L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Les États-Unis de Biden pourraient changer de vitesse sur la Libye. C’est ainsi

(Rome le 22 janvier 2021). Y a-t-il une possibilité que les États-Unis s’intéressent davantage au dossier libyen ? Alors que l’ONU cherche des contacts pour demander à Washington un rôle de premier plan, la dynamique du processus de négociation en cours évolue là où, s’ils le voulaient, les États-Unis pourraient faire la différence.

Il est très probable que parmi les toutes premières activités que le nouveau délégué de l’ONU pour la Libye, Jan Kubiš, mène dès qu’il a accepté la mission, soit celle de rechercher des contacts avec Washington parmi les personnes qui composent l’administration du président Joe Biden. En particulier, il est possible qu’il recherche de bons offices entre le Département d’État et le Pentagone – qui avec AfriCom mène une activité constante de diplomatie militaire dans la région et dans le pays. Kubiš pourrait tenter de trouver de l’espace aux Etats-Unis – où en réalité il est déjà bien implanté mais sur d’autres canaux – pour apporter le poids américain au dossier libyen, et parce qu’il est conscient que s’il réussissait, ce serait une opération redoutable à un assez bon moment.

Une opération qui, cependant, est très difficile à arriver dans les premiers mois de la présidence de Biden (plus concentrée en interne), même si le timing est le bon. Il y a un alignement substantiel vers plus de positions de dialogue dans toute la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, qui a commencé avec l’ouverture du monde arabe à Israël et s’est poursuivi avec la réconciliation des pays du Golfe – qui en Libye ont depuis des années trouvé un débouché pour le faille intra-sunnite qui divise la Turquie et le Qatar d’une part, derrière la Tripolitaine, et les Émirats arabes unis et l’Égypte d’autre part, derrière les rebelles de Cyrénaïque. Ce glissement vers le caractère raisonnable du dialogue se voit également dans les pourparlers qui se poursuivent – sous l’égide de l’ONU, jusqu’alors dirigée par l’Américaine par intérim Stephanie Williams – sur la Libye, où par exemple des pays comme l’Égypte, qui avaient tendance à une approche guerrière, il se met en position de négociation (Alessia Melcangi du Conseil Atlantique le rappelle dans ces colonnes).

Le 21 janvier, les États-Unis ont publié pour la première fois une déclaration conjointe avec l’Italie, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni dans laquelle ils saluent les progrès du dialogue libyen – qui se tient minutieusement à Tunis, sous l’acronyme Lpdf qui signifie «Libyan Political Dialogue Forum», et ces derniers jours a trouvé la place pour le mécanisme de sélection pour une nouvelle autorité exécutive intérimaire. La déclaration ne marque pas un intérêt plus intense que celui des Etats-Unis – qui dans le passé ont déjà participé à certains passages diplomatiques tout en restant impliqués en Libye uniquement dans l’intérêt de la lutte contre le terrorisme; cet intérêt a partiellement changé lorsque la forte figure de la Russie s’est révélée derrière les rebelles de Cyrénaïque.

Le texte de la déclaration contient de bonnes intentions de soutien au processus diplomatique en cours qui doit garantir «les aspirations de tous les Libyens à rétablir leur souveraineté et à choisir pacifiquement leur avenir par des élections nationales»; élections que l’ONU a fixées au 24 décembre 2021. En outre, la nécessité de maintenir le cessez-le-feu signé le 23 octobre entre les forces du gouvernement du GNA, de l’ONU et les rebelles de l’Est est soulignée et il y a aussi un passage sur la seule mise en œuvre possible: « L’expulsion de tous les combattants et mercenaires étrangers ». En théorie, cela devrait avoir lieu à partir de demain, le 23 janvier, date fixée dans l’accord de cessez-le-feu, mais il est très difficile de le mettre en œuvre.

