L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

USA: l’UE, «le mouvement des réseaux sociaux contre Trump est illégitime»

(Rome 11 janvier 2021). Le commissaire européen au marché intérieur, Thierry Breton, a exprimé sa «perplexité» face à la décision des plateformes d’interdire le président américain. Avec lui le chef du PPE, l’Allemand Manfred Weber, et le ministre français de l’Economie, Bruno La Maire.

Le commissaire européen au marché intérieur, Thierry Breton, a exprimé sa «perplexité» face à la décision des plateformes d’interdire au président américain, Donald Trump, des réseaux sociaux «sans contrôle légitime et démocratique» et a relancé des projets européens pour réglementer les géants du web.

«Le fait qu’un PDG puisse déconnecter le président américain sans aucun contrôle et équilibre est déconcertant. Ce n’est pas seulement une confirmation de la puissance de ces plates-formes, mais cela montre également de profondes faiblesses dans la façon dont notre société est organisée dans l’espace numérique», a déclaré le commissaire européen dans un éditorial publié dans Politico et Le Figaro.

Monsieur Breton souligne que les plateformes «ne pourront plus se soustraire à (leur) responsabilité» pour leur contenu. «Tout comme le 11 septembre a marqué un changement de paradigme pour les États-Unis, sinon pour le monde, il y aura, s’agissant des plateformes numériques dans notre démocratie, un avant et un après le 8 janvier 2021», date à laquelle Twitter a suspendu définitivement le compte de Donald Trump, deux jours après l’agression de ses partisans au Capitole, a confirmé l’ancien ministre français de l’Économie.

«Cette date restera comme une reconnaissance par les plateformes de leur responsabilité éditoriale et du contenu qu’elles transmettent. Une sorte de 11 septembre dans l’espace de l’information», poursuit-il. «La réaction sans précédent des plateformes en réponse aux attaques du symbole de la démocratie américaine est cependant déconcertante: pourquoi n’ont-elles pas réussi à arrêter les « fake news » et les discours de haine qui ont conduit à l’attaque de mercredi ?» Demanda Breton. «Pertinente ou non, la décision de censurer un président sortant peut-elle être prise par une société sans contrôle légitime et démocratique ?», A-t-il ajouté.

Pour Breton, qui a présenté mi-décembre le projet de législation européenne – le règlement sur les services numériques (DSA) et le règlement sur les marchés numériques – pour tenter de mettre fin aux abus des géants du web, «ces événements montrent que nous ne pouvons plus rester les bras croisés et ne compter que sur la bonne volonté des plates-formes». «Nous devons fixer les règles du jeu et organiser l’espace d’information avec des droits, des obligations et des garanties clairement définis», a-t-il déclaré. «L’Union Européenne et la nouvelle administration américaine auront intérêt à unir leurs forces, en tant qu’alliés du monde libre», a exhorté le commissaire.

Manfred Weber, l’eurodéputé allemand à la tête du PPE, soutient également que l’UE ne devrait pas laisser Facebook et Twitter décider de ce qui se situe dans les limites acceptables sur leurs plateformes. «Nous ne pouvons pas laisser les entreprises américaines de Big Tech décider comment discuter et non discuter, ce qui peut et ce qui ne peut pas être dit dans un discours démocratique. Nous avons besoin d’une approche réglementaire plus rigoureuse», a déclaré Weber à Politico.

Et ce n’est pas seulement l’affaire Trump. «Nous avons besoin de plus d’ambition dans la régulation des médias sociaux. Les mécanismes actuels divisent nos sociétés, amplifient les positions extrêmes, voire extrémistes, détruisent le consensus, le compromis et l’unité dont nous avons besoin dans des sociétés libres et démocratiques», dit Weber. «C’est une question fondamentale, de traduire le principe de fonctionnement des démocraties – la recherche de compromis et de terrain d’entente – dans la sphère numérique», a-t-il ajouté.

Même le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire, a souligné qu’il n’appartient pas aux géants du web de réguler l’espace numérique. «Ce qui me choque, c’est que Twitter ferme le compte de Trump. La régulation des géants du web ne peut pas être faite par l’oligarchie numérique elle-même», a déclaré Le Maire dans une interview à France Inter. La fermeture du compte de Trump par Twitter a suscité de nombreuses réactions dans la classe politique française.

L’affaire «Parler»

«Parler» a été mis hors ligne. Le réseau social utilisé par les partisans de Donald Trump pour partager des images de l’attaque du Capitole le 6 janvier a été «fermé» par Amazon qui a bloqué l’accès à ses serveurs en raison, explique la société, de la persistance de messages louant les événements dramatiques de mercredi dernier. D’où la décision du géant du e-commerce, qui gère également l’un des services d’hébergement Web les plus utilisés au monde, expliquant qu’il a récemment remarqué «une augmentation persistante des contenus violents» sur l’application.

Apple et Google peu de temps auparavant avaient supprimé le réseau social de leurs magasins d’applications pour des raisons similaires à celles présentées par Amazon. Dans une interview accordée à Fox News, le co-fondateur du site, John Matze, a admis que cela pourrait prendre des jours pour remettre le site sur pied.

«Nous ferons tout notre possible pour nous remettre en ligne, mais tous les fournisseurs que nous contactons nous disent qu’ils ne veulent pas travailler avec nous si Apple et Google n’approuvent pas», a déclaré Matze, qui a accusé les géants du Web de déchaîner «une lutte contre la liberté d’expression». Mais, assure-t-il, «ils ne gagneront pas, nous sommes le dernier espoir du monde pour la liberté d’expression et la libre information», a-t-il déclaré.

«Parler» a connu un boom des téléchargements après les événements de Capitole Hill. Après que Donald Trump a été arrêté par Twitter et Facebook, les médias sociaux basés à Henderson, au Nevada, sont immédiatement devenus une alternative valable aux plateformes sociales les plus célèbres.

D’abord utilisé principalement par les franges extrêmes de l’extrême droite, il a ensuite commencé à être utilisé par des profils de la droite plus modérée et des journalistes de la zone conservatrice. Mais c’est «l’interdiction» de Donald Trump sur les réseaux sociaux les plus populaires qui a fait exploser les abonnés de «Parler».

(AGI)

Explosion sur un bateau israélien: le mystère qui agite le Golfe

(Rome le 01 mars 2021). Une nouvelle explosion mystérieuse met le feu dans les eaux du golfe Persique et aux relations entre l'Iran et...

Esplosione su una nave israeliana: il mistero che agita il Golfo

(Roma il 01 marzo 2021). Una nuova misteriosa esplosione incendia le acque del Golfo Persico e i rapporti tra Iran e Israele. Nei giorni...

MO: Netanyahu accusa Teheran di attacco a nave israeliana. «Lo stiamo colpendo»

Il primo ministro israeliano, Benjamin Netanyahu, ha accusato l'Iran di aver attaccato una nave israeliana avvenuto la scorsa settimana nel golfo dell'Oman. "E' stata...

MO: Netanyahu accuse l’Iran de l’attaque d’un bateau israélien et promet de riposter

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accusé l’Iran, lundi 1er mars, d'être à l'origine de l'explosion la semaine dernière sur un navire israélien...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here