L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Un millier d’entrepreneurs russes au Mali

(Rome, 15 septembre 2021). L’agence de presse Reuters a révélé hier, citant plusieurs sources diplomatiques, qu’un accord entre Moscou et Bamako, qui permettrait aux entrepreneurs russes d’opérer au Mali serait proche, étendant ainsi l’influence russe sur les affaires de sécurité en Afrique de l’Ouest en rivalité ouverte avec la France, une ancienne puissance coloniale dans cette région.

Selon la Rédaction de l’Analyse de Défense «Analisi Difesa», Paris a lancé une campagne diplomatique pour dissuader la junte militaire du Mali de conclure un tel accord, qui permettrait à la société militaire privée russe Wagner Group d’étendre également ses activités à cette nation africaine.
Une source européenne suivant de près l’Afrique de l’Ouest et une source de sécurité dans la région ont déclaré qu’au moins 1.000 mercenaires pourraient être impliqués, tandis que deux autres sources entendues par Reuters pensent que le nombre pourrait être inférieur.
Quatre sources ont déclaré que le groupe Wagner serait payé environ 6 milliards de francs CFA (10,8 millions de dollars) par mois pour ses services, qui incluraient la formation et les conseils aux militaires locaux ainsi que la protection des principales personnalités gouvernementales et institutionnelles clés du pays dans la lutte contre les insurgés djihadistes.
Paris, dont les relations avec le gouvernement malien sont depuis longtemps tendues, s’est lancé dans une offensive diplomatique, impliquant notamment les États-Unis et d’autres partenaires, pour persuader la junte malienne de ne pas ratifier l’accord avec Moscou.
La France craint que l’arrivée de mercenaires russes ne compromette son opération antiterroriste menée depuis des décennies contre al-Qaïda et les insurgés liés à l’État islamique dans la région du Sahel, à un moment où le président Emmanuel Macron a annoncé son intention de mettre fin à l’opération Barkhane composée de 5.000 soldats français et de relancer l’engagement des partenaires européens sur le modèle de la Task Force Takuba.
Le Quai d’Orsay n’a pas réagi officiellement à l’initiative russo-malienne, mais une source diplomatique a critiqué, s’adressant à Reuters, les interventions du groupe Wagner dans d’autres pays africains.
« Une intervention de cet acteur serait donc incompatible avec les efforts déployés par les pays du Sahel et les partenaires internationaux engagés dans la Coalition au Sahel pour la sécurité et le développement de la région », a déclaré la source française.
Un porte-parole de la junte militaire malienne, qui a pris le pouvoir par un coup d’État militaire en août 2020, a déclaré qu’il n’avait aucune information sur un tel accord.
Le porte-parole du ministère malien de la Défense a, quant à lui, déclaré que « l’opinion publique au Mali est favorable à une plus grande coopération avec la Russie, compte tenu de la situation sécuritaire actuelle, mais qu’aucune décision n’a été prise ».
Reuters note également que les ministères russes de la Défense et des Affaires étrangères n’ont pas fait de commentaire.
D’autres sources diplomatiques, ajoute « Analisi Difesa », ont indiqué que la présence de mercenaires russes mettrait en péril le financement du Mali par les partenaires internationaux et les missions de formation alliées : la mission française récemment suspendue, la mission UE EUTM-Mali ainsi que la mission onusienne MINUSMA.
Les contractants du groupe Wagner sont déjà présents en Libye, en République centrafricaine et dans d’autres pays africains tandis que la consolidation des relations militaires entre la Russie et le Mali est en cours depuis quelque temps avec de nouvelles fournitures militaires et la visite à Moscou du ministre de la Défense, Sadio Camara, début septembre.
Une source du ministère a déclaré que la visite avait eu lieu « dans le cadre de la coopération et de l’assistance militaires » et n’a pas fourni plus de détails. Le ministère russe de la Défense a déclaré que le vice-ministre de la Défense Alexander Fomin a rencontré Camara lors d’un forum militaire international et « a discuté en détail des projets de coopération en matière de défense et des questions de sécurité régionale liées à l’Afrique de l’Ouest ». Fin juillet, le Mali a signé un accord de coopération militaire avec la Chine.

 

Mali: un soldato francese ucciso in azione

Un militare francese, il caporalmaggiore Maxime Blasco, è stato ucciso questa mattina nel Mali. Lo ha reso noto l'Eliseo in una nota, dove si...

Mali: un soldat français tué au combat

« C’est avec une émotion particulièrement vive que le président de la République a appris la mort en opération du caporal-chef Maxime Blasco du...

Libye: le Conseil de l’UE nomme le contre-amiral Stefano Turchetto commandant d’Irini

(Rome, 24 septembre 2021). Stefano Turchetto prendra le commandement du contre-amiral Fabio Agostini le 1er octobre 2021 Le Conseil de l'Union européenne a nommé le...

Libia: il Consiglio Ue nomina il contrammiraglio Stefano Turchetto comandante Irini

(Roma, 24 settembre 2021). Stefano Turchetto prenderà il comando dal contrammiraglio Fabio Agostini il primo ottobre 2021 Il Consiglio dell’Unione europea ha nominato il contrammiraglio...

Iraq: ISF e Peshmerga strutturano la cooperazione contro lo Stato Islamico

Le forze di sicurezza irachene (ISF) e i Peshmerga curdi stanno lavorando per creare una struttura di coordinamento comune contro lo Stato Islamico in...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here