L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Ce que cachent les «courriels secrets» de Fauci sur la pandémie

(Rome, 07 juin 2021). Alors que le Sars-CoV-2 se répandait dans le monde entier, les États-Unis n’ont pas pris, ou plutôt décidé de ne pas prendre, les contre-mesures adéquates pour limiter la propagation du virus. La pandémie de Covid a embrasé les États-Unis entre mars et avril 2020, soit environ deux mois après la première apparition officielle de l’agent pathogène à Wuhan, en Chine. Nombreux qui pensaient que l’étrange pneumonie qui a émergé dans la province du Hubei ne franchirait jamais le «mur», encore moins qu’elle frapperait l’Occident avec une telle force de choc.

Dès que Washington s’est rendu compte de l’urgence dans laquelle il était sur le point de tomber, Anthony Fauci est devenu l’une des figures les plus importantes du pays dans la lutte contre le coronavirus. Au cours de ces jours mouvementés, a révélé le Washington Post, le virologue de la Maison Blanche est devenu le protagoniste d’un intense échange de courriels avec des scientifiques chinois. Dans les 866 pages de courriels inédits obtenus par le journal américain – qui les a demandés en vertu du Freedom Information Act/loi d’accès à l’information – nous trouvons plusieurs points intéressants qui pourraient faire la lumière sur la gestion infâme initiale de la pandémie américaine. Tout d’abord, dans les premières semaines de l’urgence de Covid, Fauci a eu du mal à se faire entendre par le président de l’époque, Donald Trump, convaincu que le danger du virus était surestimé au-delà de toute croyance.

Les courriels entre Fauci et les Chinois

Il est très intéressant d’attirer l’attention sur l’échange, daté du 28 mars, entre Fauci et George Gao, l’un des responsables chinois de la santé (actuellement, le directeur général du Centre chinois de contrôle et de préventions des maladies, ndlr). Gao s’excuse auprès de Fauci après une interview avec « Science ». Le scientifique asiatique a expliqué à son collègue et ami américain qu’il n’avait jamais utilisé les mots « grosse erreur » pour décrire l’attitude du gouvernement américain et d’autres gouvernements occidentaux, qui n’avaient pas encore rendu obligatoire le port du masque. « J’ai vu l’interview avec Science, comment pourrais-je dire un mot comme « grosse erreur » sur les autres ? C’était l’expression du journaliste. J’espère que vous comprenez », dit Gao, inquiet d’avoir offensé Fauci. Et d’ajouter : « travaillons ensemble pour éradiquer le virus de la Terre ». La réponse de Fauci est aussi un appel à la collaboration : « Je comprends parfaitement. Aucun problème. On y arrivera ensemble ». Apparemment, Fauci, contrairement à Trump, qui commençait déjà à pointer du doigt les responsabilités présumées de Pékin, faisait confiance aux experts chinois.

Menaces et escorte

Plus tard, probablement compte tenu de l’ampleur de l’urgence, les correspondances avec les scientifiques chinois ont disparu du radar. Personne, pas même l’ami Gao, ne se présenterait à nouveau avec le virologue de la Maison Blanche. C’est peut-être à ce moment-là que Fauci commence à élever la barre du danger, contredisant, bien que jamais directement, les opinions controversées de Trump. C’est alors que le scientifique a commencé à recevoir une série de menaces de la part de certains partisans de «The» Donald, qui l’accusaient d’être favorable aux mesures restrictives qui avaient conduit à la fermeture d’écoles et de nombreuses entreprises.

En avril Gao, qui est également membre de l’Académie nationale des sciences des États-Unis, a refait surface : « J’espère que vous allez bien dans cette situation si irrationnelle. « Merci pour votre courriel – a été la réponse de Fauci, trois jours plus tard – tout va bien, malgré quelques fous ». Les menaces ont incité les autorités américaines à affecter une escorte à Fauci. À la lumière de ce qui précède, nous pouvons faire deux considérations. Premièrement : bien que Fauci ait eu des contacts avec au moins un scientifique chinois, cette collaboration n’a abouti à rien. Deuxièmement : si l’administration Trump, y compris les experts, avait réagi différemment dès le départ, les États-Unis auraient peut-être pu limiter les dégâts.

Federico Giuliani. (Inside Over)

(Photo-ANSA)

Azerbaïdjan-Arménie: Bakou libère 15 prisonniers arméniens en échange de cartes des mines

(Rome, 12 juin 2021). L'Azerbaïdjan a accepté la libération de 15 prisonniers arméniens en échange de cartes relatives au placement de 97.000 mines antichars...

Azerbaigian-Armenia: Baku libera 15 prigionieri armeni in cambio della mappe sulle mine

(Roma, 12 giugno 2021). L’Azerbaigian ha acconsentito alla liberazione di 15 prigionieri armeni in cambio delle mappe relative al posizionamento di 97 mila mine...

G7: Biden appelle les alliés des USA à se mobiliser contre la Chine

(Rome, 12 juin 2021). Les dirigeants mondiaux réunis à Carbis Bay, au Royaume-Uni, pour la deuxième journée du sommet du G7 ont exprimé leurs...

G7: Biden chiama a raccolta gli alleati USA in funzione anti-Cina

(Roma, 12 giugno 2021). I leader mondiali riuniti a Carbis Bay, nel Regno Unito, per la seconda giornata del vertice del G7 hanno espresso...

G7: Emmanuel Macron s’est entretenu avec Joe Biden et Boris Johnson

(Roma, 12 juin 2021). Le sommet du G7 continue dans le sud de l’Angleterre, samedi 12 juin. Comme le veut la tradition, c’est l’occasion...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here