L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Captures et «restitutions»: Ankara se déplace pour (kidnapper) ses ennemis

(Rome, 04 juin 2021). Le dernier ennemi sur la longue liste de Recep Tayyip Erdogan est Sedat Peker. La Turquie attend chaque semaine la vidéo avec laquelle le «boss», en direct de Dubaï, décrit sa relation avec le sultan et combien le leader turc savait ou était directement impliqué dans des trafics. Et ce rendez-vous avec le public turc inquiète l’establishment turc plus que tant d’autres questions qui, en théorie, devraient être à l’ordre du jour. Le système Erdogan, déjà mis à l’épreuve ces dernières années, vacille à cause d’un chef mafieux qui s’est retranché aux Émirats arabes unis, avec lesquels la Turquie n’a pas de traité d’extradition. Un problème qu’Ankara envisage actuellement de résoudre avec l’une des méthodes que les services secrets ont utilisées à maintes reprises : un «raid» des forces spéciales pour enlever et ramener à la maison le personnage gênant.

Pour la Turquie, il ne s’agirait pas d’une opération aussi extraordinaire. Les cuirassés turcs ont une certaine expérience dans le domaine des «restitutions», c’est-à-dire des enlèvements visant à ramener chez eux ceux qui ne peuvent pas être extradés par les méthodes légales d’extradition. Et récemment, Ankara a déjà clairement indiqué qu’elle n’hésitait pas à le faire. Le cas de Selahaddin Gulen, en ce sens, est exemplaire. Le petit-fils du prédicateur islamique ennemi juré d’Erdogan faisait l’objet d’un mandat d’arrêt d’Interpol et était parti vivre au Kenya. Pendant des années, il avait mené une longue bataille juridique pour éviter l’extradition, sur laquelle Ankara a insisté. Mais lorsque la police de Nairobi l’a arrêté et l’a ensuite libéré en l’absence de charges, le MIT (le service de renseignement) n’avait rien pu faire d’autre que de mettre en œuvre le plan alternatif, à savoir l’enlèvement. La première à parler de cette opération a été Serriye, l’épouse de Salah-eddin Gulen, qui a posté des vidéos sur ses réseaux sociaux pour dénoncer l’enlèvement de son mari. Mais la nouvelle n’a commencé à circuler que quelques jours plus tard, avec comme point d’orgue la photo de l’homme menotté devant pas moins de deux drapeaux turcs. La signature du MIT, à ce stade, semblait inévitable.

Ces cas ne sont évidemment pas liés uniquement à la Turquie. Les enlèvements à l’étranger sont connus aussi bien sur le front occidental – on pense à la CIA contre les terroristes d’Al-Qaïda ou encore à l’État islamique – que sur le front moyen-oriental. À l’époque, la chasse systémique par le Mossad, à la fois aux anciens criminels nazis et aux terroristes liés à Septembre noir et à d’autres acronymes palestiniens, ne doit pas être oubliée. Et Ankara elle-même a agi de la sorte lorsqu’il a enlevé le chef du PKK, Abdallah Ocalan, également à Nairobi, ainsi que de capturer d’autres personnages liés au monde de Feto, nom sous lequel est identifié le réseau putschiste lié à Fetullah Gülen.

Maintenant, Erdogan se trouve confronté à deux problèmes . D’abord, il y a le fait que les vidéos de Peker sont visionnées par des millions de personnes et sapent le leadership du sultan d’une nouvelle manière. Il est vrai que c’est un patron accusé d’être à la tête d’un vaste réseau criminel (accusé, entre autres, d’être impliqué dans le trafic d’armes de la Turquie vers la Syrie alors que l’armée d’Ankara n’était pas encore intervenue) mais il reste néanmoins un personnage qui a exploité son nom en se dressant comme un obscur opposant. L’enlever maintenant constitue un nouvel acte de force qui serait considéré comme un moyen de couvrir un trafic illégal présumé. A cela s’ajoute le nœud politique : les Emirats sont un ennemi stratégique de la Turquie avec lesquels elle s’est engagée dans un défi global allant du Moyen-Orient à la Méditerranée orientale jusqu’au Sahel et à la Libye. Frapper au cœur de Dubaï en kidnappant un homme sans autorisation équivaudrait à un fusible dans un défi plus intense. Dans ce monde «hobbesien», comme le définit le «Jerusalem Post», tout semble légitime pour des dirigeants autoritaires et des États affirmés : mais à Ankara, ils se gardent bien d’enflammer de nouvelles tensions alors qu’un lent « apaisement » avec l’Occident est en cours.

Lorenzo Vita. (Inside Over)

Azerbaïdjan-Arménie: Bakou libère 15 prisonniers arméniens en échange de cartes des mines

(Rome, 12 juin 2021). L'Azerbaïdjan a accepté la libération de 15 prisonniers arméniens en échange de cartes relatives au placement de 97.000 mines antichars...

Azerbaigian-Armenia: Baku libera 15 prigionieri armeni in cambio della mappe sulle mine

(Roma, 12 giugno 2021). L’Azerbaigian ha acconsentito alla liberazione di 15 prigionieri armeni in cambio delle mappe relative al posizionamento di 97 mila mine...

G7: Biden appelle les alliés des USA à se mobiliser contre la Chine

(Rome, 12 juin 2021). Les dirigeants mondiaux réunis à Carbis Bay, au Royaume-Uni, pour la deuxième journée du sommet du G7 ont exprimé leurs...

G7: Biden chiama a raccolta gli alleati USA in funzione anti-Cina

(Roma, 12 giugno 2021). I leader mondiali riuniti a Carbis Bay, nel Regno Unito, per la seconda giornata del vertice del G7 hanno espresso...

G7: Emmanuel Macron s’est entretenu avec Joe Biden et Boris Johnson

(Roma, 12 juin 2021). Le sommet du G7 continue dans le sud de l’Angleterre, samedi 12 juin. Comme le veut la tradition, c’est l’occasion...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here