L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Attaques israéliennes et/ou américaines en Syrie. Qu’y a-t-il derrière ce déjeuner Pompeo-Cohen ?

(Rome, 19 janvier 2021). Au cours des dernières semaines, les clairsemés contre les intérêts iraniens en Syrie ont augmenté, impliquant également l’Irak. Ce sont des opérations tactiques et stratégiques avec lesquelles Israël marque la continuité des activités devant la nouvelle administration américaine (en envoyant un salut à ceux qui partent).

Dans la nuit irakienne de lundi à mardi, des informations ont circulé sur une attaque aérienne contre Jourf al-Sakhr, à moins de soixante-dix kilomètres au sud de Bagdad. Les récits des témoins qui ont animé les réseaux sociaux pendant quelques heures, parlent de quelques fortes explosions, et il y a eu deux sortes de conjectures: soit une frappe aérienne israélienne, soit une frappe américaine. Jennifer Griffin, qui suit les questions de sécurité nationale pour Fox News, a jeté une pierre momentanée sur la deuxième hypothèse: «un haut responsable de la défense américaine m’a dit qu’il n’y avait pas de frappes aériennes américaines près de Bagdad ce soir, malgré divers tweets de la région », a-t-elle écrit sur Twitter. La position a ensuite été confirmée par le porte-parole du CentCom.

Sur le premier, à savoir le raid israélien, il y a comme c’est le cas depuis huit ans, un vernis de mystère: les Israéliens mènent des attaques en Syrie pour des raisons de sécurité nationale, car ils croient que les Pasdaran transfèrent des armes lourdes à des groupes régionaux (qui lui sont) affiliés et ils pensent que tôt ou tard ces armes seront retournées contre l’Etat hébreu. Mais très rare qu’ils en parlent.

Depuis août 2019, on sait par l’acceptation minimale du Premier ministre Benyamin Netanyahu, que les activités israéliennes se sont également étendues à l’Irak, où il y a un creuset de milices que l’Iran tente de contrôler, de les armer, de les financer et de les marteler avec une propagande idéologique. Le seul touché dans la région de Jourf al-Sakhr, par exemple, pourrait être un dépôt d’armes des Kataëb Hezbollah, un parti/milice conçu sur l’empreinte des cousins ​​libanais qui sont techniquement toujours en guerre avec l’État juif, qui a pris de l’importance au cours des années où, au nom de l’Iran, a aidé à consolider le régime d’Assad en Syrie, longtemps l’un des groupes venimeux qui ont piégé les rues de l’Irak occupé par les États-Unis et l’Occident pendant les années de guerre. Kataëb Hezbollah avait un chef bien connu avec la kunya (appellation composée, en arabe: الكنية), d’Abou Mahdi al-Mouhandis, qui est devenu plus tard le commandant des Forces de mobilisation populaire créées en Irak (par l’Iran) pour combattre l’EI, qui a été tué avec son hétéro-directeur, le général de Pasdaran Qassem Soleimani lors du raid américain du 3 janvier 2020 à Bagdad.

Il devient tout à fait clair comment les deux conjectures ci-dessus (attaque israélienne, attaque américaine) se chevauchent. Les deux ont frappé des mandataires iraniens en Irak et en Syrie, et souvent les actions de l’un sont le résultat de renseignements transmis par l’autre. On ne parle pas d’opérations numérotées, mais plus de cinq cents cibles sont visées et touchées rien qu’en 2020, par l’approbation directe (un fait rare) du chef d’état-major israélien en décembre. Il y a quelques jours, Israël a lancé une frappe aérienne dans la région de Deir Ezzor, dans l’est de la Syrie, touchant plusieurs dépôts d’armes.

C’était une opération lourde et éclair, qui faisait suite à une autre activité éclair: la rencontre du secrétaire d’État américain sortant Mike Pompeo, et du chef du Mossad Yossi Cohen, dans un restaurant italien à Washington, le Café Milano.

Les médias américains, par exemple, affirment que Cohen et Pompeo ont parlé du raid de Deir Ezzor avant le dîner, et Haaretz note que ces attaques pratiquement routinières se sont intensifiées ces dernières semaines et suppose que la raison en est le départ de l’administration Trump et l’entrée de Joe Biden – demain 20 janvier – à la Maison Blanche.

Étant donné que les raids israéliens en Syrie ont effectivement commencé en 2013, et au cours des trois années suivantes d’une administration démocrate dirigée par Barack Obama – le moteur de l’accord nucléaire avec l’Iran qui a secoué Tel Aviv – certaines actions n’ont jamais été empêchées, même encore plus accélérées, celle de l’Iran avec une dédicace et un message: nous continuerons à suivre nos intérêts comme nous l’avons toujours fait, semblent-elles dire. Mais l’analyse israélienne est intéressante car elle considère que le moment n’est pas si rentable pour une couverture de Washington, mais parce que Téhéran a maintenant les mains liées pour réagir, puisqu’il veut exploiter l’effet Biden et éviter les tirs non coordonnés pour reprendre le dialogue avec les États Unis.

Emanuele Rossi. (Les Fourmis). (Photo: Wikipedia, un F-16 israélien et un F-35)

In Iraq entra in vigore la legge a difesa delle donne yazide sopravvissute allo Stato islamico

Il presidente dell’Iraq, Barham Salih, ha promulgato oggi la legge che introduce misure di compensazione per le donne e le ragazze yazide sopravvissute alle...

En Irak, la loi pour la défense des femmes yézidies ayant survécu à l’État islamique entre en vigueur

Le président irakien, Barham Saleh, a promulgué aujourd'hui la loi introduisant des mesures d'indemnisation pour les femmes et les filles yézidies qui ont survécu...

Liban: la coupe est pleine. Le commandant de l’armée Joseph Aoun aux dirigeants : «que comptez-vous faire face à la situation explosive ?»

(Rome, 08 mars 2021). « Nous n'accepterons pas que l'armée soit un défouloir pour qui que ce soit », lance le commandant en chef de l’armée...

Liban: de la crise bancaire à la colère de la population

(Rome, 8 mars 2021). Face à une situation économique de plus en plus dégradée, certaines banques libanaises ont été contraintes de fermer des succursales...

Libano: dalla crisi delle banche alla rabbia della popolazione

(Roma, 08 marzo 2021). Di fronte a una situazione economica in continuo peggioramento, alcune banche libanesi sono state costrette a chiudere filiali o a...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here