L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Attaques contre Riyad. Qui sape la stabilité au Moyen-Orient

(Rome, 26 janvier 2021). Il y a ceux de l’Est qui rament contre la stabilité. Alors que l’EI revient pour se présenter à Bagdad, Riyad se retrouve sous des attaques aériennes deux fois en quatre jours (depuis le Yémen ou l’Irak ?). Y a-t-il des forces qui voient un danger existentiel dans le remodelage pragmatique de la région ?

Juste avant une heure de l’après-midi du mardi 26 janvier, deux panaches de fumée ont été observés dans le ciel de Riyad. Depuis la capitale saoudienne, on dit que deux explosions ont attiré l’attention des gens dans la rue, qui ont roulé des yeux et ont vu les « traînées de vapeur » en l’air. C’était presque certainement une interception d’attaque – avec des drones ? – par les défenses aériennes du royaume. D’un autre côté, ce ne serait pas la première fois que cela se produit – par exemple, les rebelles yéménites houthis ayant déjà tenté de frapper l’aéroport international d’Abha avec des drones kamikazes en août dernier, ou la gigantesque attaque aérienne (missiles et drones) contre deux usines en mi-septembre 2019.

Le dimanche 24 janvier, le département d’État américain a publié une déclaration concernant une autre attaque, qui a eu lieu le samedi 23 janvier, également à Riyad. «Nous recueillons plus d’informations, mais cela semble avoir été une tentative de cibler des civils. De telles attaques violent le droit international et sapent tous les efforts visant à promouvoir la paix et la stabilité. Alors que nous travaillons pour apaiser les tensions dans la région grâce à une diplomatie de principe, notamment en mettant fin à la guerre au Yémen, nous aiderons également notre partenaire l’Arabie saoudite à se défendre contre les attaques sur son territoire et à prendre en compte ceux qui tentent de saper la stabilité », écrit-il.

L’attaque de samedi avait également été interceptée par les défenses aériennes saoudiennes. Une condamnation similaire à la condamnation américaine est arrivée d’autres chancelleries internationales – (France, Allemagne et Royaume-Uni) – et surtout une note émanant du Qatar, condamne les attaques des belligérant yéménites, les rebelles Houthi, et qualifie l’Arabie Saoudite de « Royaume fraternel ». Des propos qui sont la conséquence de la réconciliation initiée le 5 janvier entre Doha et les royaumes du Golfe (après que le peuple qatari ait été placé sous embargo total par Riyad pendant plus de trois ans).

En réalité, les Houthis n’ont pas revendiqué l’attaque de samedi, et ont nié toute implication, contrairement à une milice irakienne qui se prénomme Brigade al-Wa’ada al-Haq, la Brigade de la juste promesse. Le groupe n’est pas connu, tout comme il n’y a pas d’attaques connues contre les Saoudiens par des entités paramilitaires irakiennes – souvent étroitement liées à l’Iran, l’ennemi existentiel et géopolitique de Riyad. Dans leurs affirmations, les miliciens de la « juste promesse » accusent instrumentalement l’Arabie saoudite de l’attaque contre l’État islamique il y a quelques jours à Bagdad. Il n’y a pas de liens entre l’EI et Riyad, en effet les Bagdadistes détestent les Saoudiens parce qu’ils sont amis de l’Occident et considérés comme takfiri, mais l’accusation est une forme classique de la dialectique fanatique que certaines formations ne cessent de prononcer.

Cependant, l’attentat de Bagdad et les attentats de Riyad ont un dénominateur commun. Alors qu’une phase de modernisation vers des positions plus réalistes et constructives est en cours dans le Moyen-Orient élargi, il existe des forces sur le terrain qui ont intérêt à la déstabilisation. S’il y a d’un côté le communiqué avec lequel le Qatar appelle l’Arabie saoudite un « royaume fraternel », ou le processus délicat des accords abrahamiques pour la construction des relations entre Israël et divers pays arabes, mais d’un autre côté, ce sont les Houthis et les milices chiites contrôlées par l’Iran ou les groupes sunnites radicaux tels que l’EI, qui ont tendance à bouleverser le cadre en construction.

C’est comme si – grâce à la prise de fonction de l’administration Biden, avec un processus qui avait déjà commencé sous le précédent (Trump)- de nombreux pays de la région essayaient de se montrer d’honnêtes courtiers auprès des Américains, tandis que d’autres forces de la région essayaient de détruire ce cadre. En cela, même l’Iran en tant que gouvernement Rohani tente de se montrer positif (au-delà de la rhétorique nécessaire pour maintenir la position de résilience qui dure depuis des mois et des mois), mais lutte pour contrôler les forces qui tendent à la déstabilisation de l’intérieur de la République islamique régionale, engagement constant et continu. Une condition à partir de laquelle des groupes associés à l’aile pasdarienne, liés à l’industrie de la défense (parmi lesquels les Houthis et presque toutes les milices irakiennes) obtiennent un gain économique, sans lequel ils perdent leur sens existentiel.

Ferruccio Michelin. (Formiche)

Explosion sur un bateau israélien: le mystère qui agite le Golfe

(Rome le 01 mars 2021). Une nouvelle explosion mystérieuse met le feu dans les eaux du golfe Persique et aux relations entre l'Iran et...

Esplosione su una nave israeliana: il mistero che agita il Golfo

(Roma il 01 marzo 2021). Una nuova misteriosa esplosione incendia le acque del Golfo Persico e i rapporti tra Iran e Israele. Nei giorni...

MO: Netanyahu accusa Teheran di attacco a nave israeliana. «Lo stiamo colpendo»

Il primo ministro israeliano, Benjamin Netanyahu, ha accusato l'Iran di aver attaccato una nave israeliana avvenuto la scorsa settimana nel golfo dell'Oman. "E' stata...

MO: Netanyahu accuse l’Iran de l’attaque d’un bateau israélien et promet de riposter

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accusé l’Iran, lundi 1er mars, d'être à l'origine de l'explosion la semaine dernière sur un navire israélien...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here