L'actualité du Proche et Moyen-Orient et Afrique du Nord

Sainte-Sophie désormais une mosquée, les mosaïques couvertes de toiles blanches

(Roma-25 juillet 2020). Le seul qui semble n’avoir rien remarqué jusqu’à présent est le chat, un gris égaré nommé Gli qui vit dans le complexe de Sainte-Sophie depuis des années. Il est devenu célèbre car, en 2009, Obama l’a filmé au moment où il visitait le musée Sainte-Sophie. Aujourd’hui encore, il a été photographié alors qu’il dormait à merveille sur le tapis vert qui venait d’être placé dans l’ancienne basilique byzantine jusqu’à aujourd’hui un musée, désormais transformée en mosquée.

Après la prière bondée pour la conversion du musée en mosquée, le président turc Erdogan, accompagné de sa femme voilée, a pris une photo juste devant les mosaïques byzantines qui ont été assombries. Au départ, ils avaient pensé à rendre les immenses mosaïques invisibles à l’aide d’une technique laser puis les autorités ont opté pour d’énormes voiles de tissu blanc qui, au-dessus d’une piste aérienne, se chevauchent jusqu’à cacher l’iconographie chrétienne aux yeux des fidèles islamiques. La photo du souvenir d’Erdogan et de sa femme a été réalisée immédiatement après la cérémonie, suivie par des dizaines et des dizaines de milliers de personnes entassées à l’extérieur de Sainte-Sophie.

La décision de transformer Sainte-Sophie en mosquée ne finit pas de créer du désarroi dans le monde chrétien. Une déclaration conjointe de l’archevêque de l’Église orthodoxe australienne et du président de la conférence épiscopale australienne a de nouveau mis en évidence les conséquences négatives que cet acte unilatéral entraînera. « Nous craignons que cela n’aggrave les tensions entre chrétiens et musulmans à une époque où nous aurions besoin de dialogue et de gestes apaisants ».

Le Vatican a choisi de ne pas commenter. Même « L’Osservatore Romano » a choisi d’ignorer l’événement à tel point que même un petit rappel n’apparaîtra dans l’édition d’aujourd’hui.

En revanche, le mouvement spontané de manifestations internationales ne s’arrête pas. À commencer par la réaction indignée du Prix Nobel Pamuk (Orhan Pamuk, Prix Nobel de littérature, écrivain turc devenu malgré lui un «héraut» de la liberté d’expression : ses propos sur les massacres des Arméniens et des Kurdes lui ont valu des menaces et des poursuites, ndlr), et de l’archevêque Elpidophoros (Archevêque d’Amérique, ndlr) qui a rencontré le président Trump et Mike Pence à la Maison Blanche pour exprimer l’angoisse et l’inquiétude de toute l’Église orthodoxe grecque. Au centre de l’entretien, se trouvait la grande question de la liberté religieuse.

(Franca Giansoldati – Il Mattino). (L’article en version italienne)

Siria-Giordania: maxi operazione anti-droga al confine con Suwaïda

L’esercito giordano ha lanciato una maxi offensiva a sorpresa contro i contrabbandieri al confine con la Siria. Obiettivo dell’operazione: fermare un grosso carico di...

Syrie-Jordanie: importante opération anti-drogue à la frontière avec Souwaïda

L'armée jordanienne a lancé une attaque surprise contre les passeurs à la frontière avec la Syrie. L'objectif de l'opération : stopper une importante cargaison...

Italia-Quirinale: sesto scrutinio, fumata nera

Si è concluso con una fumata nera anche il sesto scrutinio per l'elezione del Presidente della Repubblica. Sono più che raddoppiati i voti per...

Italie-Quirinal: sixième tour de scrutin, fumée noire

Le sixième tour de scrutin pour l'élection du Président de la République s'est également soldé par une fumée noire. Les voix ont plus que...

Bruxelles et les USA s’engagent à coopérer pour l’approvisionnement continu de l’UE en gaz

(Rome, Paris, 28 janvier 2022). L'objectif est de diversifier « les sources pour éviter les chocs d'approvisionnement, y compris ceux qui pourraient résulter d'une nouvelle...

Recevez notre newsletter et les alertes de Mena News


À lire sur le même thème

Votre réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here