L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Le raid qui a conduit à la mort d’Oussama Ben Laden

(Rome, 02 mai 2021). Une puissante explosion au milieu de la nuit, un bruit d’hélicoptères capables de secouer même les maisons de la ville pendant plusieurs minutes et le sentiment que quelque chose d’important allait se passer à ce moment-même: ce sont les premières impressions rapportées par les habitants d’Abbottabad le 2 mai 2011. Peu après minuit, un citoyen réveillé par les explosions les a signalés sur Twitter. Personne n’aurait pu imaginer à ce moment-là que l’histoire était en train de s’écrire dans ce centre résidentiel, à quelques kilomètres de la capitale pakistanaise Islamabad. Les rugissements qui ont réveillé les citoyens d’Abbottabad étaient en fait dus au raid des «Navy Seals» américains qui ont saisi Oussama Ben Laden, le numéro un d’Al-Qaïda.

Quand le raid pour tuer Oussama Ben Laden a commencé

Avant d’aborder l’histoire du raid d’Abbottabad, il est bon de rembobiner la bande d’au moins une décennie. Le 11 septembre 2001, les États-Unis ont été choqués par l’une des attaques les plus sanglantes de l’histoire: à New York et à Washington, au moins trois avions se sont écrasés contre les tours jumelles et le Pentagone. Les victimes sont plus de deux mille, les cibles touchées représentent les symboles les plus importants du pays. C’est donc un véritable acte de guerre. Quelques jours plus tard, les enquêteurs américains n’ont aucun doute: la direction derrière les attaques est celle d’Oussama Ben Laden. Ce dernier, fondateur d’Al-Qaïda, est déjà en tête de liste des plus recherchés. Avec son réseau terroriste, il a déjà atteint des cibles américaines, mais principalement à l’étranger: au nom de l’idéologie islamiste propagée par les miliciens, Ben Laden a signé les attentats contre les ambassades américaines à Nairobi et Dar Es Salam en 1998 et contre le navire USS Cole au Yémen en 2000. Après avoir porté le djihad au cœur du territoire américain, le chef d’Al-Qaïda devient l’ennemi numéro un de la Maison Blanche.

La chasse au terroriste commence avec la guerre en Afghanistan lancée par Washington avec les raids du 7 octobre 2001. L’opération implique la chute des talibans, mais aucune trace de Ben Laden n’a été trouvée. Pour les États-Unis, le conflit afghan se révèle être un bourbier dont encore aujourd’hui, 20 ans plus tard, ont du mal à s’en sortir. Les prisonniers capturés par les Américains révèlent cependant un détail: Ben Laden, pour protéger ses mouvements, ne compte que sur des coursiers. A partir de ce moment, la CIA et tous les services de sécurité impliqués dans la capture du terroriste ont commencé à créer des listes de potentiels coursiers.

Qui était Abou Ahmad al Kouwayti   

Parmi les personnes de confiance proches d’Oussama Ben Laden, il semble y avoir en particulier un homme qui parle couramment l’arabe et le pachtoune, la langue de la plupart des talibans. Parmi les prisonniers interrogés dans la base de Guantanamo et dans d’autres prisons américaines, depuis 2002, le nom d’un membre d’Al-Qaïda, connu sous le nom de guerre d’Al-Kuwayti, a été mentionné à plusieurs reprises. Pendant des années, des efforts ont été faits pour clarifier l’identité de ce prétendu coursier au sein des cercles de la CIA.

Le tournant est survenu en 2007: les enquêteurs ont en effet identifié Al-Kouwayti. Ce dernier est un citoyen koweïtien mais réside depuis des années au Pakistan. C’est pourquoi il parle à la fois l’arabe et le pachtoune. Il est également mentionné par certains prisonniers comme étant proche à la fois de Ben Laden et de Khaled Shaykh Mouhammad, l’un des architectes des attentats du 11 septembre. Cependant, selon ce qui a émergé de WikiLeaks, un rapport de la CIA rendu en janvier 2008 le rend pour mort à la suite de blessures subies au combat.

Comment le dernier refuge de Ben Laden a été trouvé

En réalité, Al-Kouwayti est vivant et, en 2009, la CIA elle-même présentera un rapport qui contredit celui de l’année précédente. Le terroriste a été cité cette année-là par d’autres prisonniers de Guantanamo: beaucoup d’entre eux le désignent comme le principal homme de confiance de Ben Laden. Les services de renseignement américains apprennent également qu’Al-Kouwayti vit à Abottabad. Le nom de ce lieu commence donc à susciter un certain intérêt chez les enquêteurs sur la piste de Ben Laden. En août 2010, un autre tournant s’est produit: la «National Security Agency» retrace en fait un appel qu’Al-Kouwayti lui-même avait passé à certains membres de sa famille au Koweït. Cela permet de localiser la résidence du terroriste.

Les images satellites montrent un complexe apparemment résidentiel, mais des mesures de sécurité extrêmes sont également évidentes à l’intérieur. Pour la CIA, c’est la preuve que quelqu’un d’important se cache dans le complexe de logements. Et étant donné qu’Al-Kouwayti est désormais considéré comme le principal bras droit de Ben Laden, pour la première fois depuis 2001, la sécurité américaine est consciente qu’elle est sur les traces du fondateur d’Al-Qaïda.

