L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

La France sous le choc pour le professeur décapité, 9 arrestations. Emmanuel Macron: «ils ne passeront pas»

(Rome 17 octobre 2020). Les membres de la famille du tueur, un Tchétchène de 18 ans tué lors d’un affrontement avec la police, sont arrêtés. Macron: « Ce terroriste voulait faire tomber les Lumières. Cette bataille est la nôtre. Ils ne passeront pas ».

Neuf personnes, dont des membres de la famille de l’attaquant, ont été arrêtées dans le Val d’Oise, près de Paris, en lien avec la décapitation d’un enseignant qui a été assassiné vendredi après-midi par un Tchétchène de 18 ans qui a ensuite été tué lors d’un affrontement avec la police. La victime, Samuel P., était un professeur d’histoire qui a montré à ses élèves les caricatures sur Mohammad publiées par Charlie Hebdo lors d’une conférence sur la liberté d’expression. Son corps décapité a été retrouvé hier après-midi près de l’école où il enseignait, à Conflans Saint-Honorine.

« J’ai exécuté un de vos chiens de l’enfer »

Le tueur né à Moscou a été intercepté par des officiers vers 17h30 alors qu’il s’enfuyait, un couteau de cuisine à la main, vers la ville voisine d’Eragny. À la demande de déposer l’arme, le jeune homme, également en possession d’une arme, a attaqué les policiers qui l’ont abattu. Avant de s’échapper, le jeune homme de dix-huit ans avait posté sur Twitter une photo de la tête décapitée de Samuel P. « J’ai exécuté l’un de vos chiens infernaux », lit-on dans le post, signé al-Ansar sur un profil non authentifié, dans lequel le meurtrier lui-même il s’adresse «à Macron, le chef des infidèles» et loue «Allah le Miséricordieux».

Les arrestations ont eu lieu dans les villes des Yvelines, Conflans Saint Honorine et Chanteloup. Les parents de l’adolescent de 18 ans, son grand-père et son frère de 17 ans, ainsi qu’un parent qui avait posté une vidéo se plaignant de l’attitude de l’enseignant, un ami de l’agresseur qui l’avait accompagné pour rencontrer le directeur, ont été interpellés dans la nuit ainsi que trois autres personnes.

Le procureur général de lutte contre le terrorisme a ouvert une enquête sur « un meurtre en relation avec une action terroriste » et sur « une association de malfaiteurs à des fins de terrorisme ». Ayant appris la nouvelle, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, en route pour le Maroc, a décidé de se rendre immédiatement dans la ville où le meurtre a eu lieu, où le président Emmanuel Macron s’est également rendu pour une réunion de l’unité antiterroriste du gouvernement.

Macron: « L’obscurantisme et la violence ne nous diviseront pas »

« Notre compatriote a été victime d’un attentat terroriste islamiste caractérisé » mais « l’obscurantisme et la violence qui l’accompagne ne gagneront pas, ils ne nous diviseront pas », a déclaré Macron à l’issue du sommet. « Un de nos concitoyens, dont je ne mentionnerai pas officiellement le nom, a été assassiné aujourd’hui parce qu’il était enseignant, parce qu’il enseignait aux élèves la liberté d’expression, la liberté de croire et de ne pas croire », a ajouté le chef de l’Etat. «Je veux avoir une pensée pour tous ses proches, sa famille, ses collègues. Nous avons vu la proviseure de l’établissement qui, ces dernières semaines, a résisté à toutes les pressions, a exercé son métier, a fait son devoir avec un dévouement remarquable ».

«Je veux dire ce soir à tous les enseignants de France que nous sommes avec eux, que toute la nation sera à leurs côtés aujourd’hui et demain pour les protéger et les défendre, pour leur permettre de faire leur métier, qui est le plus beau qui soit, il était un enseignant que ce terroriste a renversé, c’est parce qu’il voulait renverser la République, les Lumières, la possibilité de faire de nos enfants des citoyens libres. Cette bataille est la nôtre. Ils ne pourront pas passer », a-t-il conclu.

Le meurtre intervient trois semaines après une autre attaque islamiste au cours de laquelle deux personnes ont été grièvement blessées devant l’ancien siège du magazine satirique Charlie Hebdo.

Francesco Russo. (AGI)

Francia: direttore generale Sanità, «la seconda ondata Covid può essere più forte della prima»

In Francia la seconda ondata di coronavirus potrebbe rivelarsi più forte della prima. Lo ha detto Jerome Salomon, direttore generale della Sanità, davanti alla...

France: pour le directeur général de la santé, «la deuxième vague de Covid pourrait être supérieur à la première»

Le Directeur général de la Santé a souligné qu'il fallait être dans « l'anticipation ». Jérôme Salomon a fait montre de pessimisme. Ce mercredi,...

Erdogan querela Charlie Hebdo per la vignetta in copertina: «Attacco ignobile, sono canaglie»

Prima aveva detto di voler ignorare quella vignetta, poi ha deciso di ricorrere ad un'azione giudiziaria. Al presidente turco Recep Tayyip Erdogan non è...

Erdogan s’en prend aux «vauriens» de Charlie Hebdo pour l’avoir caricaturé. Le parquet d’Ankara ouvre une enquête

Le journal satirique a publié mardi soir la « une » de son édition de mercredi, sur laquelle on voit le président turc, en T-shirt et...

Francia: lockdown nazionale dalla mezzanotte di giovedì

Secondo l'emittente francese BFMTV, alla vigilia dell'intervento del presidente Emmanuel Macron, il governo francese prevede un lockdown nazionale per un mese a partire dalla...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here