L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Washington accuse l’Iran d’être responsable de la dernière attaque en Syrie

(Rome, Paris, 26 octobre 2021). Les États-Unis accusent directement l’Iran d’une frappe de drones sur une base militaire abritant les militaires américains

L’attaque contre la base américaine d’al Tanf, en Syrie, a entrainé une conséquence importante : la position ferme adoptée par Washington, qui déclare l’Iran responsable de ce qui s’est passé, est importante, car la République islamique dans son ensemble est mise en cause – comme s’il s’agissait d’un acte de guerre – et non les groupes régionaux contrôlés par les Pasdarans.

Pour Ferruccio Michelin dans le quotidien «Formiche», les responsables américains disent croire que Téhéran est à l’origine du bombardement de drones qui a eu lieu la semaine dernière contre l’avant-poste militaire dans le sud de la Syrie. Lundi, du Pentagone, ils ont expliqué qu’il ne s’agissait pas d’une de ces actions dans lesquelles le rôle des Pasdarans est seulement d’organiser les raids (comme cela se fait très souvent à travers les milices qui agissent par procuration en Irak et en Syrie), mais ils ont tenu l’Iran pour responsable. L’information parvient à l’Associated Press et à d’autres médias, diffusée sous couvert d’anonymat parlant de détails qui n’ont pas été rendus publics mais en même temps mais qui envoient simultanément un message clair.

Les responsables ont déclaré qu’ils pensaient que les attaques impliquaient jusqu’à cinq drones chargés d’explosifs et qu’elles avaient touché à la fois le côté américain de la garnison d’al-Tanf et le côté où se trouvent les forces d’opposition syriennes, sans faire de victimes.

Les troupes américaines et de la coalition sont basées à al-Tanf pour entraîner les forces syriennes à patrouiller dans le territoire qui fait toujours l’objet d’opérations antiterroristes contre l’État islamique. La base est également située sur une route qui sert de lien vital pour les forces soutenues par l’Iran, reliant la Syrie au sud du Liban (et à Israël). Très souvent, la région a fait l’objet de frappes aériennes israéliennes : Jérusalem frappe la ligne d’approvisionnement du Hezbollah et tient l’Iran directement responsable de tout ce qui se produit.

Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a refusé de fournir de détails lorsqu’il a été interrogé sur les informations communiquées aux médias lors d’une conférence de presse. Il l’a qualifiée d’«attaque complexe, coordonnée et délibérée» et a déclaré que les États-Unis avaient déjà vu des attaques similaires de la part de milices chiites soutenues par l’Iran. Mais il n’a pas voulu entrer dans les détails et a déclaré qu’il n’avait aucune information sur les munitions utilisées lors de l’attaque.

  1. Kirby, ajoute Ferruccio Michelin, a également refusé de dire si les troupes avaient été averties à l’avance ou si les États-Unis avaient l’intention d’apporter une réponse militaire. « La protection et la sécurité de nos troupes à l’étranger restent une préoccupation majeure pour le secrétaire (d’Etat, ndlr)», a déclaré Kirby, faisant référence au secrétaire à la Défense Lloyd Austin, « et s’il doit y avoir une réponse, elle se fera au moment, à l’endroit et de la manière de notre choix, et nous ne nous mettrons certainement pas en avant pour ce genre de décisions ».

Des médias liés aux milices iraniennes et aux Pasdaran ont déclaré que l’attaque contre al Tanf avait été menée par des « alliés syriens » – une référence apparente à des groupes soutenus par l’Iran – en représailles à un raid ayant eu lieu quelques jours plus tôt près de la ville syrienne historique de Palmyre. Israël a été accusé de ce bombardement ; la base où se trouvaient les soldats américains, comme cela s’est produit à tant d’autres occasions, est devenue la source des tensions régionales.

« On peut considérer que l’attaque d’al Tanf était une mise en œuvre » des promesses antérieures des alliés syriens de représailles pour Palmyre, a déclaré à l’AP un responsable de l’Axe de la Résistance, une alliance politico-militaire anti-occidentale. L’Iran, la Syrie, le Hezbollah et d’autres groupes combattant aux côtés des forces du président syrien Bashar al-Assad.

L’attaque d’al-Tanf est survenue à un moment de tensions croissantes avec l’Iran. L’administration Biden a déclaré cette semaine que les efforts diplomatiques internationaux pour ramener l’Iran à la table des négociations afin de revenir à l’accord nucléaire de 2015 étaient à un « point critique » et que la patience avait des limites. L’objectif de ceux qui organisent les attaques est précisément celui-ci : faire pression sur la situation et susciter des réactions plus larges.

Siria-Giordania: maxi operazione anti-droga al confine con Suwaïda

L’esercito giordano ha lanciato una maxi offensiva a sorpresa contro i contrabbandieri al confine con la Siria. Obiettivo dell’operazione: fermare un grosso carico di...

Syrie-Jordanie: importante opération anti-drogue à la frontière avec Souwaïda

L'armée jordanienne a lancé une attaque surprise contre les passeurs à la frontière avec la Syrie. L'objectif de l'opération : stopper une importante cargaison...

Italia-Quirinale: sesto scrutinio, fumata nera

Si è concluso con una fumata nera anche il sesto scrutinio per l'elezione del Presidente della Repubblica. Sono più che raddoppiati i voti per...

Italie-Quirinal: sixième tour de scrutin, fumée noire

Le sixième tour de scrutin pour l'élection du Président de la République s'est également soldé par une fumée noire. Les voix ont plus que...

Bruxelles et les USA s’engagent à coopérer pour l’approvisionnement continu de l’UE en gaz

(Rome, Paris, 28 janvier 2022). L'objectif est de diversifier « les sources pour éviter les chocs d'approvisionnement, y compris ceux qui pourraient résulter d'une nouvelle...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here