L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Le Sultan et l’Europe: la guerre cachée en Méditerranée

(Rome 26 novembre 2020). L’inspection d’un navire turc par une frégate allemande a non seulement provoqué la colère d’Ankara, mais elle met à nouveau l’accent sur cette guerre constante et silencieuse qui se déroule en Méditerranée et qui voit la Turquie et d’autres pays européens comme des protagonistes. Un conflit extrêmement délicat, qui d’une part enflamme toute la zone relevant de la Méditerranée dite élargie, et d’autre part oblige (ou devrait forcer) l’Europe et l’OTAN à enfin répondre à une question qui a longtemps résonné entre les chancelleries du Vieux Continent: ce qu’est la Turquie pour ses partenaires occidentaux. Une réponse actuellement extrêmement difficile à donner, mais qui devient chaque jour de plus en plus décisive à la lumière de ce qui s’est passé ces dernières années dans ce qui était autrefois « Mare Nostrum » et qui est aujourd’hui toujours un territoire de chasse et de guerre et de jeux géopolitiques.

Une guerre non déclarée

Il existe actuellement au moins deux fronts de guerre: la Méditerranée orientale et centrale. Et ce n’est pas simplement une guerre de rhétorique. L’usage de la force est de plus en plus devenu une pierre angulaire de la politique étrangère de tous les pays riverains de cette mer, les différents ports de plaisance se confrontant en permanence en ce qu’il s’agit d’un véritable théâtre aquatique de confrontation entre superpuissances, et puissances au niveau régional.

Parmi ceux-ci, la Turquie est probablement la plus importante car elle est impliquée sur les deux fronts et auteur du déclenchement des escalades: signe tangible d’une volonté turque renouvelée d’étendre son influence également, mais pas seulement, à travers la Méditerranée. Une croissance que de nombreux pays de l’UE n’aiment pas et qui est également vue avec inquiétude par d’autres forces du monde moyen-oriental et en particulier du monde arabe, qui craignent le dynamisme turc et craignent une renaissance de ce qui était autrefois l’Empire ottoman. Empire dont tout le monde faisait partie (et sujets) de la Libye à l’Irak, de la mer Rouge aux Balkans. La reprise de l’activité turque, disions-nous, se déroule actuellement sur deux grands échiquiers maritimes. Ainsi que la guerre (présente même si elle est encore «froide») qui la voit impliquée.

Le front de la Méditerranée centrale

Le premier d’entre eux – et la dernière activité de la marine allemande au sein d’Irini le démontre également – est la Libye. La route qui va de la Turquie à la Tripolitaine est particulièrement importante tant sur les mers que dans les airs, et la constance des vols vers Misrata n’est pas moindre que celle des bateaux battant-pavillon turc qui s’approchent également du grand port libyen comme à celui de Tripoli. L’opération Irini, qui est régie par les résolutions de l’ONU, vise à garantir le respect de l’embargo sur la vente d’armes et d’autres matériels de guerre à la Libye. Mais selon le gouvernement d’Erdogan, l’opération qui a remplacé Sophia a un péché originel: celui de s’orienter non pas vers le respect de l’embargo contre toutes les forces libyennes, mais uniquement vers le flux des hommes et des moyens venant de Turquie vers la Tripolitaine.

La suspicion turque, pour être honnête, est également confirmée par le fait que l’engagement d’Irini se concentre exclusivement sur le front maritime. Il est donc clair que si le ravitaillement en nourriture de Tripoli par mer est considéré comme acquise pour la Turquie, pour des raisons éminemment géographiques, l’embargo sur les armes peut être évité en toute sécurité par les autres puissances impliquées, simplement en exploitant le front est et sud. A tel point que beaucoup craignent qu’une inclusion turque au Sahel ne serve également de levier pour construire une alternative aux routes aériennes et maritimes vers Misrata. Ce qui est certain, en tout cas, c’est que les pouvoirs qui soutiennent Khalifa Haftar ont un moyen de contourner l’embargo par voie terrestre, tout comme – selon les résolutions de l’ONU – l’État qui envoie un navire peut en toute sécurité refuser l’inspection à bord par les forces internationales. Cela équivaudrait cependant à un aveu de culpabilité.

Cependant, au sujet des critiques d’Irini, il faut souligner que la confrontation en Méditerranée centrale entre la Turquie et ses opposants est désormais sous les yeux de tous. La marine française, notamment avec la frégate le Courbet, a déjà eu un face-à-face rapproché avec des navires turcs. Tandis que la marine grecque, avec la frégate Spetsai, a été forcée de s’éloigner d’un bateau turc après qu’un navire de la marine d’Erdogan s’est approché de manière menaçante. Des moments de tension qui montrent à quel point le conflit est désormais une constante dans les eaux de la Libye.

Le secteur Oriental

Si la Libye est actuellement le front le plus chaud, il ne faut pas oublier qu’un autre secteur de la Méditerranée était (et est toujours) au centre de l’affrontement entre la Turquie et l’Europe, à savoir celui de l’Est. L’évent naturel de la République turque, qui se sent enfermé dans sa coquille anatolienne, la mer Égée et l’étendue de mer qui atteint Chypre sont essentiels dans la logique de la renaissance turque voulue par Erodgan. Et si pour le Sultan l’intervention dans des zones éloignées de ses frontières représente un moyen de prendre une influence sur la scène internationale, la conquête des espaces maritimes, des ressources et l’imposition de compromis sur la subdivision des ZEE sont des éléments à considérer comme une quasi-survie dans le récit de son mandat.

