contre le terrorisme»

Les conséquences politiques de cette attaque ne se font pas attendre. Le doigt est immédiatement pointé sur Al-Qaïda, le groupe terroriste fondé par Oussama Ben Laden déjà protagoniste les années précédentes d’autres attentats islamistes contre des cibles américaines, mais à l’étranger. La formation djihadiste est basée en Afghanistan. Les talibans y règnent depuis 1996, bien qu’en vérité, Ben Laden soit dans le pays depuis une période précédant l’arrivée des étudiants coraniques à Kaboul. Les talibans prêchent une idéologie extrémiste, une interprétation radicale de la vision islamique. Les femmes doivent se déplacer avec la burqa et ne pas aller à l’école, les hommes doivent porter une longue barbe. Ils ont déjà isolé l’Afghanistan de la quasi-totalité du monde, mais les fonds et le soutien ne manquent pas pour le groupe. Du Pakistan en premier lieu, dans le passé des États-Unis eux-mêmes lorsque des groupes islamistes ont été utilisés dans les années 1980 pour entraver la présence soviétique dans le pays.

Après le 11 septembre, les talibans sont devenus la cible principale de Washington. Ils sont accusés d’héberger Ben Laden. Et le 7 octobre, après avoir reçu le soutien d’Islamabad, Bush lance des opérations militaires visant à évincer les étudiants coraniques. Les États-Unis bombardent Kaboul, Jalalabad, Kandahar et les principales villes afghanes. Ils ouvrent ainsi la voie à l’Alliance du Nord, l’opposition aux talibans. Les miliciens avancent et en quelques semaines entrent dans Kaboul, mettant fin à l’émirat.

Selon Bush, ce n’est que le premier acte de la soi-disant « guerre contre le terrorisme ». Une doctrine qui, au fil des années, est vouée à montrer de grandes lacunes. En Afghanistan, on envisage d’installer un nouvel État et d’organiser des élections d’ici quelques années. Deux ans après le 11 septembre, la guerre contre le terrorisme est menée contre l’Irak de Saddam Hussein. Une fois ce dernier déposé, une boîte de Pandore s’ouvre au Moyen-Orient, qui en réalité, fait émerger une myriade de groupes terroristes qui, dans la décennie suivante, ont secoué l’ensemble du Moyen-Orient. En Afghanistan même, la situation est loin d’être rose : une mission de l’OTAN, à laquelle participe l’Italie, est envoyée pour soutenir les nouvelles institutions à Kaboul. De l’argent, des vies humaines perdues, des soldats tombés, un bilan sanglant qui pourtant n’a servi à rien, ou presque.

L’Afghanistan, un an après  

En effet, alors que New York commémore les victimes du 11 septembre 2001, à Kaboul les maîtres d’aujourd’hui sont ceux d’alors. Le 15 août 2021, les talibans ont reconquis la capitale afghane et redonné vie à l’émirat. Les burqas reviennent, les barbes sont de retour, les interdictions reviennent et les écoles fermées aux femmes de retour également. Est-il possible que rien n’ait changé depuis le 11 septembre ? Une question à laquelle répondre, est difficile. Ce n’est qu’en étant dans le nouvel-ancien Afghanistan que nous pourrons vraiment trouver une réponse. La question est de nature à ébranler les doctrines occidentales des deux dernières décennies, depuis leurs fondements : le 11 septembre est-il vraiment une date destinée à rester uniquement dans la catégorie des annales et des cérémonies commémoratives, mais sans laisser de traces évidentes dans l’histoire malgré ce qui s’est passé après les trois mille victimes de cette journée-là ?

Russia-Ucraina. Stoltenberg: offensiva Kiev fa progressi impressionanti

(Roma, 05 ottobre 2022). L'esercito russo si sta ammassando verso Kherson. Gli ucraini annunciano di aver iniziato la liberazione della regione del Luhansk "Ho parlato...

Ucraina-Russia: l’esercito di Kiev assalta la regione di Kherson, carri armati russi distrutti lungo la strada

Le forze di liberazione concentrano gli attacchi nella parte nord dell'oblast: in questo video, gli effetti della battaglia in una strada di campagna, piena...

Ukraine-Russie: l’armée de Kiev prend d’assaut la région de Kherson, des chars russes détruits le long de la route

Les forces de libération concentrent leurs attaques dans la partie nord de l'oblast : dans cette vidéo, les effets de la bataille sur une...

Bomba atomica, generale Tricarico: «minaccia concreta, si rischiano cento Torri gemelle»

(Roma, Parigi, 05 ottobre 2022). Muoia Sansone con tutti i filistei, è questa la sindrome di Putin? «I segnali ci sono e c’è da...

Vladimir Putin ammette ritirata, Kiev ritorna nei suoi territori: ucraini sfondano a Sud. A Kherson la sfida decisiva

(Roma, Parigi, 05 ottobre 2022). I carri armati ucraini stanno sfondando anche a Sud, nella regione di Kherson, in uno dei quattro territori che...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here