La Turquie du côté de la Tripolitaine, la Russie, les Emirats arabes unis et en partie l’Égypte de celui de la Cyrénaïque, ont utilisé le contexte chaotique des affrontements pour envoyer des moyens militaires. Et maintenant, le risque est qu’ils transforment leur sphère d’intervention en une présence avec une tendance permanente à déplacer l’influence régionale à travers cet avant-poste géostratégique que représente la Libye. Par exemple, la Turquie a récemment renouvelé sa coopération avec Tripoli jusqu’en 2022. Il s’agit d’un aspect très critique du processus diplomatique en cours. Il a été récemment abordé dans un rapport pour la Brookings Institution qui circule beaucoup parmi les chancelleries des pays qui suivent le dossier libyen; rapport dans lequel Federica Saini Fasanotti a décrit les trois options entre les mains des États-Unis pour aider la Libye.

Ce sont des options qui impliquent également de résoudre le problème des milices – internes ou externes – et le jeu des acteurs internationaux, aspects essentiels pour concrétiser le processus en cours. Donc: si Washington voulait aller au-delà du désengagement général et de l’intérêt en Libye uniquement pour l’endiguement du terrorisme (option 1), alors l’administration Biden pourrait transformer l’ingérence d’acteurs extérieurs en un rôle de « shérifs » (option 2 ). Saini Fasanotti a déjà lancé cette hypothèse sur Formiche.net: « Transformons les méchants en shérifs », a expliqué. L’accord serait similaire à une force multinationale de type observateurs des deux côtés, confiée à la Turquie et à l’Égypte, qui maintiendrait sa présence et son influence dans les régions libyennes les plus intéressantes, mais de manière (pro) positive (déterminée, ndlr).

Cette opération, menée en collaboration avec l’ONU (non sans risque d’opposition de la Russie), servirait également les dirigeants du Caire et d’Ankara à devenir un honnête courtier aux yeux d’une communauté internationale qui les considère comme des autocrates ambitieux. La troisième option est un pas en avant pour les États-Unis, qui se retireraient du rôle d’observateurs d’une autorité déléguée mais passeraient à la première ligne. L’auteur appelle cela une approche de «l’Amérique est de retour», dans laquelle Washington assume le rôle de directeur d’une série d’arrangements internes de plus en plus importants qui passent de la gestion de la sécurité – milices et acteurs externes – et de l’apaisement des tensions intra-européennes sur la Libye, ainsi que ceux entre pays arabes. Comment les États-Unis peuvent-ils synchroniser la politique et réduire la concurrence par procuration exercée sur la Libye ?

Emanuele Rossi. (Les Fourmis)

(Photo: Africom, une rencontre entre diplomates et officiers américains et le GNA)

In Iraq entra in vigore la legge a difesa delle donne yazide sopravvissute allo Stato islamico

Il presidente dell’Iraq, Barham Salih, ha promulgato oggi la legge che introduce misure di compensazione per le donne e le ragazze yazide sopravvissute alle...

En Irak, la loi pour la défense des femmes yézidies ayant survécu à l’État islamique entre en vigueur

Le président irakien, Barham Saleh, a promulgué aujourd'hui la loi introduisant des mesures d'indemnisation pour les femmes et les filles yézidies qui ont survécu...

Liban: la coupe est pleine. Le commandant de l’armée Joseph Aoun aux dirigeants : «que comptez-vous faire face à la situation explosive ?»

(Rome, 08 mars 2021). « Nous n'accepterons pas que l'armée soit un défouloir pour qui que ce soit », lance le commandant en chef de l’armée...

Liban: de la crise bancaire à la colère de la population

(Rome, 8 mars 2021). Face à une situation économique de plus en plus dégradée, certaines banques libanaises ont été contraintes de fermer des succursales...

Libano: dalla crisi delle banche alla rabbia della popolazione

(Roma, 08 marzo 2021). Di fronte a una situazione economica in continuo peggioramento, alcune banche libanesi sono state costrette a chiudere filiali o a...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here