L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Le quadrilatère de la tension

(Rome le 01 mars 2021). Une attaque aux missiles contre les forces américaines en Irak, un raid américain en Syrie contre des milices pro-iraniennes, un lancement de missiles houthis contre l’Arabie saoudite, une mystérieuse explosion pour un cargo israélien dans le golfe d’Oman, et enfin une attaque israélienne présumée dans la nuit, au sud de Damas.

Le Moyen-Orient est à nouveau enflammé dans ce que l’on peut appeler un quadrilatère inquiétant du chaos où des attaques plus ou moins chirurgicales révèlent ce qui bouillonne entre Israël, les États-Unis et l’Iran. Une escalade aux contours encore mal définis qui s’inscrit dans le cadre de négociations entre l’Iran et les Etats-Unis qui deviennent de plus en plus difficiles. Les États-Unis sont sortis avec Donald Trump de l’accord de 2015 et souhaitent maintenant le rejoindre avec Joe Biden. Mais pour ce faire, ils ne peuvent pas remonter le temps: six ans après cette négociation, les choses ont changé et Téhéran ne peut certainement pas se sentir confiant après que son rival a déchiré l’accord qui vient de changer d’administration. Si la République islamique n’a pas fourni de garanties adéquates sur le programme missile et nucléaire ni sur la stratégie au Proche-Orient, les États-Unis pour leur part n’ont pas garanti la continuité de leurs décisions, imposant un dangereux tourbillon de sanctions et d’isolement à l’Iran.

Au milieu du cadre des négociations particulièrement complexes entre les deux grands rivaux, il existe encore des conflits entre les forces impliquées dans le grand chaos du Moyen-Orient.

La Syrie est redevenue un champ de bataille avec les deux raids impliquant les forces aériennes américaines et israéliennes: l’un à la frontière avec l’Irak, l’autre au sud de la capitale syrienne. L’objectif est toujours la présence de milices liées à Téhéran, mais il s’agit dans les deux cas d’attaques contre un territoire qui est désormais considéré comme un «no man’s land» dans lequel le gouvernement de Bashar al Assad est considéré comme une autorité formelle mais non substantielle par tous les rivaux de la région, dans laquelle Moscou contrôle officiellement l’espace aérien de Damas. Les États-Unis se sont concentrés sur la frontière syro-irakienne, Israël – selon les informations syriennes – se serait plutôt concentré sur les milices pro-iraniennes les plus proches de son territoire, dans une zone qui a toujours été impliquée dans les raids plus ou moins secrets de l’Étoile de David.

Quant au Golfe, l’explosion du cargo israélien MV Helios Ray a également placé la mer qui sépare l’Iran de la péninsule arabique au centre du conflit. Le Golfe qui est l’un des principaux théâtres des tensions au Moyen-Orient depuis des années est redevenu un protagoniste depuis le début des premières saisies de pétroliers dans la région. Selon les premières enquêtes, le cargo aurait probablement été touché non pas par des missiles mais par des mines. Le résultat de cette enquête serait la force motrice d’une accusation formelle contre l’Iran, qui a souvent été dans le viseur à cause des mouvements de la marine des Pasdaran dans la région. Téhéran a rejeté toutes les accusations par la bouche du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh. Pendant ce temps, Benyamin Netanyahu a réitéré que son gouvernement considère les Iraniens comme les seuls coupables d’une attaque délibérée contre un navire de l’Etat hébreu. Aussi pour cette raison, l’attaque dans la région de Sayyida Zeinab peut avoir été une réponse destinée aux gardiens de la révolution présents en Syrie. Mais cela pourrait être le début d’une dangereuse escalade maritime.

Le nœud yéménite demeure toujours présent. L’attaque des rebelles chiites contre l’Arabie saoudite confirme que le front yéménite est loin d’être résolu. Biden avait gelé la livraison des armes aux Saoudiens, et avec des accusations formelles du renseignement contre Mohamed ben Salmane liées au meurtre de Kahshoggi, il a certainement isolé Riyad. Cependant, cela ne signifie pas que les États-Unis abandonnent l’Arabie. La révocation des Houthis en tant qu’organisation terroriste et l’arrêt du soutien militaire ont montré à Biden la nécessité de se désengager de l’axe « Trumpiste » avec la maison royale saoudienne. Mais en même temps, Biden n’a pas l’intention de céder du terrain, et le porte-parole du département d’État, Ned Price, a fermement condamné les attaques au Yémen, affirmant qu’elles menaçaient les perspectives de paix.

Lorenzo Vita. (Inside Over)

Ucraina: Antonio Guterres in visita a sorpresa in Moldova

Il segretario generale delle Nazioni Unite, Antonio Guterres, è arrivato venerdì nella Repubblica di Moldova, dove incontrerà il presidente Maia Sandu. La visita a...

Ukraine: António Guterres en visite surprise en Moldavie

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, est arrivé vendredi en République de Moldavie, où il rencontrera la présidente Maia Sandu. La visite de...

Macron et Poutine, les retrouvailles au téléphone: ce qu’ils se sont dit ce vendredi

(Rome, 19 août 2022). Leur dernier entretien téléphonique remontait au 28 mai. Vladimir Poutine et Emmanuel Macron ne s'étaient plus parlé depuis le 28 mai....

Macron e Putin d’accordo sull’ispezione nella centrale di Zaporizhzhia

(Roma, Parigi, 19 agosto 2022). Gli ispettori dell'Agenzia internazionele per l'energia atomica potranno accedere alla centrale controllata dai russi e sotto attacco da parte...

Ukraine: Emmanuel Macron appelle les Français à «accepter de payer le prix de la liberté»

(Rome, 19 août 2022). Le chef de l'Etat a dénoncé «l'attaque brutale lancée par Vladimir Poutine» en Ukraine, après s'être entretenu dans la journée...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here