Le rôle du médecin Shakil Afridi

Dans ce contexte, émerge une histoire très particulière. C’est celle du docteur Shakil Afridi. Tel que reconstitué par la BBC, la CIA aurait contacté le professionnel pour tenter de collecter l’ADN de certains habitants d’Abbottabad et, en particulier, de ceux qui vivent à l’intérieur de l’enceinte signalée. Le stratagème est représenté par la conduite d’un programme de vaccination contre la polio. C’est ainsi que les services de sécurité américains ont pu obtenir l’ADN de parents présumés de Ben Laden. Même aujourd’hui, il n’a pas été établi si cette opération s’est réellement avérée utile avant le raid. Pour le Pakistan, Afridi est un traître et il est actuellement en prison où il purge une peine de 33 ans, bien que pour des crimes sans rapport avec les opérations de capture de Ben Laden.

Neptune Spear, l’opération qui a conduit à la mort de Ben Laden

En 2011, Washington, a décidé de passer à la phase opérationnelle. Pendant des semaines, grâce également à l’aide d’images satellitaires, le terrain a été sondé et finalement la décision a été prise d’intervenir dans la nuit du 2 mai. Cela nous amène aux heures où des hélicoptères et des appareils des forces spéciales assiègent Abbottabad. Le nom donné à l’opération est celui de «Neptune Spear». L’autorisation est donnée par le président américain de l’époque Barack Obama le 29 avril: ce dernier a suivi les étapes du raid depuis la salle de crise de la Maison Blanche avec ses plus proches collaborateurs.

Selon le New York Times, 79 soldats au total participent à l’opération, tous transportés sur les lieux. Parmi eux, 25 sont du département des «Navy Seals». Une fois à l’intérieur de l’enceinte, Ben Laden est immédiatement reconnu. Bien que désarmé, il tente d’opposer une résistance et, par conséquent, fut le choix de le tuer. Avec le fondateur d’Al-Qaïda, l’un des fils de Ben Laden est également mort à l’intérieur de la résidence, tout comme le coursier Al-Kouwayti, un parent de ce dernier et de son épouse.

A Washington, il est 23h35 lorsque M. Obama annonce à la nation le raid d’Abbottabad et l’élimination de Ben Laden. L’opération aurait duré une demi-heure, au terme de laquelle l’une des épouses du terroriste aurait connu plus tard son corps. C’est précisément à cause de la présence de cette femme, les Navy Seals auraient tiré sur Ben Laden avant que ce dernier ne parvienne à s’emparer des armes dont il disposait. D’où la polémique sur la volonté réelle des États-Unis: ont-ils tenté d’éliminer le terroriste à l’avance ou s’ils ont essayé de le capturer vivant ?. La version officielle fournie par Washington a toujours parlé de l’intention initiale de ne pas le tuer.

La fausse photo de Ben Laden

Comme principale preuve de la mort du fondateur d’Al-Qaïda, dans la nuit du 1er au 2 mai, une photo a immédiatement été diffusée. Sur l’image, on voit le visage mutilé d’un homme qui vient d’être tué, ressemblant à Ben Laden. Quelques heures plus tard, cependant, la CIA elle-même affirme que le portrait n’était pas celui du chef djihadiste et que la photo avait été retouchée. Cela a immédiatement créé de l’embarras aux États-Unis et a soulevé des spéculations sur la véracité des informations divulguées depuis Abbottabad. Officiellement, le corps de Ben Laden est transporté à l’USS Carl Vision et jeté dans la mer d’Oman. Pour Washington, les procédures d’inhumation musulmanes auraient été respectées, mais pour de nombreuses autorités religieuses islamiques, ce rite ne serait en fait pas le plus approprié.

Réactions à la mort de Ben Laden

Aux États-Unis, à l’annonce de la mort de Ben Laden, de véritables célébrations ont éclaté, notamment sur les sites où ont eu lieu les attentats du 11 septembre. La plupart des acteurs internationaux ont commenté l’élimination du terroriste comme une opportunité de réduire l’étendue de la menace djihadiste. Après le raid, cependant, des différends diplomatiques surgissent entre les États-Unis et le Pakistan: Islamabad, en effet, critique la violation de la souveraineté nationale suite à l’opération d’Abbottabad. Al-Qaïda, via ses canaux Web, a confirmé la mort de Ben Laden le 6 mai.

Mauro Indelicato. (Inside Over)

Israël: affrontements à Jérusalem-Est et sur l’Esplanade des mosquées. Plus de 100 roquettes ont été tirées de la bande de Gaza vers Israël. Netanyahou:...

(Rome, 10 mai 2021). Très haute tension en Israël, à Jérusalem. Des affrontements entre des manifestants palestiniens et les forces de sécurité israéliennes ont...

Israele: scontri a Gerusalemme Est e su Spianata Moschee. Oltre 100 razzi sono stati lanciati dalla Striscia di Gaza verso Israele. Netanyahu: risponderemo a...

(Roma, 10 maggio 2021). Tensione altissima in Israele, a Gerusalemme. Scontri tra manifestanti palestinesi e forze di sicurezza israeliane si sono verificati stamane sulla...

Le Hamas cible Jérusalem avec des roquettes, Israël répond en bombardant Gaza

(Rome, 10 mai 2021). Au moins sept roquettes ont été tirées de la bande de Gaza en direction de Jérusalem ce soir, après que...

Hamas bersaglia Gerusalemme con i razzi, Israele risponde bombardando Gaza

(Roma, 10 maggio 2021). Almeno sette razzi sono stati lanciati questa sera dalla Striscia di Gaza in direzione di Gerusalemme, dopo che il gruppo...

France: Jean Castex estime que le pays est «en train de sortir durablement» de la crise sanitaire

Dans une interview au « Parisien », le Premier ministre Jean Castex s'exprime sur divers sujets dont la crise sanitaire du Covid-19, estimant que la France...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here