L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

L’Arabie saoudite n’exclut pas l’hypothèse d’une normalisation avec Israël

(Rome 16 octobre 2020). Le ministre des Saoudien Affaires étrangères le prince Faisal bin Farhan al-Saoud, a déclaré que l’hypothèse d’un accord de normalisation avec Israël ne peut être exclue, mais que la priorité actuelle est de favoriser le dialogue entre Israéliens et Palestiniens.

Comme le rapporte le quotidien al-Araby al-Jadeed interrogé sur le soutien saoudien à une prolongation des accords de normalisation avec Israël au niveau arabe, le ministre al-Saoud a répondu que chaque État pouvait agir comme il l’entendait. Les propos du prince saoudien sont intervenus le 15 octobre lors d’une visioconférence organisée avec la Fondation de Washington pour la politique au Proche-Orient, dans laquelle il a été déclaré que le Royaume saoudien est « engagé dans le processus de paix » considéré comme une nécessité pour la région. Selon al-Saoud, le moment est venu d’amener Israéliens et Palestiniens à s’asseoir à la table des négociations, car seul un accord entre eux peut conduire à une paix stable et durable dans la région du Moyen-Orient, sinon « la blessure restera ouverte ».

Cette paix, a déclaré le ministre saoudien, représente une nécessité «stratégique» pour le Moyen-Orient et, après tout, les accords de normalisation d’Israël font partie des efforts déployés pour atteindre cet objectif. En effet, il s’agit d’une suggestion déjà avancée précédemment par Riyad et incluse dans le plan esquissé en 1981, dans lequel Israël a été prié d’abandonner les territoires occupés en 1967 et la création d’un État palestinien avec Jérusalem-Est pour capitale. « La normalisation aura lieu, mais nous devons également obtenir un État palestinien et un plan de paix israélo-palestinien », a déclaré al-Saoud.

L’expression «accords de normalisation» fait référence à ceux signés par Israël, les Émirats arabes unis (EAU) et Bahreïn le 15 septembre à Washington sous l’égide des États-Unis. Les pactes ont fait des deux pays les troisième et quatrième États arabes qui reconnaissent la souveraineté de l’État d’Israël. Le premier a été l’Égypte en 1979, puis la Jordanie en 1994. De son côté, Israël s’est engagé à suspendre l’annexion des territoires palestiniens de Cisjordanie, comme annoncé précédemment, bien que le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu ait précisé qu’il avait simplement décidé de « reporter » l’annexion dans le cadre de l’accord avec Abu Dhabi.

Dans ce contexte, le 14 octobre le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, a exhorté l’Arabie saoudite à envisager la possibilité de normaliser les relations avec Israël, lors de la rencontre avec le ministre des Affaires étrangères du pays du Golfe, déclarant également que Washington soutiendrait l’initiative avec un « programme solide de vente d’armes ». « Nous espérons que l’Arabie saoudite considérera également cette hypothèse et nous voulons la remercier pour l’aide fournie jusqu’à présent pour assurer le succès des accords d’Abraham », a déclaré Pompeo.

L’Arabie saoudite s’est prononcée à plusieurs reprises en faveur de tous les efforts visant à parvenir à une solution juste et inclusive de la question palestinienne. En effet, Riyad a déclaré qu’il appréciait les efforts consentis par l’administration américaine et le plan de paix annoncé par le président américain Donald Trump, qui pourrait conduire à des pourparlers entre les parties palestinienne et israélienne, sous les auspices de Washington.

Israël et l’Arabie saoudite considèrent tous deux l’Iran comme la principale menace au Moyen-Orient, et ce sont les tensions entre Riyad et Téhéran qui ont poussé la monarchie saoudienne et Israël à renforcer leur coopération pour faire face à l’ennemi commun. Le 14 octobre également, le ministre al-Saoud a déclaré que « l’Iran continue de déstabiliser la région en soutenant les milices et les terroristes », faisant également référence aux rebelles chiites houthis au Yémen (et au Hezbollah au Liban, ndlr). En outre, un autre facteur de déstabilisation est représenté par les programmes nucléaires et de missiles de l’Iran, qui représentent selon Riyad une grande menace pour la région.

Enfin, en 2019 un ancien membre du parlement israélien, Ayoub Kara, a révélé que l’Arabie saoudite avait discuté avec Israël de la possibilité d’acheter du gaz naturel à ce pays, en construisant un gazoduc reliant le Royaume à Eliat, une ville israélienne située dans le sud du pays et surplombant la mer Rouge, dans le golfe d’Aqaba.

Il y a environ 10 ans, plusieurs entreprises israéliennes ont trouvé de grandes quantités de gaz dans les eaux de leur pays mais n’ont jamais pleinement exploité ce potentiel. Malgré les accords précédemment signés avec d’autres parties d’un montant d’environ 25 milliards de dollars, actuellement 80% des réserves n’ont pas d’acheteurs. Par conséquent, Riyad pourrait combler cette lacune en investissant six fois plus que les investissements de la dernière décennie et en répondant à la demande croissante d’électricité à bas prix.

Piera Laurenza. (Sicurezza Internazionale)

Francia: direttore generale Sanità, «la seconda ondata Covid può essere più forte della prima»

In Francia la seconda ondata di coronavirus potrebbe rivelarsi più forte della prima. Lo ha detto Jerome Salomon, direttore generale della Sanità, davanti alla...

France: pour le directeur général de la santé, «la deuxième vague de Covid pourrait être supérieur à la première»

Le Directeur général de la Santé a souligné qu'il fallait être dans « l'anticipation ». Jérôme Salomon a fait montre de pessimisme. Ce mercredi,...

Erdogan querela Charlie Hebdo per la vignetta in copertina: «Attacco ignobile, sono canaglie»

Prima aveva detto di voler ignorare quella vignetta, poi ha deciso di ricorrere ad un'azione giudiziaria. Al presidente turco Recep Tayyip Erdogan non è...

Erdogan s’en prend aux «vauriens» de Charlie Hebdo pour l’avoir caricaturé. Le parquet d’Ankara ouvre une enquête

Le journal satirique a publié mardi soir la « une » de son édition de mercredi, sur laquelle on voit le président turc, en T-shirt et...

Francia: lockdown nazionale dalla mezzanotte di giovedì

Secondo l'emittente francese BFMTV, alla vigilia dell'intervento del presidente Emmanuel Macron, il governo francese prevede un lockdown nazionale per un mese a partire dalla...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here