De toute évidence, pour atteindre l’objectif qu’Ankara s’est fixé depuis des décennies (à savoir surmonter le traité de Lausanne), Erdogan a besoin de tests de force. Dans ce contexte, les navires d’exploration d’hydrocarbures envoyés au large de Chypre, de Crète et de Castelrosso ne sont que des manifestations concrètes de l’objectif de la politique du gouvernement turc en matière de mer. Mais ces bateaux ne sont pas seuls: les navires de la marine turque ont escorté à plusieurs reprises ces navires dans les eaux sous le contrôle d’Athènes et de Nicosie, devenant des avant-postes militaires de la politique étrangère d’Ankara. Un choix qui a déchaîné non seulement la colère de la Grèce et de Chypre, mais aussi une confrontation militaire qui, comme en Libye mais avec des tons encore plus enflammés, a vu les forces navales des pays impliqués entrer directement en scène. Parfois même avec des épisodes au bord de l’affrontement armé, entre un navire grec et un navire turc au large de la mer Égée.

Mais ce qui compte, c’est que voici comment devant Tripoli, le bras de fer entre la Turquie et les pays européens (et au-delà) s’est transformé en une situation dans laquelle l’usage de la force s’est désormais transformé en une situation dans laquelle le recours à la force est entièrement dédouané, du moins en ce qui concerne l’utilisation de la persuasion et de la dissuasion navales par les forces armées. La Turquie envoie des navires et des sous-marins pour escorter ses bateaux de recherche, la Grèce envoie la flotte pour protéger ses mers en s’engageant dans de véritables batailles navales tandis que les chasseurs défient les « Vipers » turcs. Et dans l’intervalle, la plupart des puissances impliquées dans la zone ont envoyé des navires et des avions pour des exercices avec Athènes mais aussi pour avertir la Turquie d’éviter des mouvements téméraires. Des choix qui ne peuvent certainement pas être insérés dans le contexte d’une relation entre alliés.

Ultimatum et diplomatie

Si «la guerre n’est rien d’autre que la poursuite de la politique par d’autres moyens», il est également évident que l’utilisation de navires comme forces de dissuasion, embargos, béliers, menaces et exercices, représentent des actes très proches de la guerre. Ou en tout cas, ils représentent une forme différente de guerre, pas ouverte mais pas si secrète ou silencieuse. Et le fait qu’il s’agisse toujours des mêmes sujets impliqués démontre une unité de propos très proche d’un véritable conflit dans lequel la Turquie fait face à un bloc plus ou moins homogène de l’Europe (France, Grèce et Chypre) et du Moyen-Orient (principalement l’Égypte et les pétromonarchies). Tout cela alors que les Etats-Unis, avec le changement d’administration, pourraient mettre un terme à Erdogan, tandis que la Russie évalue une position intermédiaire et que la Chine pousse vers la Méditerranée.

En attendant, la diplomatie est en marche tandis que les armes ont du mal à se taire. Et le fait que ce soit la marine allemande a inspecté la cargaison turque devant la Libye, pourrait être un signal indicatif de mouvements même entre les différentes chancelleries européennes. Berlin, contrairement à Paris, ne veut pas rompre les relations avec Ankara. Les relations entre l’Allemagne et la Turquie sont solides tant sur le plan économique que stratégique. Et Angela Merkel, héritière de la tradition diplomatique allemande, veut continuer à servir de médiateur entre les deux rives de la mer Égée et les Balkans, qui doivent dialoguer avec Erdogan, ce qu’Emmanuel Macron peut également décider de ne pas faire.

L’impression est que tout peut être décidé en quelques jours avec le sommet européen sur d’éventuelles sanctions contre la Turquie. Les responsables de l’UE ont été clairs: si Ankara n’arrête pas les provocations, il sera impossible d’éviter le régime de sanctions qui entraînerait l’effondrement de l’économie anatolienne. Un «extrême ratio» que Berlin voudrait éviter à tout prix. Pendant ce temps, les flottes se déplacent. Et la Méditerranée est le protagoniste d’une guerre froide que personne n’a le courage d’appeler par son vrai nom.

Lorenzo Vita. (Inside Over)

In Iraq entra in vigore la legge a difesa delle donne yazide sopravvissute allo Stato islamico

Il presidente dell’Iraq, Barham Salih, ha promulgato oggi la legge che introduce misure di compensazione per le donne e le ragazze yazide sopravvissute alle...

En Irak, la loi pour la défense des femmes yézidies ayant survécu à l’État islamique entre en vigueur

Le président irakien, Barham Saleh, a promulgué aujourd'hui la loi introduisant des mesures d'indemnisation pour les femmes et les filles yézidies qui ont survécu...

Liban: la coupe est pleine. Le commandant de l’armée Joseph Aoun aux dirigeants : «que comptez-vous faire face à la situation explosive ?»

(Rome, 08 mars 2021). « Nous n'accepterons pas que l'armée soit un défouloir pour qui que ce soit », lance le commandant en chef de l’armée...

Liban: de la crise bancaire à la colère de la population

(Rome, 8 mars 2021). Face à une situation économique de plus en plus dégradée, certaines banques libanaises ont été contraintes de fermer des succursales...

Libano: dalla crisi delle banche alla rabbia della popolazione

(Roma, 08 marzo 2021). Di fronte a una situazione economica in continuo peggioramento, alcune banche libanesi sono state costrette a chiudere filiali o a...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here